Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 20 novembre 2007

225 - Faut quand même que je vous raconte la piscine...

Non parce que ça vaut le détour, franchement...

Donc déjà, on est arrivé à l'arrêt de bus : il pleuvait (accessoirement il a plu toute la journée, en fait, comme ça arrive souvent, et même à chaque fois qu'il pleut). Il a fallu attendre le minibus. Sous mon petit parapluie que j'ai généreusement laissé squatter par tout le monde. Et, chose bizarre, il pleuvait tellement que même Sébastien et Federico l'ont squatté, mon parapluie alors que (fait intéressant), il est rose, mon parapluie (et qu'en général les gens ne se presse pas en-dessous).

Ensuite on a été emmenés à la piscine par un chauffardeur qui conduisait quand même très vite alors qu'il faisait nuit et qu'il pleuvait à torrents.

Au moment où je vous parle, le monsieur qui me sert de prof de médiévale ose traiter la carte de la France capétienne de patchwork (ranafoute que ça soit vrai : d'où les Anglais se permettent de traiter la France de patchwork ?? Ils ont vu la carte de leur "pays" aujourd'hui ??). Bref.

Arrivés à la piscine, on m'a appris (bon OK, je le savais déjà, mais j'espérais encore pouvoir y échapper) qu'il fallait que je porte un bonnet de bain. Non vous ne rêvez pas. MOI, avec un bonnet de bain. Alors je l'ai joué grande scène du deux : déjà j'étais la seule à porter un maillot deux pièces (très chou, au demeurant, celui que j'ai acheté chez Gap à Londres au mois d'août). En plus, j'avais toujours les ongles (des pieds ET des mains, sinon c'est pas drôle) peints en rouge foncé (évidemment, merci le chlore, j'ai tout viré ce matin). J'étais absolument adorable avec ce bonnet de bain doré que m'a prêté le vilaine qui est responsable des filles.

Accessoirement, il me paraît très important de porter à votre connaissance le fait que, sans mêe avoir réellement enquêté, j'ai découvert où allait l'argent des cotisations : le président de la swimming society se fait masser pendant les séances assis su le rebord de la piscine par une jeune fille (qui doit être sa secrétais ou assimilée, d'ailleurs il me semble que c'est la même que celle qui m'a prêté le bonnet de bain). Ne me remerciez pas, c'est mon bon plaisir de vous informer.

A la sortie, on a dû attendre le minibus dix bonnes minutes sous la pluie, les cheveux mouillés et les pieds gelés, résultat : 39° ce matin et la gorge toute gonflée (ça sent l'angine, je vous dis que ça). Et faut quand même aller en cours (et on m'annonce que je dois lire la page 248 du Barber, mais je ne sais pas bien à quoi ça correspond).

Les commentaires sont fermés.