Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 18 novembre 2007

222 - Ah là là, mes enfants...

Eh bien le moins qu'on puisse dire, c'est que tous les gens qui étaient au medicine hier soir sont repartis avec l'idée que les Français sont :

1. Les premiers et les derniers sur la piste de danse ;
2. Les premiers à y faire des conneries (comme exploser tous les ballons, et hurler les paroles des chansons qu'ils connaissent pas, ou encore tout envoyer valdinguer) ;
3. Toujours au milieu de la piste même quand la moitié du bar s'est enfin décidée à les rejoindre ;
4. Les plus fun, les plus hype, les plus délirants et surtout :
5. Les plus CHALEUREUX !!

Oui oui. Chaleureux. D'ailleurs c'est pas compliqué, tout le monde a halluciné comme on est très très friendly, entre nous uniquement, bien sûr, s'agirait pas d'aller se compromettre avec des gens qu'on ne connaît pas, à part quelques V.I.P. soigneusement choisis que nous acceptons près de nous. Oui, on s'la pète, et alors ? On est les meilleurs, personne ne bouge mieux que nous (surtout pas mieux que LG). Heureusement, j'ai presque envie de dire, qu'on s'la pète.

En ce qui me concerne, F. (italien) m'a dit que j'étais "mean" de pas l'avoir rappelé, pourquoi je l'ai pas rappelé, je le sais pourtant, qu'il est fou de moi et j'ai son numéro... Ben oui, mais non. J. (qui est Lyonnais, mais gay) m'a demandé 12 fois tout au long de la soirée pourquoi je ne voulais pas de lui (ben je m'demande, tiens...). Un Brésilien répondant au nom de Bruno (et qui, après facebookage, s'avère avoir tois jours de plus que moi !! enfin quelqu'un de mon âge !!) est venu près (un peu trop) de moi pendant je ne sais plus quelle chanson très élévatrice (du genre ah si je me rappelle : c'est "What you waitin for", de Gwen Stefani, non ? Daf nous dira) et a essayé de m'embrasser dans le cou plusieurs fois, mais bon je me suis pas laissée faire, hein. Et en repartant, Martin et Lukas (surtout Martin), respectivement nés en 1986 et 1988 (no comment, de toute façon ici tout le monde me donne spontanément 21 ans, alors...) (et Allemands) m'ont demandé pourquoi je rentrais maintenant. "Parce que j'ai une demi-heure de marche et des talons de 10 cm", que je leur ai répondu. En fait, arrivée à Founders, j'ai ordered un taxi, of course (j'allais pas rentrer à pied à 2h30 toute seule, c'est pas parce que j'habite à la campagne que c'est plus prudent qu'ailleurs).

Une très très agréable soirée, donc, dommage que Noémie et Justin (son cher et tendre, pas notre Justin le Chinois) ne soient pas venus, comme a dit LG, on aurait fait des sandwiches avec eux aussi.

Commentaires

1986. C'est parce qu'ils vous paraissent être des jeunots que je sens une légère condescendance?
Ah oui, c'est bien Gwen Stefani qui a chanté cette chanson sur laquelle, apparemment, on s'embrasse dans le cou....

BM

Écrit par : bmalaussene | dimanche, 18 novembre 2007

bah ça n'engage à rien les bisous dans le cou, pis c'est agréable ! Ah les jeunes, faut en profiter pendant qu'il est temps ...

Écrit par : Catherine Irrempe | dimanche, 18 novembre 2007

Ah mais je n'ai rien contre les bisous dans le cou moi!

Vous voulez dire qu'il faut profiter des jeunes tant qu'il est encore temps, ou que tant qu'on est jeune, il faut profiter tout court?

Bonne journée!

BM

Écrit par : bmalaussene | lundi, 19 novembre 2007

Des "bisous" dans le cou : je t'en foutrais...

Écrit par : Didier Goux | lundi, 19 novembre 2007

Faut pas être ronchon, M'sieu Didier. Y'a forcément eu une époque où ça vous plaisait aussi! Peut-être même que ça vous plaît toujours d'ailleurs...
BM

Écrit par : bmalaussene | mardi, 20 novembre 2007

Les commentaires sont fermés.