Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 10 décembre 2007

237 - Il fut un temps où je vous donnais plein de recettes...

... mais les recettes ça prend du temps, et de toutes façons je ne fais plus que mélanger les légumes (ce soir poireaux et champignons à l'eau et courgettes et échalottes à revenir à l'huile, le tout mélangé avec un peu de mozarella rapée - j'ai plus de gruyère, oui, je sais, ça craint).

Donc...

Una mattina mi son svegliato,
o bella, ciao! bella, ciao! bella, ciao, ciao, ciao!
Una mattina mi son svegliato,
e ho trovato l'invasor. 

O partigiano, portami via,

o bella, ciao! bella, ciao! bella, ciao, ciao, ciao!
O partigiano, portami via,
ché mi sento di morir. 

E se io muoio da partigiano,
o bella, ciao! bella, ciao! bella, ciao, ciao, ciao!
E se io muoio da partigiano,
tu mi devi seppellir. 

E seppellire lassù in montagna,
o bella, ciao! bella, ciao! bella, ciao, ciao, ciao!
E seppellire lassù in montagna,
sotto l'ombra di un bel fior. 

E le genti che passeranno,

o bella, ciao! bella, ciao! bella, ciao, ciao, ciao!
E le genti che passeranno,
Mi diranno «Che bel fior!» 

«È questo il fiore del partigiano»,
o bella, ciao! bella, ciao! bella, ciao, ciao, ciao!
«È questo il fiore del partigiano,
morto per la libertà!» 

J'attends les hurlements rapidement... M'en fous...

Les commentaires sont fermés.