Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 14 avril 2007

27 - Une fois n'est pas coutume, soyons SERIEUX

Bonjour à tous. Comme je le dis en titre, une fois n'est pas coutume, parlons un peu sérieusement. Je ne suis pas le genre de personne qui s'implique activement dans des associations (pourtant je le voudrais bien et j'admire tous ceux qui donnent de leur temps pour des causes en lesquelles ils croient), j'ai à cela des raisons qui sont miennes.

Cependant j'aimerais parler aujourd'hui d'un sujet qui fait mal au ventre de chaque femme (si ça n'est pas le cas, cela devrait) : l'excision. On en a tous entendu parler, cette horreur est toujours perpétrée et des femmes en souffrent chaque jour de leur vie, même en France.

L'idée d'en parler n'a pas surgi dans mon esprit au réveil, mais en visitant le blog d'Hélène, puis celui de Papillon, une femme d'une trentaine d'années excisée à 4 ans et qui s'est lancée dans son blog pour témoigner de sa "reconstruction".

Car un urologue, le docteur Pierre Foldès, opère les femmes qui le lui demandent (gratuitement au départ), et leur donne, via une vie sexuelle plus normale, une chance de s'épanouir. Je vous laisse lire ces quelques pages, et peut-être plus, car je suis loin d'être celle qui a les mots les plus justes pour le faire.

Commentaires

Chloé, puis-je faire une remarque ? Je pense que ton texte est un peu trop pâle ( au point de vue de la couleur). Ça rend la lecture difficile.

Écrit par : tinou | samedi, 14 avril 2007

Petit Un : d'accord avec Tinou : quand on veut dire des choses importantes, on essaie de les faire passer au mieux ("expérience" de joiurnaliste).

Petit Deux: Je suis totalement contre l'excision (parce que, déjà, donner du plaisir à une femme "entière" n'est pas à la portée du premier venu (moi, donc)), ensuite parce que mutiler qui que ce soit au nom de quoi que ce soit me paraît être une barbarie indigne. Indigne de qui ? Ben... de nous.

Petit trois : à l'époque lointaine où je couchais avec des fillles, j'aimais plutôt mieux qu'elles jouissent (je ne sais pas pourquoi, je m'en sentais mieux...).

Écrit par : Didier Goux | samedi, 14 avril 2007

Les commentaires sont fermés.