Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 09 septembre 2007

159 - Nouvelle fiche de lecture.

Je n'ai toujours pas fait de note sur La Cité de la Joie, que j'ai terminé il y a un bout de temps maintenant, et pourtant c'était assez exceptionnel. C'est peut-être pour cela que c'est un peu plus facile de faire une note à la va-vite en rentrant du retour de noces de ma cousine Julie (week-end de mariage mémorable, j'en souhaite des comme ça à tout le monde) sur un joyeux roman (enfin sauf du point de vue de la victime) que j'ai reçu par la poste (mais non dédicacé, cette fois, snif) jeudi matin, et que j'ai lu le soir même avant de m'endormir.

Je veux bien sûr m'entretenir avec vous du Prédateur des Blogs de Michel Brice, alias Babar. Je ne sais pas si ça a un rapport avec le personnage que j'inspire dans celui-ci et dans le précédent reçu (Le Maître de Plieux), mais je préfère le dernier (dans Le Maître de Plieux, Chloé est une jeune fille brune prête à coucher pour devenir une actrice de bas-étage dans un show télévisé navrant, et elle porte tout le long de l'histoire une mini-jupe en skaï...). Dans Le prédateur des blogs, Emmanuelle Le Grais (dont le père se prénome Didier) est une jeune fille de très bonne famille (ça joue au golf...) visiblement et si elle se fait violer dans tous les sens et finit par se découvrir bisexuelle grâce à sa codétenue, dont le patronyme se trouve d'ailleurs (quelle coïncidence ! étonnant qu'elles n'en aient jamais parlé entre elles...) être Didier, ce n'est pas sa faute mais celle du pervers qui la séquestre en la menaçant. De plus quand Emmanuelle est sauvée c'est en grande partie grâce à un séminariste, alors...

Je me demande quand même en quoi ces scènes de viol sont excitantes (déjà dans le premier, ça ne me faisait pas franchement d'effet...). Ca tient peut-être à mon âge, ou au fait que je sois une fille (ou encore sans doute à celui que je ne sois pas un vieux d'un certain âge gravement en manque). Didier, cela fait vendre, vraiment ?

Je conseille bien entendu vivement cette lecture hautement culturescente, à tout majeur bien confirmé (s'agirait de faire de la pub, quand même...). Je vous laisse pour un thé (je ne sais pas si cela va faire beaucoup de bien à mes pieds martyrisés tout le week-end par trois paires différentes de chaussures à talons de 10cm, mais à mon moral et ma fatigue, très certainement. Un ptit film et au dodo !

A très bientôt !

Commentaires

Chloé, contrairement à ce que j'ai longtemps pensé, et cela continue de m'étonner, le pourcentage de lectrices n'est pas du tout négligeable, pour la BM. Quant aux passages "de cul", ce sont ceux qui, après vingt ans, me coûtent le plus à écrire : je m'y ennuie à un point difficilement imaginable. C'est d'ailleurs pour cela que, depuis que j'ai un peu plus de liberté dans cette série, j'ai créé des personnages nouveaux (géraldine, Jonathan, Jamila...) qsui m'amusent beaucoup plus.

Pour la dernière venue (Justine) qui ressembl à Géraldine, et pour le séminariste, je vous dirai d'où ils viennent (si ça vous amuse) mais seulement par mail privé.

Didier Le Grais a été mon pseudo pour une autre collection, à l'époque où je vivais dans un hameau de l'Orne qui s'appelle Le Grais.

Quant au fait que le patronyme de l'autre fille soit également Didier, elles ne s'en parlent pas pour la simple raison... que je ne m'en suis pas rendu compte moi-même.

Écrit par : Didier Goux | dimanche, 09 septembre 2007

Vous devriez surtout laisser cette pauvre Chloé-Manuèle tranquille... Gageons que le prochain BM va se passer à Londres...

(Emmanuelle devient "Emmanuel" à deux reprises, ce qui est assez cocasse.)

Écrit par : Guillaume C. | lundi, 10 septembre 2007

Le pire, c'est que les manuscrit envoyés chez l'éditeur sont censés être relus...

Et comme je n'ai jamais mis les pieds en Angleterre, Chloé va pouvoir se refaire une santé...

Écrit par : Didier Goux | lundi, 10 septembre 2007

Didier, est-ce vous ?

Lord, Jeffrey (1931-.... ; pseud.)
Les monstres d'Edenbis / Jeffrey Lord ; adapté de l'américain par Didier Le Grais. - Paris : Vauvenargues, 2001 (18-Saint-Amand-Montrond : Impr. Bussière). - 223 p. : couv. ill. en coul. ; 18 cm. - (Blade , 0395-7780 ; 137).
DL 01-20169 (D4). - 800. - ISBN 2-7443-0551-0 (br.) : 35 F.

Écrit par : Guillaume C. | lundi, 10 septembre 2007

Guillaume : oui, j'ai écrit une douzaine de Blade, dans le temps. Evidemment, contrairement à ce qu'on essaie de faire croire, ils n'étaient nullement adaptés de l'américain, mais écrit purement et simplement.

En revanche, contrairement à Michel Brice Jeffrey Lord existait réellement.

===> Chloé, connaissez-vous ce forum :

http://www.passion-histoire.net/phpBB_Fr/index.php

Écrit par : Didier Goux | lundi, 10 septembre 2007

Didier (sans vouloir encombrer grossièrement le blog d'une (ô combien admirable) tierce personne), pourriez-vous m'expliquer comment vous pouviez "écrire entièrement" un livre ensuite vendu sous le nom d'un vrai écrivain ayant écrit de vrais livres ?!?!

Écrit par : Guillaume C. | lundi, 10 septembre 2007

C'est tout simple, voyons : l'éditeur français lui reversait une partie des droits d'auteur, selon le contrat qui avait été établi entre eux. C'est ce qui s'appelle "avoir des nègres".

Écrit par : Didier Goux | mardi, 11 septembre 2007

Didier, non je ne connaissais pas, Guillaume, vous ne me dérangez absolument pas, continuez de poser des questions, ça entretient un semblant de vie sur ce blog.

Écrit par : Chloé | mardi, 11 septembre 2007

Oui, c'est un peu dommage, ce blog tenu aussi irrégulièrement. Pourquoi ne publieriez-vous pas des billets en anglais, histoire d'être dans le bain...?

Écrit par : G | mardi, 11 septembre 2007

J'ai prévenu que jusqu'à mon arrivée et mon installation à Egham, il n'y aurait probablement qu'une note par semaine. Il se trouve que j'ai énormément de choses à prévoir qui me semblent autrement prioritaires que des publications sur ce blog hautement philosophique (et ce, quelle que soit la langue utilisée pour la rédaction du billet). Ce blog reprendra donc son fonctionnement normal dès que je serai bien installée (notes habituelles + photos et notes particulières sur la fac là-bas, moi et mon chez-moi, etc.). En attendant, j'ai eu, avec ma famille, le mariage d'une cousine à préparer (en plus de mon départ en ce qui me concerne) pour le week-end juste écoulé, c'était très très bien, et cela m'a permis de revoir toute ma famille avant mon départ, chose qui m'aurait été forcément impossible dans d'autres circonstances. J'ai également enchaîné les rendez-vous, un baby-sitting aussi (et cela continue cette semaine), les fabrications de lunettes, la production d'ordonnances, la constitution des bagages... Aujourd'hui j'en ai enfin fini je crois avec les demandes de paperasses. Il m'en reste encore à envoyer, par contre. Je n'ai toujours pas eu le temps d'aller récupérer mon colis arrivé hier à La Poste. On a bien fait la fête chez un de nos anciens professeurs hier soir avec une partie de mes collègues de "promo". Je me fais petit à petit à l'idée que certaines personnes qui me sont particulièrement chères vont m'être inaccessibles pendant plusieurs mois. Et une partie de mes amis n'est qu'un vague souvenir tellement je ne les ai pas vus depuis longtemps.

Pour info la date de mon départ "définitif" est enfin arrêtée : mardi prochain, le 18, donc. Cela arrive plus qu'à grands pas... Je suis très déprimée, et fatiguée... Heureusement qu'on a des amis pour nous remonter le moral et avoir pour nous la motivation qu'on devrait avoir soi-même.

Écrit par : Chloé | mardi, 11 septembre 2007

Les notes en anglais, je suis VIOLEMMENT contre !!!

Écrit par : Didier Goux | mardi, 11 septembre 2007

Ich auch !

Écrit par : Chieuvrou | jeudi, 13 septembre 2007

Vieux pervers !

Écrit par : Georges | dimanche, 16 septembre 2007

ça parle de cul là?
ps: la question culturelle : les BM sont-ils traduits en anglais?

Écrit par : Lina Loca | lundi, 17 septembre 2007

Les commentaires sont fermés.