Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 19 avril 2008

277

Ben voilà, voilà… J’avais écrit une jolie ptite note hier soir, et puis piouf ! elle a mystérieusement disparu au moment où j’ai cliqué sur « enregistrer ». Enfin pas si mystérieusement que ça, en fait : c’est parce que la connexion m’a encore lâchée…

Bref. Je disais que j’avais fait plein de trucs hier : réveil mis à 8h30, levée à 9h, petit-déjeuner, lecture des blogs, des mails, envois de mails, petit chattage avec une ou deux copines sur MSN… Á midi je commençais à travailler.

Plus tard, dans l’après-midi, j’ai filé à la Senate House Library rendre les livres que je venais de lire, photocopier un chapitre d’un de ces fameux livres, en prendre d’autres, les regarder vite fait, emprunter ceux qu’il me fallait vraiment, et enfin me faire jeter dehors à 18h33 parce que ça ferme à 18h30, mademoiselle, oui, oui, c’est bon, j’arrive !

Arrivée à l’appartement, j’ai résisté à Rome (la série, of course), et j’ai encore lu, lu, lu (et pris des notes) : les quatre premiers chapitres d’un livre délicieux de Clare Howard intitulé English Travellers of the Renaissance. Très intéressant, j’ai pris cinq pages de notes, je crois, c’est dire.

Et puis avant d’aller me coucher, j’ai écrit une petite nouvelle (de cinq pages), vite fait, comme ça… Elle me plaît bien, ma ptite nouvelle.

Au programme aujourd’hui, Renaissance self-fashioning deStephen Greenblatt, et le chapitre 6 sur Thomas Coryate de Early Travels in India, 1583-1619, de Sir William Foster. Plus la jolie Revue d’Histoire moderne et contemporaine (numéro 54-4 bis, sur « Histoire globale, histoires connectées : un changement d’échelle historiographique ? ») que mon frère Edouard m’a envoyée, merci beaucoup Edouard. Une fois que j’aurai lu tout ça, j’attaque mon introduction (donc ce soir ou demain) et probablement une ou deux parties pour lesquelles j’ai déjà des idées bien développées.

Bonne journée à tous !

PS : c’est cool, quand même, d’avoir des gens virtuels à qui causer, parce que bon, mes livres ils sont bien sympas, mais mois je pète un peu les plombs, là, à être toute seule sans personne à qui parler…

Les commentaires sont fermés.