Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 18 octobre 2007

199

Il n’y a pas eu de notes hier, mais peut-être aurez-vous remarqué, en haut, à droite, de nouvelles photos, celle de chez moi. Grâce à Renata, qui a un petit lecteur de cartes, j’ai en effet enfin pu télécharger toutes mes photos (celles des soirées sont sur facebook).

Hier, belle journée bien chargée, déjeuner en ville avec Jean-Philippe, d’abord (décidément de plus en plus adorable, ce jeune homme), quelques courses (de la mozzarella râpée, mon jus d’orange, des échalotes et du pain libanais, passionnant, non ?) et retour à la maison. Ma présentation orale en cours d’histoire britannique (sur la politique de propagande d’Henry VII, la présentation) s’est bien passée, Pauline Croft a carrément dit qu’elle aimerait bien voir tous les autres (enfin tous les autres n’étaient que neuf) faire la même chose en français, que c’était parfait et très bien, bref j’ai cartonné, résultat, vous me connaissez, j’étais rouge de honte, je savais plus où me mettre (mais où se cacher dans une micro-salle, sans fenêtre, au passage, où il n’y a que onze personne, le professeur compris ?).

Vers sept heures, les gens ont commencé à arriver, et les garçons (Lapo et Federico) ont commencé à cuisiner vers huit heures. C’était hachement bon (paraît-il, car je n’ai pas goûté aux pâtes de Lapo, qui semble pourtant avoir gagné) (« semble » parce qu’on n’a pas osé voter, finalement, de peur d’en voir un complètement écrasé par l’autre – mais quelle idée aussi d’apporter un pot de pesto, quand on était supposé cuisiner ??). Et on a passé une très bonne soirée à beaucoup rigoler. Les économistes (c’est-à-dire les voisins, Manuel et Lapo en tête) (ne laissez jamais démarrer une discussion entre un Italien qui a tendance à monter sur les chaises pour donner du poids à ses arguments et un Espagnol qui refusera toujours d’admettre qu’il a tort, même lorsque c’est obvious) sont partis dans une discussion sur le marketing, cette fois, je crois (la dernière fois Lapo nous avait embarqué dans le pourquoi du comment qu’on mange des pommes chiliennes en Angleterre). Bref l’ambiance y était, les pâtes et le vin aussi… *

Ce matin, bien sûr, j’ai dû m’occuper de nettoyer la cuisine qui semblait avoir connu un cataclysme (Lapo était sensé cuisiner chez lui, et Federico à la maison, pour qu’ils aient plus de place, finalement ils ont décidé que ça serait mieux de cuisiner au même endroit… no comment… Déjà quand ils se sont aperçus qu’ils avaient tous les deux choisi les linguini, ils ont failli s’entretuer). Maintenant la cuisine est niquel, on n’imaginerait jamais ce qui s’y est passé hier…

* Y’avait même du rhum, hein, sinon comment on fait les grogs ??

Les commentaires sont fermés.