Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 20 septembre 2007

163 - Toujours là(-bas) (oui, un jour je vais changer de blague).

Vous allez rire, mais hier je n’ai pas pu me faire mes noodles (nouilles chinoises en sachet) parce que… JE N’AI PAS D’ALLUMETTES ! ni de briquet, d’ailleurs. Je me suis donc rabattue sur la « blanquette de veau aux petits champignons, et son riz » en plat tout préparé, que j’ai eu la bonne idée de m’acheter (en France, of course) (ainsi que du saumon avec des pâtes et du poulet avec ses légumes) (faudrait s’interroger sur la psychologie des gens qui inventent les noms de ces plats cuisinés pour une personne), puisque ça se réchauffe en deux minutes au micro-ondes.

A part ça, j’attends mon propriétaire, qui est sensé venir aujourd’hui (mais quand exactement, alors ça, mystère et boule de gomme, hein ! pire qu’un râteau Ikéa à la gadou…) pour installer un verrou à l’intérieur de ma chambre et un autre à l’extérieur. Pour celui à l’extérieur, c’est normal, les trois autres chambres (qui sont à l’étage) en ont un, et accessoirement ma chambre donne directement sur le salon. Avoir confiance en mes colocataires, yes, en tous les gens qu’ils vont ramener… Mais alors le verrou à l’intérieur… Une brillante idée de mon père. Parce que comme j’habite avec deux autres filles et un garçon, il paraîtrait que je n’ai « qu’à l’exciter un soir et il vient quand il veut me violer ». Oui papounet. Franchement… Bref verrou installé ne veut absolument pas dire que je l’utiliserai. Moi qui me lève une nuit sur deux pour aller faire pipi, trois fois sur quatre en dormant (suis un poil somnambule) vous me voyez m’échinez sur un verrou ?? C’est un coup à me faire pipi dessus ou à finir dans le jardin ! Hors de question.

Comme si ma vie devait être plus intéressante en Angleterre qu’à Tours… Mais bon…

Le manque d’allumettes d’hier soir m’a fait me souvenir que j’ai dit à ma mère que franchement elle aurait pu me laisser un paquet de clopes, je n’en ai même pas une à fumer, et franchement, hier soir, avec mon verre de vin… Bref, dans le contexte, ça l’faisait. (Daphné : chut tais-toi !). Je pense que je vais lui demander de m’envoyer un paquet de Camel et un de Malback light, parce que là, voyez-vous, ça va me manquer (et je pense que je vais finir par craquer et acheter des tiges de huit ici, alors qu’elles sont beaucoup plus chères). D’ailleurs, en parlant de ça, je crois même que je vais monter un ptit trafic, moi…

A part ça, le bébé cyclamen se porte bien, mais le bébé bonzaï a l’air d’être un truc vachement chiant à faire pousser, qu’est-ce qui m’a pris d’acheter ça, franchement, au lieu d’un déjà poussé ??

 

PS : Bon, Daf, le fait que tu viennes ici tous les jours et que tu lises tout et que tu habites encore chez nos parents ne t'autorise quand même pas à TOUT leur raconter de ce que je dis là, hein...

Commentaires

La Daphnis, elle vient peut-être ici tous les jours, mais on ne la voit pas beaucoup chez elle...

Écrit par : Didier Goux | jeudi, 20 septembre 2007

Allez ma poule, dis-le nous, qu'on va te manquer, d'ici, euh.....quelques centaines de noodles; novembre n'est pas si loin; et les parents ont déjà commandé un camion de Kleenex, parce que, quand même, c'est moins cher qu'à la dizaine
Je te jure, la fac est vide sans toi !

Écrit par : Catherine Lalot-Chantreuil | jeudi, 20 septembre 2007

ça, je confirme : ce soir à 6 h 30, il n'y avait qu'une trentaine de prêtres espagnols en soutane aux Tanneurs (authentique).

Écrit par : Guillaume Cingal | jeudi, 20 septembre 2007

La fac vide sans moi, merci Catherine, tu ne pouvais pas me faire plus plaisir... Et of course que tous mes petits camarades me manquent, surtout que là je me fais grave ch... ... bref je prépare une note pour passer le temps, justement...

Guillaume : y'a des photos ?

Didier : ben...

Écrit par : Chloé | jeudi, 20 septembre 2007

Les commentaires sont fermés.