Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 28 juin 2007

88 - Une ptite anecdote...

En visitant le Met', nous passons mon amie (Hélène), ses deux colocataires (Tina et Hugo) et moi d'une salle à une autre (on devait être dans l'aile sur l'Iran, je crois). C'était vendredi soir, donc peu de monde, et nous ne nous gênions pas pour nous apostropher joyeusement - en français, bien entendu. Soudain un des gardiens (un grand black plutôt pas mal, d'ailleurs, mais là n'est pas la question) nous demande si nous sommes français (jusque là on considèrera qu'Hugo était compris dans le prix). Hugo bizarrement ne se sent pas concerné et file discrètement à l'autre bout de la salle. Hélène, Tina et moi :

"Yes, we are. (qu'est-ce qu'on est poli, pas vrai ? au passage ça veut dire "oui, tout à fait").

- Oh, really ? And from where in France ? Paris ? (enfin à peu près, hein, j'ai pas enregistré la conversation, non plus... ce qui veut dire : "Ah oui ? vraiment ? Et d'où, en France ? Paris ?"

- The three of them yes, me nooooooo ("Eux trois oui, moi noooooon" - le "oooooooo" c'est quand je me retourne, que je vois que les trois autres ne sont plus là et en particulier que les filles sont lâchement cachées à l'autre bout de la salle en me laissant dépêtrer de tout ça). Et flairant le piège (pas trop tôt...), j'essaie d'esquiver en ayant l'air intéressée par la vitrine la plus proche. Ca ne loupe pas :

- And where are you from ? (Et d'où êtes-vous donc, pourquoi tu t'en vas ? reste-là, on discute, tu vois pas ? Reviens !, j'te dis, j'ai pas encore eu le temps de te demander comment tu t'appelais, etc.)

- Oh a little town near Paris, not that known. Oh where are they ? Sorry, I have to go ! Bye !" (Putain ils sont où ces cons, ah oui "Oh une petite ville de rien du tout près de Paris même pas connue du tout, mais oh ! où sont mes amis ? Désolée, je dois partir, au revoir !" Eh bande de salauds, vous me refaites ça je vous tue, et vous les filles, z'avez pas honte, Hélène, quand je pense que mes parents te font confiance por veiller sur moi [alors que c'est moi la plus vieille, mais bon, elle est brune, voyez-vous...] etc.)

Les filles, la bouche en coeur : "Oh nous, tu sais, on s'est fait avoir une fois, maintenant on a saisi la technique de drague, et on file, hein...

- On file en me laissant toute seule ? Bande de lâches"... (J'arrête là, je ne vais pas vous faire le mois avec)

 ************ ************ ************

Le lendemain midi, dans Chinatown : Il ne reste plus que les filles (ou plutôt Hugo a déclaré forfait dès le début). Nous faisons toutes les ptites échoppes pour trouver plein de trucs qu'on sait même pas ce qu'on veut (de toute façon, à ce stade, en ce qui me concerne, plus aucun distributeur n'accepte de me donner de cash, et je cherche désespérement un boutiquier qui accepte les visas pour pouvoir acheter les deux trois bricoles qu'il me manque pour faire des cadeaux) (vous pensez bien que tous ces petits malins acceptent de marchander mais à condition d'être payés en cash quasi-exclusivement).

Et là, paf (le chien) ! Deux petites boutiques sympas collées l'une à l'autre, et entre les deux, un monsieur pas chinois (mais pas aussi beau que celui du musée) (conclusion du voyage : les blacks draguent beaucoup les étrangers, et pas qu'en France)  me dit (parce que je suis penchée sur son étalage de bagues et bracelets) :

"Good price for you ! (pas besoin de traduire, n'est-ce pas ? - c'est leur leitmotiv à tous : nous faire des good prices "pour nous", ouais, genre...)

-Yes, I'm sure... (oui, je n'en doute pas)

- 65$ ! Not expensive, really ! (65 dollars, vraiment pas cher ! )

- What ?? SIXTY FIVE DOLLARS ?? Oh no, thanks ... * (QUOI ? 65 DOLLARS ??? Non mais tu veux que je finisse à la rue, tu cherches à me ruiner, et ma famille, sur 7 générations ? LA VERITE ! etc.)

- Yes, Not expensive ! And if you take it, I promise you the boyfriend with it ! (c'est la meilleure : "Mais si, c'est pas cher ! Et si tu la prends, je te promets un garçon avec").

-Hélène (oui, en français dans le texte) ! C'est la meilleure ! Si je la prends il m'offre un mec avec !

- Ah ouais ? ça peut être Ashton Kutcher ?

- Je sais pas je demande. Hey, can it be Asthon Kutcher ?

- Yes, of course ! (oui bien sûr, avec grand plaisir ! comment que j'me fous d'ta - biiip)

- Actually I prefer Brad Pitt (pas de traduction possible, on n'a pas les mots équivalents)

- Yeah, possible ! Anyone you want ! (oui, pas de problème, qui tu veux !)

- yes, yes, of course... (oui, oui, bien sûr)."

Je vais pour me retourner vers Hélène, qui a l'air d'avoir trouvé quelque chose quand la même voix derrière moi :

"Hey ! you are from France, right ? ("Excusez-moi de vous déranger à nouveau, charmante demoiselle, mais il me semble que vous venez de ce fantastique pays qu'est la France. M'égarerais-je ?")

- Yes, yes. (nouveau retournement, j'ai pigé le truc, maintenant, hein...).

- Where in France ?

- (Attention : là j'ai vachement réfléchi en un quart de tour : si je dis "Tours", il va falloir que j'explique où c'est, on en a pour trois heures, et c'est joli ? etc. et blabla. Donc, je réponds le plus naturellement du monde :) Paris. (prononcé Parisse, bien entendu)

- C'est vrai ? Et où à Paris ? J'ai vécu là-bas dix ans !" (non vous n'avez pas rêvé, il l'a bien dit en français, et dans un français impeccable, vous pouvez me croire ! EH MEEEEEEEEEEEEEEEEEERDE...)

Heureusement, je CONNAIS Paris, pour de vrai, pour cause de voyages très réguliers et fréquents à la capitale (on peut être provinciale et avoir l'air d'une Parisienne quand on veut). Je lui réponds donc "Bastille" (parce que c'est le coin que je connais le mieux, l'amie chez laquelle je loge le plus fréquemment y habite depuis plusieurs années). On frôle la crise quand il me répond : "Ah oui, ligne 1, c'est ça ?"

Moi : "Oui, oui, et la 8, aussi, bien sûr..." (on va pas s'laisser piéger bêtement...).

* Et encore là je vous l'ai fait court, parce que moi, en grande pro du marchandage, je lui ai demandé plein de prix différents, juste pour essayer ma mine de "peuh, trop cher..."

15:15 Publié dans Voyages | Lien permanent | Commentaires (3)

Commentaires

La Chloé, moi, j'vois, c'est l'genre de meuf qu'attire encore plus les mecs que les moucherons du colza, t'as qu'à voir...

(Oups ! pardon, très chère, mais je vous ai plus plus ou moins traitée de feignasse en commentaire de commentaire, chez moi, AVANT de venir constater ici que vous aviez drôlement bossé.)

Cela dit, je suis sidéré de constater que les gardiens de musée new-yorkais - même noirs - ne CONNAISSENT PAS la glorieuse capitale de la Touraine.

Là, tu vois, des trucs comme ça, ça m'scie, moi...

Écrit par : Didier Goux | jeudi, 28 juin 2007

AH

Écrit par : Chloé | jeudi, 28 juin 2007

AH

Écrit par : Chloé | jeudi, 28 juin 2007

Les commentaires sont fermés.