Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 08 décembre 2007

235 - Quand ils vous lâchent tous lâcheusement...

Eh oui, à parcourir les blogs des uns et des autres (bon sauf celui de Didier, hein...), on s'aperçoit que tous les étudiants vous plantent vilainement - oui même moi, mais vous voyez bien, je me reprends - sous le foireux prétexte qu'ils ont des exams ou autres trucs débiles.

Ben moi, cette semaine, j'ai rendu deux essays d'histoire, un portfolio d'espagnol (le premier qui me redemande "Mais euh, POURQUOI portfolio ?", je préviens tout de suite je réponds "Parssque dans ton cul !"), et passé la première partie de l'examen d'espagnol qu'était trop dur sa race, je vous raconte même pas (si un jour vous voulez improve votre Spanish, c'est pas en Galicia qu'il faut aller...).

Du coup, pour décompresser, je suis allée à une fête chez les voisins hier soir (au moins je me suis pas perdue en rentrant c'est déjà ça...), qui a duré jusqu'à 7h du matin (c'est-à-dire que oui je suis restée jusqu'à 7h, parce que comprenez-moi, vu l'épaisseur des murs, tant qu'ils font la fête, je ne peux pas dormir. Donc autant faire la fête). Du coup je me suis levée à 15h30, j'ai lu, rangé un peu, et mis les photos sur Facebook.

Et comme c'est normal que je raconte pas tout dans l'ordre, avant la soirée, y'avait dîner à la maison. J'avais invité Louis-Guillaume et Noémie à dîner, et Leïla et Julie pour le dessert. Ben figurez-vous que Renata avait invité Clarence (son amoureux zambien médecin dans l'armée de Sa Majesté), et Lapo et Mikolaj ont débarqué la bouche en coeur pour nous expliquer qu'ils avaient nettoyé la cuisine et que donc si ils cuisinaient dedans maintenant ils faudraient qu'ils relavent alors est-ce que ça nous ennuirait qu'ils viennent cuisiner ici ? Ben non, of course, on va faire le ménage pour vous mes ptits gars... Donc ils ont débarqué avec leur manger, leurs faitouts, etc. et nous on foutu le bordel pas possible dans la cuisine (d'autant plus que j'avais fait la cuisine avant). (Mais moi je fais la cuisine proprement, d'ailleurs ça les impressionne vachement, parce qu'ils y arrivent pas, of course.)

Ce qu'ils ne nous avaient pas dit, c'est qu'ils squattaient aussi le salon pour dîner (avec deux ou trois de leurs amis, sinon c'est pas drôle). Au moment où ils commençaient leurs pasta (cuisinées par Lapo, of course), nous on avait déjà terminé les escalopes à la crème avec la purée aux graines de quinoa et "oignons frais"*. Du coup je faisais les bananes flambées au rhum et au chocolat fondu. Que Louis-Guillaume il a pas trouvé mieux à faire que lâcher son assiette par terre sur la moquette. Oui oui vous avez bien lu. Tout par terre.

C'est là que je vous livre un scoop : le détachant pour fringues, ça détache aussi la moquette (et le jean de Louis-Guillaume - qu'il n'a pas retiré, il s'est juste étalé le produit avec l'éponge dont il s'était servi pour frotter la moquette...).

Et c'est sur cette merveilleuse information que je vous abandonne parce qu'en fait le showing off, c'est bien, mais accessoirement j'ai un essay à ré-écrire pour mardi, et la deuxième partie (orale) de l'examen d'espagnol (après on a une party pour s'en remettre, quand même, et Gerardo est sensé nous faire une paella) le même jour. Mais dans l'immédiat je file "chez" Julie et Leïla (comprendre Founder's chambre 405 East, quand même, la classe de dormir dans le château...), parce qu'on va danser un peu au medicine.

 

* traduction de Leïla des "salad onions". Copright et tout le bordel.

Commentaires

Désolé de jouer les chieurs chaque fois que je débarque en ces lieux mais je crains que vous n'ayez commis la confusion traditionnelle entre la Galicie, région slave d'Europe centrale à cheval sur la Pologne et l'Ukraine, et la Galice, région lusophone d'Espagne que les infortunes de l'histoire n'ont cependant jamais permis d'unir au Portugal.

Excusez l'intrusion mais Didier Goux semblant occupé en ce moment, il fallait bien que quelqu'un se dévouât pour apporter cette importante mise au point.

Écrit par : Chieuvrou | samedi, 08 décembre 2007

En fait, au cas où ça vous aurait échappé, depuis que j'habite là je m'la pète un peu en mettant des mots anglais un peu partout, et aussi espagnols, tant qu'à faire, et à moins que je ne me trompe, auquel cas je compte bien entendu sur vous pour me remettre sur le droit chemin une fois de plus, en espagnol on dit Galicia (parce que c'est ce que je comprends quand notre prof nous dit qu'il vient de là-bas).

Écrit par : Chloé | dimanche, 09 décembre 2007

Certes, mais là vous n'avez pas écrit Galicia mais Galicie, ce qui change tout.

Sinon, vous me flattez car je serais en fait bien incapable de mettre quiconque dans le droit chemin, surtout en matière d'espagnol, langue dont je ne parle pas un traître mot (à part, sans doute, Viva la Revolución, Abajo la dictadura, No pasarán, Viva la muerte, Viva el Dictador, Porque te vas et Vamos a la playa oh o-o-oh).

Écrit par : Chieuvrou | dimanche, 09 décembre 2007

Ah mais vous avez très raison !! et en plus j'ai écrit improve english au lieu de spanish, quelle gourde...

Écrit par : Chloé | dimanche, 09 décembre 2007

Allons, allons... Ne vous mettez pas dans dans tous ces états pour si peu.

Écrit par : Chieuvrou | dimanche, 09 décembre 2007

Les commentaires sont fermés.