Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 10 avril 2007

21

Je n'ai rien écrit aujourd'hui, shame on me. C'est que j'ai été grandement perturbée par un auteur de génie en fin d'après-midi, en rentrant de cours et du travail (eh oui, j'ai une vie, et elle est plutôt chargée, pour vous faire une idée interrogez les étudiants qui vous entourent vous verrez que ça n'est pas plus de repos que pour les professeurs, notamment d'anglais). Je n'ose qu'avec la plus sainte dévotion prononcer le nom de cet artiste de la critique qu'est Juan Asensio.

Pour vous dire, je n'ai absolument rien compris à la dernière huitième merveille du monde publiée sur son blog (oui, j'ai honte de mettre un lien vers son site après tout ce qu'il m'a fait, mais après tout, les pucelles effarouchées ne peuvent s'empêcher de passer de la haine la plus violente à l'amour non moins violent que leur inspirent leurs tortionnaires - syndrome de Stockholm, je crois, à peu de choses près...).

Une chose est sûre, c'est que si ce genre de fille l'attire (par "ce genre de filles" j'entends "celles qui demandent des recherches approfondies dans les "zones" à contenu réservé aux plus de 18 ans sur des sites fréquentés par le Français moyen en manque de sensations), il est évident que je ne suis pas son genre, effectivement, et je comprends mieux son avis (oserai-je sa critique ?) à mon égard...

Comme je ne suis qu'une humble bécasse pucelle, je m'abaisse par cette note à vous demander votre aide : j'ai grand besoin de comprendre la "parole" du dénommé Stalker, et je sais qu'il est parmi vous des âmes chevaleresques prêtes à tout moment à secourir la veuve, l'orphelin (je ne suis ni l'une ni l'autre, comment faire ??) et les damoiselles en détresse (ouf, sauvée !).

PS : On remarquera qu'en hommage à l'Homme admirable qui fait l'objet de ce message, j'ai laissé tout le contenu de cette note en noir, couleur sobre et respectable affectionnée par notre Ami à tous (oups, je repars dans le discours de secte, un peu, là, non ? Ksss Ksss vilain Cingal !)

 PS' : En fait, j'avais bien une idée, mais... Bon, allez, je me lance : Est-ce la capacité de la jeune fille (agréable, au demeurant) à retenir les paroles très compliquées de la chanson (en anglais !!) qui a émerveillé notre idole au point de lui couper le sifflet ?

Commentaires

Dites, chère Chloé, vous commencez à devenir intéressante dès que vous écrivez sans vous croire sur un arc-en-ciel... C'est bien et je suis d'humeur charmante, voire charmeuse ce soir alors...
Vous voulez des réponses ?
Voyons ma jolie, cherchez, vous n'êtes pas un oisillon qui réclame sa becquée toute préparée tout de même : trouvez la définition de Berserker, puis qui est Nemrod, le rapprochement avec la chasse du langage et certaines des paroles de la chanson de NIN...
Lesquelles ? Je ne vais tout de même pas tout vous dire ma jolie, si ?
Ah oui, deux petites choses : cette "nymphette" fort agréable il est vrai n'est pas franchement mon style et, je ne vous ai absolument rien fait, jusqu'à preuve du contraire.
Et puis, si vous avez l'envie de m'écrire, mon mail est visible je crois sur vos commentaires : après tout, puisque vous vous dites grande fille, il serait peut-être temps de vous faire par vous-même une opinion sans passer par les avis de MM. Goux et Cingal, non ?
Rassurez-vous, je n'ai encore mangé aucun être humain.
A vous (ne me décevez pas, jeune mademoiselle, bien que je ne sois pas beaucoup plus vieux que vous).
PS : le noir vous va bien, cela devient tout de suite plus intéressant...
A moins que ce ne soit le sujet de votre note ma jolie ?
Ah !

Écrit par : Stalker | mardi, 10 avril 2007

Et voilà... On le laisse seul un instant et il drague les nénettes dans les facs de droite... pardon, de droit. Veux-tu bien enlever ta muselière, Stalkor, et mordre la bachelette, comme ton bon maitre Lucifer te l'a appris ?

Yanka Ygor, ombre du chien Stalkor.

Écrit par : Yanka | mercredi, 11 avril 2007

Juste pour remettre les choses en bon ordre : je suis passée par la fac fac de droit, il y a un certain temps, et je suis maintenant en licence d'Histoire (fac plutôt de gauche). Et le bac est déjà loin derrière moi...

Écrit par : Chloé | mercredi, 11 avril 2007

Une « bachelette », c'est une jeune fille gracieuse. Rien à voir avec le bac.
Comme je ne m'y retrouve pas dans votre parcours, disons que je vous accorde le droit d'avoir une histoire avec le bon petit toutou Stalkou. Il est très mignon, vous savez. Et doux comme l'Agneau Mystique, malgré les apparences. Seul problème, la nourriture : il est très difficile. Il ne mange que des croquettes d'éléphant, et de premier choix.

Yanka Ygou, marchand de Canigou.

Écrit par : Yanka | mercredi, 11 avril 2007

Pour ce qui est de me taper sur les doigts pour mon affreuse faute de compréhension, vous avez bien raison, Monsieur Yanka. Pour ma défense, j'ai lu votre message et rédigé ma réponse à peine réveillée, encore couchée.

Pour le reste, le jour où les vieux fous prétentieux m'attireront n'est pas venu. Il faut certaines qualités à un homme pour me plaire et le Stalker n'en a pas une.

Quant à notre ami Babar, voulez-vous bien le laisser tranquille, s'il-vous-plaît ? Au moins pour le week-end, car il est parti sous d'autres cieux et ne pourra pas répondre de lui-même avant lundi, je crois.

Écrit par : Chloé | mercredi, 11 avril 2007

Vous jouez les mères maquerelles désormais Yanka ? Comme c'est charmant !

Trêve de plaisanteries, les innombrables qualités de mon Gilles de Rais personnel ne sont pas à vendre chère Chloé dubitative, et je me contente donc ici de marquer, de quelques coups de griffes, mon territoire.

Écrit par : Berthe de Courrière | mercredi, 11 avril 2007

Vieux, moi ?
Comparé à Goux, j'ai la peau aussi fraîche que celle d'un nourrisson.
Pour le reste, le jour où les jeunes dindes qui ne comprennent décidément rien à rien m'attireront n'est pas venu.
Il faut certaines qualités à une femme (une femme, pas une décérébrée) pour qu'elle me plaise et vous n'êtes pas franchement prette d'avoir celle, ou plutôt celui puisqu'il s'agit d'un organe, qui me semble vital : un cerveau Heidi...

Écrit par : Stalker | mercredi, 11 avril 2007

Laisser Babar tranquille ? Je ne suis pas pour qu'on dérange les grands (et gros) animaux, moi. Mais s'ils viennent me barrir dans l'oreille, je ne peux demeurer vierge de réaction. Qu'avait-il à relancer Juan, et à faire appel à mes compétences juridico-littéraires pour confondre (croyait-il) l'excellent critique ? Il n'a que ce qu'il mérite. Et pan sur la trompe !

Yanka en mère maquerelle... Un rôle pas déplaisant, en tout cas inédit. J'imagine la Une de Gala : « Le Diable séduit la Schtroumpfette ! » ou de Voici : « Gargamel épouse Schtroumpfinette ! »

Chloé, voyons... On juge les qualités d'un guerrier sur le champ de bataille. Celui-ci rentré chez lui est un tout autre homme, et c'est celui-là chez qui vous devriez chercher les qualités requises. Maintenant, si vous préférez les éléphants et les bœufs, vous avez raison de dédaigner le Loup.

Écrit par : Yanka | mercredi, 11 avril 2007

Avec ça, là, il y a quelque chose d'étrange : Didier Babar annonce qu'il disparait pour 3 jours, le même jour les journaux annoncent l'hospitalisation de Raymond Babar... Lequel est l'autre ?

Écrit par : Yanka | jeudi, 12 avril 2007

M. Yanka,

vous devez faire erreur. L'un, Barre, dit tout haut ce que d'autres pensent tout bas tandis que Babar dit tout haut ce que d'autres ne pensent même pas...
http://ladroitestrasbourgeoise.blogspirit.com/archive/2007/03/06/le-cadavre-de-claude-lanzmann-bouge-encore.html

Écrit par : La Droite strasbourgeoise | jeudi, 12 avril 2007

Les commentaires sont fermés.