Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 13 mai 2007

50 - (ça se fête !)

Ce matin, pendant que ma soeur et moi prenions notre petit-déjeuner :

Daphné : A. (notre petit frère), le toboggan du Wild Wadi, comme tu étais petit, tu l'avais trouvé, très grand, très très grand ou très très très grand ?

A. (en se grattant le zizi) (ce qui est beurk, surtout devant des filles, et qu'on lui demande au moins 15 fois par jour de ne pas faire) : Très très très très très grand.

Moi : Très très très très très grand ?

A. : Oui.

Moi : Et ton zizi, tu le trouves comment, là ? Grand aussi ?

A. (qui, décidément, a le sens de la répartie) : Oh, de taille moyenne...

Commentaires

Ah ça... A. (= mon fils) se tripote tout le temps le zizi. Un jour il nous a dit : "j'aime me le toucher, c'est une crinière de cheval".

(Je redoute le commentaire imminent du sieur Babar.)

Écrit par : Guillaume Cingal | lundi, 14 mai 2007

Chez nous, c'est plutôt "Mais ça m'cooooooooooolle !!!"

Écrit par : Chloé | lundi, 14 mai 2007

Moi, j'ai ni enfant ni petit frère et rien à tripoter.

Écrit par : Aurélie | lundi, 14 mai 2007

Ma pauvre... quel dommage, vraiment... Mais tu t'en sors, quand même ?

(Là, c'est sûr, le Didier va rappliquer...)

Écrit par : Chloé | lundi, 14 mai 2007

Rassurez-vous, Aurélie, on étudie votre cas.

(Quant aux zizis de petits branlotins tels que vos fils et frère respectifs, je m'en bats... bon, ben... les flancs, on va dire.)

Écrit par : Didier Goux | lundi, 14 mai 2007

TIENS !

Écrit par : Chloé | lundi, 14 mai 2007

Cher Didier, laissez donc mon cas de côté, il n'en vaut pas la peine! Merci Chloé de t'inquiéter pour moi, mais ça va...
En lisant cette note, je me demandais si quelqu'un allait commenter. Moi, je n'avais rien à dire, étrangère à la question des zizis des petits frères & fils, mais je vois que ce sujet en a faire rire plus d'un (sans compter celui qui rapplique dès qu'il s'agit de.....).

Écrit par : Aurélie | lundi, 14 mai 2007

La trompe, Didier... vous vous en battez la trompe !


(Chloé : voir lien sur mon prénom.)

Écrit par : Guillaume | mardi, 15 mai 2007

Grossier personnage, et là, je ne parle pas à Didier !

Écrit par : Aurélie | mercredi, 16 mai 2007

Guillaume ne m'en veut même pas, Didier n'est pas là pour riposter, et chloé se tait.





(c'est trop injuste)

Écrit par : Aurélie | jeudi, 17 mai 2007

Chloé dormait...

Écrit par : Chloé | jeudi, 17 mai 2007

Et les autres, ils dorment toujours??

Écrit par : Aurélie | jeudi, 17 mai 2007

Pont sang, tout le monde dort aujourd'hui; il n'y a donc que moi pour travailler apontdamment en ce jour férié, à pont escient l'avenir me le dira. On a pont dire, personne ne veut blogger: l'un favorise les pont devoirs d'agrégation, Chloé, après un pont sommeil réparateur ne fait même pas surface, et Didier est au pont du trou avec ses 100 pages à écrire.
Je passe l'épontge pour cette fois...

Écrit par : Aurélie | jeudi, 17 mai 2007

Oui, Guillaume, j'ai oublié ce "S", que tu m'aurais certainement vertement reproché.
Je fais même les accords dans les jeux de mots, tu vois; pourtant, faut-il accorder un substantif en position adjectivale? Cela dépend des choix stylistiques de l'énonciateur*. Et en ce genre d'occurrences, personnellement, je laisserais telle qu'elle** moi. Mais que disent les grammairiens qui t'ont enseigné toutes ces règles? J'ai des reproches à faire à cette grammaire, reproches qui me sont propres, et les applique***, sans m'en rendre compte. Mais, de peur d'être critiquée/méprisée, et bien OUI, je me justifie, là! Une objection?


* Non, non, elle ne bachote pas sa grammaire...
** Va-t-il mordre à l'hameçon?!?
*** "appliquer des reproches" > Moche, je sais, mais vous avez compris ce que je voulais dire.

Écrit par : Aurélie | jeudi, 17 mai 2007

Mais c'est pas bientôt fini, c'bordel !! On aimerait dormir tranquille ici !!!

Écrit par : Chloé | jeudi, 17 mai 2007

Evidemment, c'est de ma faute. Comme dit toujours le Petit Nicolas à ses parents: "Un jour, je partirai et vous ne m'entendrez plus et vous me regretterez beaucoup!"

Écrit par : Aurélie | jeudi, 17 mai 2007

Les commentaires sont fermés.