Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 30 juillet 2007

117 - Des histoires de monstres (je sais, je n'ai jamais été très originale pour les titres...)

« Quand j'étais petit, j'étais persuadé qu'il y avait un monstre dans mon placard, et qu'il attendait la nuit pour me manger. Alors j'invitais souvent un copain à dormir. Pas parce que je pensais qu'il pourrait me protéger, non, mais parce que je me disais que s'il sortait du placard, le monstre le mangerait le premier et que ça me laisserait le temps de m'enfuir. » (Enfin, c'est à peu près le discours débité par Edouard Baër dans Mensonges et trahisons, et plus si afinités, une de mes comédies préférées – y'a aussi 4 mariages et 1 enterrement, presque juste pour le « Fucking fuck » de Hugh Grant).

Quand elle dort avec moi dans mon lit, ma soeur a peur des piranhas. Tout à fait. Pourtant je vous assure qu'il n'y en a pas un seul dans ma chambre, et que si c'était le cas, ils ne flotteraient pas sur ma moquette (qui est bleue, c'est à noter, mais recouverte en majeure partie, par un tapis et mon lit). Et pourtant, vous ne verrez jamais ma soeur faire dépasser ne serait-ce qu'un orteil de mon lit. Bien sûr cela ne vaut que la nuit. Parce que la nuit la lumière qui entre dans ma chambre via le Velux qui est juste au-dessus de mon lit fait ressembler mon lit, selon Daphné, à un radeau voguant sur l'océan (j'embellis à peine, hein...), fait qui se trouve exagéré par la forme de mon lit, d'inspiration japonaise, si je puis me permettre d'oser, avec un contour plat en bois. En revanche, je ne sais rien des monstres qui hantaient les nuits de Daphné étant petite.

En ce qui me concerne, je ne me souviens pas avoir eu des frayeurs de ce genre (je crois déjà que les Lutins s'amusent à farfouiller un peu partout dans ma chambre pour me piquer des trucs, ça et les monstres, ça risquerait de faire beaucoup pour une seule personne...).

Commentaires

Moi, je lirai les messages chez Chloé quand ils NE seront PAS écrit en jaune sur bleu...

Écrit par : Didier Goux | lundi, 30 juillet 2007

Il faut acheter une bombe pour faire partir les grosses bêtes, et là je voudrai bien dormir sur ton radeau au milieu de l'océan.

Écrit par : Daphné | lundi, 30 juillet 2007

Comme je suis une grande soeur attentionnée, je vais corriger la faute...

Écrit par : Chloé | lundi, 30 juillet 2007

Je ne voudrais pas être à sa place quand vous serez à Londres. D. va se faire dévorée toute crue ! Elle pourra toujours appeler les lutins à la rescousse à moins qu'ils ne déménagent avec vous.

Écrit par : Irremplaçable Épouse | lundi, 30 juillet 2007

Les commentaires sont fermés.