Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 07 novembre 2007

216 - Je viens de recevoir ça...

Madame, Monsieur,
Je vous prie de trouver ci-joint, en fichier attaché, l'information
concernant la conférence de M. Stephen Rawles, de l'université de Glasgow.
"Il faut arriver aux livres" Réflexions méthodologiques de bibliographie
matérielle.
Pour M. Toshinori UETANI

Marie-Christine JOSSEC
Centre d'Etudes Supérieures de la Renaissance
Secrétariat U.M.R.
Scolarité Master 2 professionnalisant

D'abord, moi, c'est mademoiselle. Ensuite, cete conférence, elle a l'air chian*e à mourir, franchement, qui a eu l'idée moisie de faire venir un anglais pour parler pendant une heure de comment faire une biblio, je vous l'demande (et alors surtout, M. Toshinori UETANI, qu'est-ce qu'il en a, de la chance, j'aimerais pas trop être à sa place...) ??

Enfin, Je suis en "Master 1 Recherche", donc rien à voir avec la choucroute, mais merci quand même...

Commentaires

Ça, par exemple ! Toshi sur le blogue de la Schtroumpfette ! Pour une surprise, j'aime mieux vous dire que c'en est une, à côté de laquelle l'anecdote du bureau 214 fait figure d'aimable plaisanterie.

Ça alors !

À peine croyable !

(Soit dit en passant, aussi étrange que cela puisse nous paraître, la conférence en question risque bien de le passionner au-delà de ce qu'il est permis d'imaginer)

Écrit par : Chieuvrou | jeudi, 08 novembre 2007

Enfin, Astolphe, ne nous laissez pas ainsi dans l'expectative !!! Racontez-nous !!

Écrit par : Chloé | jeudi, 08 novembre 2007

J'ai beaucoup hésité, mais soit !

Que dire de T.U. en quelques mots sinon qu'il est sans doute, ou peu s'en faut, le plus tourangeau des Japonais et le plus japonais des Tourangeaux, et qu'il a de nombreuses qualités, dont sa grande érudition, mais détesterait à coup sûr les voir exposées publiquement, comme je pourrais le faire en les portant à la connaissance des foules compactes et assoiffées d'informations de toute sorte qui constituent votre lectorat.

Accessoirement, j'ajouterai que je le connais depuis plus de vingt ans, que c'est l'un des rares amis qu'il me reste et que je n'ai sans doute pas toujours été à la hauteur de son amitié.

Si, après le coup du bureau 214, de l'imprimerie de votre regretté grand-père et de mon ami de plus de vingt ans (qui, fort heureusement, n'a rien pour autant d'un ami-de-trente-ans), vous m'apprenez un jour, sur votre blogue, que vous avez déjà séjourné à Vivy, je vais finir par croire à une plaisanterie, voire à un affreux complot contre mon innocente personne...

Comment ça, je suis parano ?

Écrit par : Chieuvrou | lundi, 12 novembre 2007

Les commentaires sont fermés.