Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 15 juillet 2007

100 - Mon cerveau

Je suis très déçue de ne pas pouvoir vous montrer les magnifiques images de mon cerveau qui sont malheureusement enregistrées sous le mauvais format (et je n'arrive pas à changer le format ET que ça soit valide). Si quelqu'un connaît la manipulation adéquate, je serai ravie de l'apprendre.

J'ai néanmoins quelques petites choses à vous raconter.

Dans l'ordre : Solidays, mon admission à la Royal Holloway et mon week-end aux Sables d'Olonne.

1) Solidays, donc. J'y suis allée le week-end dernier, accompagnée de ma cousine Ludivine, et nous y avons passé un excellent moment. La journée du samedi, surtout, fut bien sympathique. Après avoir vu notamment Samarabalouf (un groupe de musique tzigane, s'inspirant de Django Reinhart), être passées en coup de vent devant Superbus et Sum 41 (finalement, je n'ai pas adoré les voir sur scène), nous nous sommes éclatées devant M.A.P. (dont les discours très très orientés m'ont quand même bien gonflé, mais le concept du "rap musette" était fort sympathique). Nous nous sommes gavées de tartiflette et de jambon braisé, avons dépensé plein de sous en pantalon d'aladin, boucles d'oreilles, bracelets et tentures, et avons fini la soirée avec Lily Allen, jeune chanteuse anglaise fort sympathique, ma foi, arrivée sur scène déjà bien "drunk", comme elle nous l'a fait remarquer, avec dans une main son clope et dans l'autre un verre d'on ne sait quoi, puis "Les motivés", collectif regroupant en réalité les groupes Zebda et M.A.P. Lily Allen chante très bien, a une très jolie voix et sait la gérer malgré ses légers abus de boisson, et surtout, fait très appréciable de nos jours, a fait son concert habillée d'une espèce de robe-tunique-aube noire à capuche sans forme (qui lui allait pourtant très bien) ; au moins, elle, elle ne fait pas des concerts pour faire la belle. J'ai également été étonnée de m'apercevoir que ses chansons étaient pour la plupart légèrement teintées de ragga, si je puis me permettre (mais légèrement, hein !), alors que je penserais qu'on verserait plus dans la soupe. Quant aux "Motivés", ils nous ont limite refait l'Internationale : en fait ils ont interprété d'abord des chants révolutionnaires des années 1970 (ou plus ou moins) (Bella ciao ciao ciao !), puis des chants berbères, et sont revenus une fois bissés pour nous accorder notre "Chant des partisans" à la mode de Zebda, que nous réclamions tous à corps et à cris (surtout à cris) depuis le début du concert. Enfin, clin d'oeil à ma cousine, on retient surtout de M.A.P. son "Elle m'a dit : dégage, rentre à ta case, non mais pour qui tu t'es pris, espèce de gros nazeuh !" La journée du dimanche fut consacrée, dans l'ordre d'importance et chronologique à la fois, au concert des BLEROTS DE R.A.V.E.L. (Renouveau Artistique Volontairement Elaboré par des Loosers), qui a littéralement foutu le feu à deux heures de l'après-midi, puis à la récolte de préservatifs masculins et féminins (pour ces derniers, rien que regarder le mode d'emploi me donne envie de vomir, mais après, chacun fait comme il veut, hein...) gracieusement offerts avec une dose de lubrifiant chacun (mais que pour les préservatifs masculins, allez savoir pourquoi...) par la Mairie de Paris, et aussi des documents très intéressants, comme "Le guide des premières fois" que j'ai offert à ma soeur et qui m'a répondu : "Mais Chloé, je n'ai que quinze ans !!" (OUF !!). Après la pluie nous a fait fuir. (Et je n'oublie pas de saluer l'organisation du festival par tout plein de bénévoles qui méritent qu'on les applaudissent de notre chaude voix. Sans déc', c'était super.)

2) Mon admission à la Royal Holloway. Je sais que j'en ai déjà parlé, mais ce n'est que vendredi soir que j'ai enfin reçu le dernier mail mettant un point final à mon inscription : après moult complications, j'ai enfin la confirmation qu'on veut bien de moi là-bas et que je ne m'occuperait pas de servir les cafés. Les cours que j'ai demandés m'ont été accordés, ayez donc je vous prie l'immense plaisir d'apprendre que moi, qui n'ai jamais connu qu'un mot d'espagnol (c'est "comer"), je vais suivre un cours pour débutants dans cette langue (oui, oui, vous avez bien compris : je vais apprendre l'espagnol en anglais). Vu que j'avais déjà trouvé mon logement, c'est bien définitif, cette fois : je pars...

3) J'ai passé le week-end qui vient de s'écouler aux Sables d'Olonne avec mes parents, ma soeur et mon plus jeune frère. Nous étions la journée chez des amis, mais dormions le soir à l'hôtel. Nous avons donc pu profiter du petit-déjeuner au lit et du hammam à volonté (ainsi que bains bouillonnants et piscine d'eau de mer) : j'ai la peau grave douce sa race. Et ça fait aussi un peu du bien au moral (notamment dans la mesure où l'air marin, c'est bien connu, ouvre l'apétit, et que donc je me suis remise à manger... je pense donc éviter la remontée sur la balance, qui risque de me dire des gros mots...).

(Et pardon aux yeux du vieux Didier pour le chapelet de couleurs...)

Commentaires

Ah ça fait plaisir de te retrouver ! Je commençais à trouver le temps long...

Écrit par : tinou | lundi, 16 juillet 2007

Ay ! Mujer ! Que barbaridad !

Écrit par : Didier Goux | lundi, 16 juillet 2007

Et mes yeux ont survécu...

Écrit par : Michel Brice | lundi, 16 juillet 2007

Géniales les couleurs ! Le moral va mieux, on dirait et j'en suis bien contente. Bonne journée.

Écrit par : Irremplaçable Épouse | lundi, 16 juillet 2007

Merci...

Écrit par : Chloé | lundi, 16 juillet 2007

Les commentaires sont fermés.