Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 17 novembre 2007

221 - Oui oui...

Une semaine bien chargée, voyez-vous...

Donc je suis rentrée lundi soir. A pied. Après le train, j'entends. J'ai appelé la compagnie de taxi et une dame fort aimable par ailleurs m'a clairement informée qu'il n'y avait plus de voiture disponible. Là-dessus mon téléphone meurt à moitié dans mes mains (enfin la batterie seulement, hein...). J'ai donc terminé le trajet à pieds (et bizarrement, au lieu des 15 minutes habituelles, j'en ai mis 25, allez savoir pourquoi...). Mais arrivée à la maison, Renata, ma douce, ma chère Renata, m'a accueillie les bras grands ouverts, le sourire immense et en me disant (avant même bonjour) : "i missed you !!!" Eh oui, moi aussi I missed you, et même que next time tu viens avec moi. Donc très probablement j'emmène moja droga Renata en France pour Noyiel. j'ai déballé mes valises, Renata s'est précipitée sur les trois robes que j'avais ammenées avec moi, elle a halluciné devant la quantité de thé que j'ai été fichue de mettre dans mes valises (et pareil pour le fromage) : "But when you told me "I'm gonna bring my tea back", I was absolutely not thinking about such an amount of teaboxes !!" Ben oui, je sais, y'a que moi pour rammener 20 boîtes de thé en Angleterre...

Le mardi j'ai eu cours. Ah c'était pas mal... J'ai récupéré mon essay d'histoire médiévale (presque 1400 mots que j'avais écrits de mémoire d'après mes lectures des années précédentes) : 35% et surtout "Essay needs to be rewritten". Comment ça, rewritten ??? Ben oui, si on a moins de 40%, on fail. ça, je le savais. En revanche, ce que je ne savais pas, c'est que si on échoue, on recommence. Ben tu m'étonnes qu'ils l'ont tous leur diplôme, ici... Du coup, je me retrouve avec un essay (que j'avais baclé volontairement pour gagner du temps) à réécrire, quand les deux autres sont à rendre pour la semaine du 3 décembre... Beau calcul, ma Chloé, tu t'es surmenée, là, dis-moi ?? Bref.

En cours d'espagnol, j'ai récupéré mon portfolio et j'ai eu very good presque partout (un excellent et un good). Alors j'étais contente. Mais ça m'a pas empêchée de céder complètement à la crise de nerfs à cause de la co**asse rousse so-called teacher d'histoire médiévale, qui n'a pas voulu remonter ma note à 40% (ben évidemment, que j'ai essayé de négocier !!) sous prétexte que l'essay était trop court et que je n'avais pas fait de footnotes. J'ai bien essayé de lui expliquer que les livres ce sont des références qui sont à Tours et que pour les footnotes, elle pouvait se t... brosser, ben non, cette frustrée de base m'a regardée avec son sourire de frustrée débile, et m'a dit "I don't think it's gonna be possible". Très bien, très bien...

En revanche à l'essay d'histoire britannique (l'essay était sur Henry VII), j'ai eu 62%, very promising, d'après Pauline Croft, qui est la plus charmante personne anglaise que je connaisse. Bon début de journée, que j'ai passée ensuite aux fourneaux, pour bake deux tartes (une au chocolat et une aux fruits rouges) que bien sûr je vais vous les mettre les photos pour vous faire bien saliver. Louis-Guillaume et Noémie ont adoré (le soir même) les fromage, et les deux pré-cités et les voisins du 31 ont été "very impressed" par mes talents pâtissiers. Et bien sûr que non, je ne donne pas les recettes, puisqu'il s'agit de secrets de famille, que nous tenons bien gardés. N'avez qu'à avoir un grand-père/grand-oncle chef pâtissier, ça vous apprendra... (Oui, parce que bon, derrière ce que vous voyez là, il y a des années d'expérience, hein, et ce que je fais le mieux du monde, ce sont les tartes aux quetsches, que les miennes c'est les meilleures du monde, voilà).

703a483de9891ab9f980ef075b9323e4.jpg935e4541f727d110a33e30f50b40c774.jpg

Jeudi, j'ai passé la journée à Oxford, avec Emma, une des voisines du 35, et je vous le dis comme ça : j'ai passé une excellente journée. C'est definitely plus agréable de passer le trajet (1h20 de train, tout de même) à deux que tout seul. La ville est magnifique, on se croirait au paradis sur terre, et d'ailleurs, j'ai trouvé ma future maison, je visualise même déjà tout l'intérieur. 

27af1d18e9224477bc6113d8264421d8.jpgd661542cb7294be28ed35fdbc0d039a1.jpg

(A gauche : une vue d'Oxford, à droite, ma maison : La Radcliffe Camera. Il paraît qu'ils y organisent les cérémonies de remises des diplômes, ça ne me dérange, pas, au contraire, on trouvera bien une façon de s'arranger, je peux passer une semaine en France à ce moment-là...)

Hier vendredi, je suis allée en cours bien gentiment, c'était aussi intéressant qu'à l'accoutumée, et je ne sais pas pourquoi je me suis dit, à 10h, je vais rentrer prendre le petit-déjeuner que je n'ai pas eu le temps de prendre ce matin, puisque mon cours d'espagnol n'est qu'à midi (habituellement je me colle sur un des ordis de la fac, mais là, voyez-vous, j'avais faim). Eh bien figurez-vous qu'en arrivant à la maison, j'ai appris en consultant mes mails que le beau Gerardo était unwell et que donc on n'avait pas cours !!! Une journée de ruinée, mais bon...

Et hier soir, c'était 90's party, chez les voisins du 35, qui n'était pas si 90's que ça, mais on a bien rigolé quand même. Et même que sur la fin, Alex (qui est en musico) s'est retrouvé à jouer, rien que pour moi, Rachmaninov (un de mes préférés), Debussy et Chopin. Avec les Spice Girls en même temps qui hurlaient des enceintes de l'ordi, mais je m'en foutais, j'étais accroupie devant le piano et Alex, et même que c'était trop bien. J'ai of course arbitrairement décidé que je reviendrai quand il serait sobre (oui, on était tous "not drunk, but chemically inconvenienced", comme dit l'aimant que j'ai acheté à Oxford, vers 3h du mat') et qu'il jouerait pour moi. Me demandez pas comment (non, vraiment, me demandez pas, please), mais il arrivait à tout enchaîner comme un virtuose qu'il est et qu'il faut être quand on arrive à faire ça un peu bourré. Bref. Il m'a dit "Yes, you will come back, and I will play while you will be reading, lying on my bed". Alors là, ça appelle deux réfléxions : la première, c'est que ce garçon, qui me connaît à peine, m'a tout à fait cernée. La deuxième, c'est que pour comprendre aussi bien les filles, il faut être gay. La troisième (oui, en fait il y en avait trois), c'est qu'il ne faut surtout pas y voir d'invitation indécente que mon père réprouverait : Alex est très gay.

PS : non je ne dis rien de mon week-end en France, parce que c'est pour moi toute seule, il vous suffira de savoir que c'était formidablement ressourçant... ouais. Pour le reste je vais de ce pas répondre à vos commentaires... (au passage, je note que vous vous fichez totalement que j'écrive ou pas, vous m'avez complètement transformé ce blog en salon de thé, mais c'est pas grave, ça veut dire que c'est accueillant, et j'aime assez l'idée...)

Commentaires

Hé bé, ça valait le coup d'attendre un peu, on en a pour ses sterlings au moins ! Vous êtes sûr qu'il est vraiment pédé, l'Alex ? Que c'est pas une ruse de Sioux pour vous endormir ? Un raccourci-berlingot ?

Écrit par : Didier Goux | samedi, 17 novembre 2007

Je vous sens toute requinquée, là. Tant pis si on a pas droit à la recette de la tarte rien que la regarder c'est déjà bon !

Écrit par : Catherine Irrempe | samedi, 17 novembre 2007

Merci et merci ! Et oui, il l'est, non, c'est pas une ruse, et je vais dormir, là, il est tard, on a beaucoup dansé, et je crois que j'ai vaguement empêché un Portugais plutôt pas mal de m'embrasser...

Écrit par : Chloé | dimanche, 18 novembre 2007

N'oubliez pas que si les Portugais sont toujours gais, les Espagnols sont rarement gnols...

Écrit par : Didier Goux | dimanche, 18 novembre 2007

En fait il est brésilien...

Écrit par : Chloé | dimanche, 18 novembre 2007

Les commentaires sont fermés.