Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 14 octobre 2007

194 - England sucks… I wanna go home…

En plus il n’y a même pas d’os à moelle, ici, chuis sûre… Or ce midi je me suis fait un faux pot-au-feu (dans une casserole, avec trois gros champignons, trois salad onions et un peu de poulet) et du coup ben il manquait quelque chose, fatalement… Le fromage me manque aussi énormément… Quand je pense à Noémie, qui a la chance d’avoir reçu un colis de trucs super français cette semaine, ben je me dis « vivement le retour en France, je file faire des courses et je reviens avec blinde de fromage ».

En plus suis à moitié fauchée (enfin, pas qu’à moitié). Ici pour le moindre truc, il faut payer. OK nous en tant qu’Erasmus on ne paie pas les £3070 de tuition fees, mais bon les autres sont quand même une majorité… Eh bien quand la Studient Union organise une soirée, boum £5 ! (ben on n’en fait pas beaucoup, hein, des soirées, du coup…). Les restaurants universitaires du campus : exorbitants, à moins de payer avec la RCS card (la carte d’étudiant qui peut faire monéo, en gros, comme à Tours cette année), auquel cas on a 50% de réduction. Donc j’ai crédité ladite carte (boum, £50, parce que c’est le montant minimum). Le moindre truc coûte un prix démesuré ici, ou alors je me rends pas bien compte : £8 pour une poêle de 25,5cm de diamètre, c’est énorme, ou bien ? (ça fait approximativement 12€). Fatalement, pour le même prix, j’ai pris un wok, je ferai pas de crêpes, mais c’est plus grand. Heureusement qu’il y a des trucs que j’ai pensé à acheter en France, quand même… Par contre le miel, j’y ai pas coupé, hein malade que je suis depuis une semaine, j’en suis au deuxième flacon, là, je crois (faut dire que j’en mets deux fois plus que prévu dans le grog, et puis à raison de deux litres de thé par jour…)…

Pour faire bonne mesure, je me sens un peu seule… Beaucoup de gens autour, mais c’est quand même pas pareil. D’un autre côté les relations « vont plus vite » je trouve. On sait qu’on n’est pas là pour l’éternité, alors on devient « ami » plus facilement, alors qu’en temps normal, cela prendrait assurément plusiseurs semaines avant qu’on atteigne ce degré d’intimité avec certaines personnes (je pense particulièrement à Renata et Noémie, parce que sans elles, je serais VRAIMENT seule).

A part ça, il y a quand même deux trois trucs sympas : vu que le jardin a enfin été fait, on va pouvoir inviter du monde mardi soir : PASTA FIGHT entre Lapo, le voisin, et Federico, un autre Italien du campus, jaloux un peu (on dirait) que Noémie et moi ayions trouvé les pâtes de Lapo absolument divines l’autre jour. Du coup il voulait nous en faire aussi pour nous prouver que les siennes sont les meilleures, on a pensé à faire une petite compétition bon esprit, ça risque d’être sympa…

Les cours, je n’en parle pas, c’est toujours aussi inintéressant et prenant… Quoi d’autre ?

Bah non, rien.

 

P.S. : Ben oui, petit moral, ça arrive, hein… Bon, forcément, l’« événement » d’hier soir y est un peu pour quelque chose (ou plutôt, si le résultat avait été différent, ça aurait masqué quelques jours encore les ptites misères… y’en a un qui doit être content que les Français se remettent à lire les pages économiques des journaux…). Je suis sûre que vous vous demandez comment c’était ? Ben dément, jusqu’aux dix dernières minutes. On était persuadés que la défense tiendrait bon, que la partie était gagnée, mais on aurait bien aimé un essai, quand même, parce que bon, gagner (ou pas) mais sans même un essai… Bref la douzaine que nous étions de Français au Medicine hier soir (oui, finalement je suis rentrée à Egham, je n’ai pas regardé le match à Londres, et avec le recul, ben c’est mieux) a quand même bien fait de filer à l’anglaise à la fin du match…

P.S.’ : Ils étaient combien les Anglais dans le bar ? Je sais pas, j’ai pas compté, mais je dirais bien une centaine (juste dans celui-là).

Commentaires

Quand vous dites que les relations "vont plus vite", on aimerait bien des détails !

(Enfin, moi, en tout cas...)

Écrit par : Didier Goux | dimanche, 14 octobre 2007

Imaginez que j'étais le seul Français dans un pub d'Oxford lors du drop historique de Thomas Castaignède donnant la victoire aux Français au Parc des Princes à la dernière minute d'un match dominé par les Anglais.

Si ça peut vous consoler :
http://rugby.ina.fr/index.php?vue=notice&id_notice=I07235317

Écrit par : GC | dimanche, 14 octobre 2007

Les commentaires sont fermés.