Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 19 juillet 2007

103 - Appel au s'cours

Ce message est particulièrement destiné à monsieur Astolphe Chieuvrou :

J'aimerais (si ce n'est déjà fait, auquel cas j'aimerais que vous m'en informiez) que vous cessiez de regarder toutes les blondes du quartier, s'il-vous-plaît. CAR, et c'est très gênant, depuis que vous avez avoué le faire, je ne peux m'empêcher de regarder à mon tour très bizarrement tous les bonshommes de la quarantaine qui me regardent dans la rue (ou plutôt dans les rues de mon quartier). Ainsi, j'espère que vous ne portez pas de moustache, sinon il se pourrait bien que ce soit à vous que j'aie lancé ce regard incendiaire tout à l'heure. Comme je le dis plus haut : c'est très gênant. Merci d'avance de votre compréhension et de votre coopération,

Chloé la "Schtroumpfette" bleue.

10:40 Publié dans Blablabla | Lien permanent | Commentaires (12)

Commentaires

On va finir par les marier, ces deux-là, et ils nous feront plein de petits Ligériens de souche. J'en suis d'avance tout ému...

Écrit par : Didier Goux | jeudi, 19 juillet 2007

Je croyais que vous vouliez radier tous les enfants à venir d'avance ?

Écrit par : Chloé | jeudi, 19 juillet 2007

Je n'ai jamais revendiqué la moindre cohérence, j'vous f'rai dire...

Écrit par : Didier Goux | jeudi, 19 juillet 2007

Ah, d'accord, je comprends mieux à présent les sous-entendus gouziens du commentaire de votre note suivante... (quel bougre d'andouille je fais, aussi, j'aurais dû vous lire dans l'ordre chronologique de vos écrits).

Bon, je vais me laver les dents (et accessoirement les pieds, encore que je ne sois pas sûr que cette précision revête, pour vous et la masse grouillante de vos lecteurs accros à vos folles aventures, un intérêt aussi grand que pour moi) et j'essaie de répondre dans la foulée (d'où l'intérêt, d'ailleurs, d'avoir les pieds frais et dispos) à la présente note avant que de sombrer dans les délices d'un sommeil réparateur.

Ma brosse à dents est en place, ma savonnette aussi... Bon, j'y vais, à tout à l'heure.

Écrit par : Chieuvrou | vendredi, 20 juillet 2007

Euh... Le tout à l'heure, ce sera plutôt demain (c'est-à-dire aujourd'hui mais bon, ne finassons pas) car l'appel du polochon se fait soudain pressant...

Écrit par : Chieuvrou | vendredi, 20 juillet 2007

Pour répondre plus directement à votre apostrophe d'il y deux jours, sachez que jamais je ne vous aurais regardée avec une telle insistance, jeudi dernier, en roulant entre mes doigts le bout de ma moustache, si vous ne m'aviez vous-même jeté une telle œillade énamourée en battant frénétiquement des cils et en... Euh... Qu'est-ce que je raconte, encore ? Euh... Et puis d'abord, je n'ai jamais eu de moustache, moi... Euh... Reprenons.

Non, je vous rassure, Mam'zelle, comme je vous l'ai écrit hier, ma prétendue tendance, ces temps-ci, à lorgner les blondes du quartier en me demandant si l'une ou l'autre ne serait pas la Schtroumpfette relevait essentiellement de la boutade (même s'il est vrai, comme je l'ai déjà écrit, que je me suis interrogé une fois à ce sujet, l'espace de quelques secondes, en croisant une jeune fille rue de la Fuye, sans toutefois, croyez-le bien, la reluquer d'aucune manière ; plus récemment, mardi ou mercredi dernier, tandis que je faisais route d'un pas alerte rue Jacquemin – vous savez, là, la rue du beauf – une voiture s'est arrêtée à mon niveau et j'avoue m'être demandé durant une fraction de seconde, avant qu'elle ne s'adressât à moi, si sa conductrice, une belle jeune femme blonde qui voulait en fait savoir où était la CAF, n'était pas l'égérie tourangelle du maître du Plessis-Hébert).

Pour tout dire, je suis ordinairement trop absorbé par mes pensées profondes lorsque je marche (est-ce qu'il me reste des yaourths pour demain matin ? Comment se fait-il que je ne retrouve plus qu'une chaussette verte ? Ai-je pensé à acheter le dernier Fluide Glacial ?) pour être toujours aussi attentif que je devrais l'être aux gens que je croise, fussent-elles d'avenantes jeunes femmes aux cheveux blonds comme les blés. Et puis, ma concierge, qui lit dans le foie de lapin (mais attention, de lapin nain uniquement), m'a annoncé l'autre jour que je rencontrerai sous peu le sosie de Monica Bellucci, alors...

Donc, désolé d'avoir à décevoir le sieur Goux, mais point de harcèlement en ce qui me concerne (il eût d'ailleurs fallu, à la rigueur, que je soupçonnasse chez vous quelque problème œdipien avec votre papa pour que je me permisse pareille audace).

Cela dit, si vous avez une vieille cousine célibataire, fût-elle un peu catho sur les bords (mais pas trop non plus, n'exagérons pas quand même), je peux toujours l'inviter à venir voir mes images pieuses. Si ça peut vous rassurer, je ne suis pas parpaillot...

Écrit par : Chieuvrou | samedi, 21 juillet 2007

Pour les cousines cathos, faudra aller frapper à une autre porte... D'autant plus qu'il y a désormais une catho en moins dans la famille, je vous le rappelle... (cf. note 107) Et je me fous totalement de savoir où se trouve la CAF (manque de pot, je le sais quand même...).

Écrit par : Chloé | dimanche, 22 juillet 2007

Le mot « catho », sous ma plume, je vous le rappelle, n'était nullement une condition mais bien plutôt une concession, étant moi-même un vil mécréant promis aux flammes de l'enfer.

Donc, une éventuelle cousine marxiste-léniniste zapatophile, voire pro-palestinienne, peut également venir toquer à ma porte, pour peu qu'elle accepte de laisser ses bréviaires et son keffieh au vestiaire.

Écrit par : Chieuvrou | dimanche, 22 juillet 2007

Pas de ça chez nous, monsieur, et croyez-vous vraiment que je vais vendre une de mes sublimes cousines à un communiste ??!! Nos mères nous tueraient (à moins que vous ne soyiez un peu juif ou bien communiste mais médecin, ou notaire, ou avocat, là je peux peut-être faire quelque chose pour vous...) !!!!

Écrit par : Chloé | dimanche, 22 juillet 2007

Non, j'ai été baptisé autrefois dans une église tout ce qu'il y a de plus chrétien et, en raison sans doute des circonstances historiques qui m'ont préservé, comme la plupart des gens de mon âge, de tomber dans un tel travers, je n'ai jamais eu l'opinel qui se trouve habituellement dans ma poche entre les dents.

Cela dit, c'est amusant ce que vous me dites-là car cela fait en partie écho à « La Faute à Fidel », le film que je suis allé voir ce soir aux Studio et dont je reviens tout juste (http://www.lafauteafidel-lefilm.com/). Je le recommande d'ailleurs chaudement à tous ceux qui pourraient lire ces quelques lignes car, de tous les films que j'ai vus cette année, c'est l'un de ceux qui m'ont le plus plu (en très gros, c'est l'histoire, entre 1970 et 1973, d'une petite fille issue d'un milieu privilégié, qui voit ses parents s'engager politiquement dans l'anti-fascisme et le féminisme et qui est amenée à lutter contre eux pour rester scolarisée dans son école religieuse puis pour continuer d'assister au cours de catéchisme). Ce film, signé de Julie Gavras, fille de Costa Gavras, ne verse jamais dans la caricature, ni d'un côté ni de l'autre, et m'a semblé sonner vraiment très juste, notamment par l'interprétation des acteurs et la restitution de l'époque. J'ajoute qu'il ne passe plus à Tours que demain et après-demain.

Bon, ben voilà, elle est toute trouvée la critique que je vais poster sur le site des Studio.

Écrit par : Chieuvrou | dimanche, 22 juillet 2007

Demain soir j'ai un dîner, et après-demain je serai sans doute trop occupée à pleurer. Mais c'est sympa, le conseil, je m'en souviendrai quand je réinstallerai un logiciel de téléchargement illégal sur mon ordi...

Écrit par : Chloé | dimanche, 22 juillet 2007

Ne me demandez pas pourquoi mon lien ne fonctionne pas, je n'en sais rien moi-même, vu que ça marchait hier sur mon brouillon.

Allez, zou !, j'essaye de nouveau :

http://www.lafauteafidel-lefilm.com/

Écrit par : Chieuvrou | lundi, 23 juillet 2007

Les commentaires sont fermés.