Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 28 juillet 2008

298 - A JOOOOB !!!!! (oui, Chloé's got a job)

Alors voilà, j'ai enfin trouvé du travail. Je suis à découvert à mort, je n'en puis plus, of course je vais devoir travailler 50h par semaine pour pouvoir vivre décemment, mais au moins, ça remonte le moral. Surtout qu'on ma dit "You've got it. I'm telling because I like you : you've got the job".

En plus, je rentre en France quelques jours, pour aller entre Biarritz et St-Jean-de-Luz avec ma famille. Si c'est pas trop bien... Je reviendrai le 6. Ou le 7 (ou le 8 ou le 9, on verra bien) : ça va être bieeeennn...

dimanche, 27 juillet 2008

296

Lila est partie. J'ai été prise pour un job que j'ai trouvé toute seule, comme une grande, et pour lequel j'ai dû participer à un entretien, en anglais, hein, donc, or pour le tout premier entretien de ma carrière j'ai dû plutôt très bien faire, puisqu'ils m'ont appelée vendredi pour me dire qu'ils m'offraient le poste. Non, cette phrase n'est pas parfaite, et loin s'en faut, même, mais chuis contente. Et ça, ça vaut toutes les horreurs syntixicalologiques du monde.

J'attends quand même une deuxième réponse avant d'accepter, deuxième réponse que j'espère bien avoir demain, et avec un peu de chance j'aurai un job sympa de réceptionniste dans un hôtel très sympa aussi. Et avec encore plus de chances, j'aurai un autre poste en plus, qui me permettra de gagner un peu plus que "juste le loyer, la bouffe et le transport", autrement dit, de quoi avoir une vie sociale. 

Y'a pas à dire, je vois le bout. Au moins, j'aurai presque de quoi payer mon loyer le mois prochain. D'ici là, ben on se serre encore un peu la ceinture (en plus ça m'aidera peut-être à re-rentrer dans un pantalon dans lequel je me suis aperçue que je ne rentrais plus...).

Je vous laisse, pour l'instant de maintenant j'ai des trucs à faire...

dimanche, 20 juillet 2008

295 - Lila Cata

Or donc.

Lila-Cata est arrivée hier. Et ça, c'est trop bien. Du coup, on dirait qu'il ne nous manque presque plus rien ici à Londres avec Jérémy : celle qui manque encore c'est Julie (avec ou sans torero). J'ai trouvé la solution à mes problèmes : Leïla vit avec moi pendant le mois d'août, comme ça on partage mon loyer, ce qui est mieux pour nous deux, et après, en septembre, Julie arrive et elles (Julie et Leïla) virent l'amerloque et la chinoise de la chambre d'à côté et la partagent à elles deux. Elles ont  un peu beaucoup l'habitude, quand même...

Donc ça, c'est le plan. Et le plan pour commencer le plan, c'est d'empêcher Leïla d'attraper son avion (c'est l'idée de Jérémy), comme ça elle aura pas assez de sous pour se repayer un retour, et elle sera bien obligée de rester. Et elle trouvera un boulot pour avoir les moyens de se le payer, son avion, et finalement le boulot lui plaira et elle restera là. C'est pas une trop bonne idée, ça ??? Ben si. C'est Jérémy il l'a dit.

En attendant, hier on a bien rigolé. ça faisait même un sacré bout de temps que je n'avais passé un aussi bon moment. Leïla est arrivée à midi et demie à Victoria, on l'a récupérée avec Jérémy, on est rentré à la maison pour l'installer, et après on s'est fait une bonne bouteille de pim's, et on est allé la boire au park. Puis on a essayé le pub de juste derrière chez nous, qui se révèle être la trouvaille du siècle : restauré comme il y avait cent ans, avec devant le comptoir la partie "private pub" pour les "upper class" de l'époque, mais aussi des canapés immenses et fluffy à l'étage, et surtout, surtout, une petite terrasse sur la Tamise. On a trouvé le truc du siècle, je vous dis.

Du coup ça va... 

vendredi, 18 juillet 2008

294 - Fuuuuuucccckkk !!!!!

Alors la meilleure de la semaine, ça a été quand hier j'ai ouvert ma boîte de réception (mailbox, pour les intimes) et que j'avais un mail. De gens de l'aéroport d'Heathrow. J'avais postulé, oui. Mère avait râlé, et m'avait dit que ça servait à quoi de postuler dans un endroit lointain (on y accède par le métro, même si c'est en toute dernière zone) pour lequel je devrais payer des transports en commun ?? Hein, franchement ?

(Parenthèse, n'est-ce pas, car à cela j'ai deux remarques à faire :

1) Comme si j'allais ne chercher que dans mon coin, ce qui ne serait pas réducteur, franchement...

2) C'est bien la même mère qui m'avait dit que si, au lieu de chercher un truc un peu spécifique, je postulais dans n'importe quelle boutique de bas-étage, au moins, j'aurais des rentrées d'argent.

Fin de la parenthèse.)

Bref, de toute façon, le mail, c'était pour m'informer que ma candidature n'avait pas été retenue, donc... ma mère devrait être heureuse (sauf que je ne peux pas vraiment l'en informer, puisqu'elle a décidé que je ne devais pas la rappeler tant que je n'aurais pas un job - oui oui...). Moi moins. Surtout que dans la soirée j'ai reçu un deuxième mail, exactement le même. Comme si un n'était pas suffisant et suffisamment  déprimant...

Là où ça devient même encore un peu plus drôle, c'est que j'ai passé la matinée sur Internet à chercher des propositions de jobs qui pourraient me convenir sur plusieurs sites de ce genre, et que je viens juste de recevoir un coup-de-fil d'une dame d'une des agences en question, qui m'a posé deux-trois questions, avant de me dire que "en fait non mais ça va pas être possible, parce qu'on cherche des gens pour faire carrière, pas des gens qui veulent repartir dans un an"... Ah bah oui, forcément, ça va moins le faire. Et comme j'ai rien compris au nom de l'agence, je ne sais pas combien des candidatures que j'ai posées ce matin ça invalide...

Tout va bien... tout tout tout va bien...

Mais Leïla arrive demain, et ce soir G. m'invite à un concert au Jazz Café. On va écouter Kokolo. Et des autres gens, aussi.  Et même que c'est pas grave qu'il m'ait prise par dépit parce qu'il n'a trouvé personneà qui revendre le ticket acheté par erreur pour un autre ami qui, finalement, ne pouvait pas aller au concert, mais que G. le savait pas parce qu'il ne lit pas tous ses messages avant d'acheter ses tickets. 

mercredi, 16 juillet 2008

293 - Politique et Littérature

Le titre, en fait, c'est juste pour le référencement, j'ai vu ça en me connectant sur hautetfort, et je me suis dit "tiens, et si j'essayais de faire exploser mes stats presques mortes ??"

Aujourd'hui est un grand jour : je tourne la page de mon calendrier (les Dieux du Stade 2008). Je dis donc au revoir à Jean Monribot (d'Agen), et bonjour à Arnaud Mignardi et Peïo Som (d'Agen aussi, décidément...). Une des photos que je ne préfère pas, mais que mon colocataire devrait apprécier... Une de ces photos qui nous montrent que les gens qui se sont occupés de décider des photos et de qui on mettrait dessus voulaient viser cette année une autre clientèle que... ben les femmes, en fait. Ah ! en plus ils ont des menottes à un pied chacun. Bouh. Mais où sont Chabal et Dominici ?

A part ça, c'est le graduation day de mes anciens voisins, aujourd'hui, ils vont porter cette espèce de robe un peu ridicule qu'on voit dans les films américains, et aussi le chapiô (vous savez, celui dont on fait passer le pompon d'un côté à l'autre chacun son tour devant tout le monde, pour dire avant j'avais pas ma licence (ou "degree" dans le langage autochtone), maintenant je l'ai. Attention je vous remontre : a pas - changement de côté - a. Mouais. Le truc c'est qu'il faut réserver longtemps à l'avance pour y être avec au moins ses parents, et que tout le monde n'est même pas sûr de pouvoir y amener sa famille. Alors les amis... Donc peut-être un ptit pot ce soir avec mes anciens voisins.

Et puis sinon le monsieur d'en-bas coupe l'herbe, c'est trop cool je viens d'éternuer. D'où j'éternue parce qu'on coupe l'herbe trois étages plus bas, alors que je suis sensée ne pas être allergique (j'ai juste les muqueuses sensibles, paraît-il) ???

Allez un bisou et au lit, à demain (pour peut-être des trucs plus intéressants, qui sait ?).  

mardi, 15 juillet 2008

292

Bon, déjà dans la précédente liste, j'ai oublié (et ce n'est pourtant pas le moins important) : m'abonner à la presse écrite française, et aussi un peu anglaise (genre le financial times). Mais ça, pareil, c'est dès que j'aurai du travail, rapport au fait que la culture, c'est pas toujours gratuit.

Je commence à me comporter comme Miranda dans la saison 3 (vous savez, quand elle appelle le chinois qui livre, et que la fille se marre en lui disant "oui, oui, tous les soirs la même chose hihihihi !!" ?). Bon sauf que moi je commande pas tous les soirs. Et que quand je commande, ça fait dix livres minimum (donc 11,20 en pratique), comme ça la livraison est gratuite (à partir de £8) ET on m'offre les prawn crackers (à partir de £10, vous savez, ce sont les chips chinoises blanches et à la crevette, donc). Mais du coup, comme les "portions" comportent de quoi faire deux plats de résistance, avec une commande j'ai de quoi manger toute la semaine. Le soir, hein. De toute façon la journée je ne mange plus que tu babybel. Mine de rien ça a vachement réduit mon budget bouffe, MAIS, je ne mange presque plus que du chinois. C'est la vie, mes enfants...

Et à part ça, pour remplir un peu plus ma vie, j'ai piraté hier le profil de ma cops Leïla, hier, et elle, qui n'était pas sensée avoir accès à Internet avant demain, vient de se connecter. Elle va me tuer (bon, elle était au courant). Voilà voilà, entre temps elle a déjà quasi-remodifié son profil et m'a promis sa vengeance (froide, tant qu'à faire). 

Ma vie est fascinante... 

dimanche, 13 juillet 2008

291 - La liste de toutes les choses que je dois faire

Enfin, peut-être pas toutes, si ça se trouve (et ce sera même sûrement le cas), je vais en oublier, mais je referai des rajouts le cas échéants.

Or donc : 

Most important parmi les most important things to do :

- TROUVER UN JOB !!!! 

- Aller m'inscrire au consulat pour des fois que on n'sait jamais y'aurait besoin de me rapatrier d'urgence.

- Emmener un CV au British Council pour applyer (oui, j'écris en franglais, maintenant, ça veut dire poser ma candidature, mais "poser sa candidature", is waaaayyyy toooooo long) comme teaching assistant pour la rentrée (£1030 par mois pour 12h de cours par semaine, ça laisse largement le temps pour un mi-temps en plus et/ou un stage en journalisme, si j'arrive à m'en dégôter un). 

Ensuite :  

- Aller au Victoria and Albert.  

- Recommencer à lire, et pourquoi pas en commençant par les nouvelles d'Edgar Allan Poe, que j'avais achetées à Oxford en décembre et que je n'ai toujours pas lues (à vrai dire, Gerardo les a vues hier dans les petites étagères qui me servent ici de bibliothèque et c'est lui qui es a rappelées à mon bon souvenir).

- Aller à l'expo sur l'amour et les valeurs dans les poèmes épiques indiens à la British Library (mais pour ça j'ai jusqu'au 14 septembre).

- Retourner plus régulièrement sur Ebuzzing, même si c'est le diable, je me suis fait souffler deux notes parce que je n'y allais plus régulièrement (et pour ceux qui s'entêtent à me dire que c'est le diable, j'ai reçu mon premier paiement il y a deux-trois jours, et croyez-moi, ça fait plaisir...).

- Ecrire plus souvent sur mon blog, c'est un rythme à reprendre, maintenant que je suis ici pour un an, je devrais avoir des choses à raconter.

 

Par exemple, dernièrement, après avoir pris la carte de membre du cinéma Prince Charles, à Leicester Square (£10 par an), je suis allée voir, pour £1,50 chacun, Cassandra's dream (le dernier - je crois -Woody Allen), Oxford Murders, que j'avais voulu voir il y a un moment, et The other Boleyn girl. Je dois encore aller voir : Hancock, Mamma Mia, The Bank Job, My brother is an only child, Persepolis, Mes amis, mes amours, et je crois que c'est à peu près tout pour l'instant. Mais c'est déjà pas mal. 

Et puis aussi, dès que j'aurai un boulot et donc les moyens de me les payer, prendre plusieurs cours :

- Espagnol, obviously, maintenant que j'ai commencé, et que je reste à Londres en partie pour rester près de mon cher et tendre, c'est l'occasion ou jamais.

- Comme on m'a dit qu'italien, étant donné mon niveau d'espagnol, ça n'était pas recommandé (sinon je vais tout mélanger), Arabe, ou Russe, ou Japonais, let's see.

- Piano, pour recommencer.

- Et de toute évidence, Yoga.  

 

samedi, 03 mai 2008

288

Alors, apres la note un peu ole ole d'hier (mais qui va me rapporter une jolie somme, donc...), une vraie note, pour dire que ca va toujours, ca avance toujours, je stresse toujours, bref c'est la fete.

Hier je suis quand meme allee a un "ptit" concert (heureusement qu'on avait pris les tickets y'a un mois, c'etait blinde), les Skatalites, c'etait tout bonnement genial, si l'on excepte le fait qu'on etait un peu bouscule tout le temps par tous les gens qui n'avaient apparemment rien de mieux a faire que passer d'un bout a l'autre de la salle. Bien danse, bien saute, bien defoulee... ca fait du bien de faire un break.

Hier a Oxford j'ai failli payer £40 pour une photocopie d'une carte du 16e siecle en facsimile (c'est quand meme pas comme si c'etait l'original, hein...), mais au moment ou j'ai dit au monsieur que "zut, j'ai que des billets de £20, et la machine a charger les cartes de photocopies (la-bas les impressions et reproductions on les paie avec la carte de photocopie) n'accepte que les billets de £5 et £10...", il a fini par me dire de laisser tomber, ca leur ferait (je cite) "trop de grosses coupures (c'est-a-dire deux, hein...) au front desk"... N'importe quoi... Il se font vraiment de l'argent avec tout et n'importe quoi, hein... £20 une copie A3, franchement ! Enfin je n'avais pas le choix, j'avais besoin de cette caret, on en peut rien sortir de leur bibliotheque, et on a interdiction de photocopier ou photographier. Mais quand je pense que je finis avec deux feuilles A3 meme pas vraiment droites, je me dis que j'avais bien fait de prevoir le coup avec les billets de £20.

Bon, sur ce, je m'y remets, j'ai plein de pages a taper avant 17h !!

samedi, 26 avril 2008

284 - Le ballet !!

Or donc, jeudi 24 avril je suis allée avec Ezra au ballet. Je vous colle le programme de suite, comme ça c’est fait et on n’en parle plus :

Serenade, de Pyotr Il’yich Tchaïkovski, chorégraphie de George Balanchine, avec, entre autres, Sarah Lamb, Alexandra Ansanelli, Isabel McMeekan, David Makhateli et Valeri Hristov (bien sur que je ne vous donne que les plus importants, j’ai pas que ça à faire, non plus, de tout recopier !! Mais si quelqu’un souhaite plus de détails, qu’il n’hésite pas à demander).

Then, Rushes, Fragments of a Lost Story, sur une musique de Sergey Prokofiev, arrangé et élaboré par Michael Berkeley (oui, comme l’hôtel, c’est marrant, non ?), interprété par Leanne Benjamin, Tamara Rojo et Thomas Whitehead (entre autres, toujours).

Enfin, Homage to the Queen, musique de Malcom Arnold (vous inquiétez donc pas, moi non plus je n’avais jamais entendu parler de lui), avec plein de gens pour gérer les plusieurs chorégraphies et plein plein de danseurs comme vous pourrez le comprendre plus bas.

Les présentations terminées, voici mon humble avis sur cette représentations (ça a déchiré sa mère grave sa race !! – hum hum, pardon).

Je ne redirai pas que Tchaïkovski est un de mes deux compositeurs préférés (celui ou celle qui arrive à me ressortir le nom de l’autre, je l’aime, tout simplement, parce que je vous connais, je suis sûre que personne n’a la réponse, vous ne m’écoutez jamais, je ne vous aime pas). Ah bon c’est fait je l’ai dit ? Bref. Il s’agissait ici, pour la petite histoire de la 76e performance du Royal Ballet a la Royal Opera House (l’endroit où on était, donc). C’était très très bien, une fantastique mise en bouche, n’est-ce pas, mais un détail m’a chiffonnée : obviously il y avait deux ou trois danseuses, peut-être, dont le niveau était moins bon que celui du reste de la troupe. Le problème c’est que cela se voyait vraiment. Sinon rien à redire, les robes étaient très jolies (faut bien être un peu girly, quand même) et les danseuses nous ont embarquées sans aucune difficulté dans le rêve (il faut dire que les jeux de lumière, parfaits, les ont bien aidées). Et à ceux qui sont des imbéciles et qui disent parfois que les danseurs ne sont pas virils, que les collants ça leur donne l’air de débiles, eh bien moi je réponds que Robin des Bois devait être vachement sexy (on sait déjà que je vénère littéralement les jambes des rugbymen, eh bien croyez-moi, celles des danseurs n’ont rien à leur envier).

Avec Rushes, …, j’ai tout simplement été bluffée. Moi qui ne supporte pas la modernité quand il s’agit d’art, eh bien je me suis fait avoir par la présentation fantastique qu’il nous a été donné de voir, les jeux de lumière et de rideaux époustouflants, etc. Il y avait (pour faire simple) trois niveaux sur la scène, en profondeur, pas en hauteur, défini par des rideaux de fils. Il y avait donc trois niveaux lumineux, et souvent deux ou trois niveaux également dans la danse. Le troisième plan valait toujours le premier, et on sentait bien qu’on loupait des trucs dans le fond quand on se fixait sur l’avant, et vice-versa. Un peu frustrant, comme sensation, et donnant l’envie d’y retourner deux ou trois fois pour mieux regarder chacune des chorégraphies, mais l’ensemble était tout bonnement emballant. Et encore une fois, pour ceux qui disent des danseurs que blablabla, cette fois, les danseurs étaient en pantalon et petit pull, et ils n’en étaient que plus sexys (on voyait quand même bien les muscles de la cuisse – je sais de quoi je parle j’y étais). C’est comme ca et puis c’est tout.

Et pour finir, le final était mignonnet. Oui, (Rodriguez, etc.), mignonnet. La musique était bien, mais sans plus, loin d’être exceptionnelle. Et les danseurs étaient bons, mais les chorégraphies n’avaient rien de bien innovant. Certains mouvements, cependant, étaient bien pensés. Les chorégraphes avaient organisé une procession des quatre éléments (dans cet ordre : Terre, Eau, Feu, Air) puis une apothéose. La Terre, donc, en premier lieu. Eh bien si le but était de nous faire croire que la vraie reine et le vrai prince Consort sont encore capable de faire ce que leurs homologues sur scène faisaient (particulièrement l’espèce de porté au cours duquel l’entrejambe de la reine se retrouvait sur la figure du Consort… no comment), moi je tiens à dire que je n’y ai pas cru une seconde. Mais c’était très flatteur pour eux, en tous cas (on n’aurait pas pense que la reine était such a little dévergondée !). J’ai bien aimé les mouvements de l’eau, bien pensés à mon sens. Et ma deuxième chorégraphie préférée sur les cinq (je ne compte pas l’introduction, « présentant » les quatre éléments). Le feu était très bien représente, avec, en plus de la reine, du consort et des suivants que l’on retrouvait dans les trois autres chorégraphies des éléments, un Spirit of Fire qui a mon sens a vole la vedette a la reine (et pas qu’à mon sens, d’ailleurs, si j’en crois les applaudissements finaux) avec ses mouvements saccadés et fluides à la fois (oui, c’est possible) ; on croyait vraiment voir s’agiter une belle flamme devant nos yeux. Enfin, l’Air… Alors l’Air, c’était amusant. Pour nous faire bien comprendre que les danseurs faisaient l’Air, on leur a fait agiter leurs petits doigts. Très représentatif, en effet… Et puis alors cette reine, d’une légèreté… presque inexistante ! Une fois encore c’est un homme qui lui a volé la vedette, son consort, donc (dommage quand il s’agit d’un hommage à la reine, tout de même…), qui, lui, virevoltait comme un petit oisillon (oui, j’exagère un poil, c’est pour bien montrer que lui je l’ai bien aimé). Et enfin, le final… L’Apothéose, n’est-ce pas… J’ai bien ricané doucement tout à la fin quand tous les danseurs pêle-mêle se sont agenouillés devant le blason de la famille royale, portant bien entendu la devise bien connue (« Dieu est mon droit », bande d’ignares !). Voir toute une troupe de danseurs du Ballet Royal à genoux devant quatre mots de français, j’avoue que ca m’a éclatée et mise de bonne humeur pour la fin de la soirée (non, il ne m’en faut pas beaucoup, et alors ??).

Donc, comme chacun aura compris, j’ai aimé et c’est de bonne humeur que je me suis fait entraîner au restaurant ensuite. On a passé une très bonne soirée, on a bien rigolé, et franchement, je recommencerais bien à la première occasion !

N.B. : Quelque chose manquait tout de même a cette soirée pour qu’elle soit parfaite à mon sens : la présence de ma sœur, qui n’avait pas aimé l’opéra, mais qui aurait adoré ce que j’ai vu jeudi soir, j’en suis sûre ! Daf, quand que tu viens à Londres que je t’emmène ???

jeudi, 24 avril 2008

283 - Ca continue...

Bon, chaque jour voit ses nouvelles pages ecrites (c'est beau, mais tout ce que je veux dire c'est que l'hotel ou je reside momentanement ne m'empeche pas de travailler, au contraire !). Y'a pas a dire, comme dirait Cynthia, meilleur est le lit, plus reparateur est le sommeil. Je dors 7 heures par nuit, et je continue a me lever a 10h, 10h30. Meme qu'en parlant de reveil, j'en ai une bonne a vous raconter : hier matin, le telephone sonne vers 10h15. Le reveil avait sonne un quart d'heure plus tot, on emergeait gentiment avec Cynthia. Je reponds (le telephone est de mon cote du lit), et j'entends "Good morning !". Moi, la tete dans l'c*l, je reponds, comme une nouille "Thank you !" Je trouvais ca super sympa de m'appeler pour me souhaiter une bonne journee, mais of course c'est a Cynthia qu'Eli (de l'autre cote du fil, donc) voulait parler.

Mais bon, Eli, le frere d'Ezra, et donc aussi le fils de "l'historien-cartographe" dont je vous parlais hier, on l'a vu, avec son frere, d'ailleurs, et une autre amie de Cynthia, Stephanie, le soir meme pour prendre un verre. Et quand on a compris mutuellement que c'etait lui que j'avais eu au telephone le matin meme, et que c'etait moi qui avait repondu "thank you" a son "good morning", on a bien rigole. Et moi, toujours en rigolant, je lui ai dit que maintenant il allait falloir m'appeler tous les matins, parce qu'il ne me fallait pas plus d'une fois pour m'habituer, et que ca me mettrait de bonne humeur qu'il m'appelle le lendemain aussi.

Eh bien figurez-vous qu'a 10h05 ce matin Eli A appele. Moi, bien reveillee, comme il se doit (le reveil n'avait sonne que cinq minutes plus tot, c'est dire...), j'ai beaucoup rigole, on s'est mutuellement souhaite une tres bonne journee, et on a raccroche. J'ai dit a Cynthia que ses amis etaient vachement marrants, et je me suis levee de tres bonne humeur. En plus hier soir en me couchant j'avais encore des idees pour rediger aujourd'hui, donc...a

mercredi, 23 avril 2008

282 - Quand la Schtroumpfette se paie des vacances de luxe...

Alors voila, il m'arrive un truc de fou, il faut que je vous dise :

Cynthia est arrivee a Londres pour voir une amie a elle, une princesse saoudienne, qui l'invite ici pendant une semaine. Donc Cynthia arrive a Londres, evidemment je lui dis que je suis overbookee en ce moment, mais qu'il est hors de question qu'elle reparte sans que je l'ai vue et qu'on ait au moins pris un cafe.

Je vous epargne les details, venons-en au fait. J'ai fini par debarquer au Berkeley hotel hier soir, apres avoir fini de rediger 4 pages de mon memoire, a peu pres, et je me suis mise (apres un leger craquage une fois dans la chambre, je l'avoue, fatalement, invitee par une princesse dans un hotel **** - la princesse a dit que je pouvais rester autant que je voulais, enfin jusqu'a dimanche quand ils repartiront tous, of course - faut pas deconner, quoi...) a lire des articles tranquillement en attendant que Cynthia rentre. Elles sont arrivees toutes les deux (Cynthia et la princesse, donc - non je ne peux pas dire son nom, elle veut pas se faire reperer, on m'a dit de pas repeter son nom, je suis gentille, j'obeis) et je dois vous avouer que la princesse en question, qui a mon age, est tres sympa.

On s'est couchee gentiment, je me suis levee a 10h ce matin, apres le petit-dejeuner on s'est preparee tranquillement, on est allee se promener avec Cynthia, Westminster et Trafalgar Square, puis petite marche encore jusqu'a Tottenham Court Road, apres avoir recupere en cours de route un ami de Cynthia, qui se trouve etre, accessoirement, le fils d'un historien-cartoghraphe assez plutot connu, dont Cynthia m'a donne l'email apres l'avoir prevenu que j'allais le contacter (et je m'en vais de ce pas lui envoyer un mail des que j'en aurai fini avec vous), si c'est pas beau, ca, si ca se trouve mes problemes debiles de fonds de cartes vont etre resolus !!

Bref, arrives la, on a allume un cierge chacune, avec Cynthia, dans St. George Church, elle pour son oncle, moi pour un peu tout le monde. Et puis je les ai quittes, les deux fousfous, pour venir a la library (comme quoi je suis vachement consciencieuse, quand meme...). Je repars des que j'ai fini pour rediger mes 5 pages quotidiennes obligatoires (j'ai compte, si je veux en venir a bout, je n'ai pas le choix).

Si tout se deroule comme prevu, demain je travaille toute la journee et je m'inscris a la British Library avant d'aller a l'opera (je sais pas ce que je vais voir, me demandez pas, tout ce que je sais c'est que ca va etre bien et que ca en va me couter que £10) a 7.30 et apres retour a l'hotel pour faire dodo. Le lendemain, Oxford (ou samedi, je sais pas encore - faut que je checke les horaires de la library sur le net). Et dimanche, Egham.

Ca m'a fait du bien, ce break, quand meme... Y'a pas a dire, rester enferme comme ca, c'est pas une solution...

lundi, 21 avril 2008

279

Je viens juste de finir de rediger 6 pages de mon memoire (dont deux particulierement tres fastidieuses (chiantes, quoi) qui sont le resultat des recoupages de quatre auteurs qui font le compte-rendu detaille (avec le nombre de jours et toutes les villes traversees) du voyage de Thomas Coryate a pied, de Constantinople a Surat ou il meurt (en 1617, donc 5 ans de voyages a pied condenses en 2 pages, je vous laisse imaginer... pour finir cette sous-partie, je n'ai "plus" qu'a creer une carte - quelqu'un sait comment m'aider ?).

Je vais dormir, la...

PS : il parait que mon pere s'est mis serieusement a la peinture, mais Daphne (qui est tres vilaine) n'a pas voulu prendre de phtoos pour me montrer !!

samedi, 19 avril 2008

277

Ben voilà, voilà… J’avais écrit une jolie ptite note hier soir, et puis piouf ! elle a mystérieusement disparu au moment où j’ai cliqué sur « enregistrer ». Enfin pas si mystérieusement que ça, en fait : c’est parce que la connexion m’a encore lâchée…

Bref. Je disais que j’avais fait plein de trucs hier : réveil mis à 8h30, levée à 9h, petit-déjeuner, lecture des blogs, des mails, envois de mails, petit chattage avec une ou deux copines sur MSN… Á midi je commençais à travailler.

Plus tard, dans l’après-midi, j’ai filé à la Senate House Library rendre les livres que je venais de lire, photocopier un chapitre d’un de ces fameux livres, en prendre d’autres, les regarder vite fait, emprunter ceux qu’il me fallait vraiment, et enfin me faire jeter dehors à 18h33 parce que ça ferme à 18h30, mademoiselle, oui, oui, c’est bon, j’arrive !

Arrivée à l’appartement, j’ai résisté à Rome (la série, of course), et j’ai encore lu, lu, lu (et pris des notes) : les quatre premiers chapitres d’un livre délicieux de Clare Howard intitulé English Travellers of the Renaissance. Très intéressant, j’ai pris cinq pages de notes, je crois, c’est dire.

Et puis avant d’aller me coucher, j’ai écrit une petite nouvelle (de cinq pages), vite fait, comme ça… Elle me plaît bien, ma ptite nouvelle.

Au programme aujourd’hui, Renaissance self-fashioning deStephen Greenblatt, et le chapitre 6 sur Thomas Coryate de Early Travels in India, 1583-1619, de Sir William Foster. Plus la jolie Revue d’Histoire moderne et contemporaine (numéro 54-4 bis, sur « Histoire globale, histoires connectées : un changement d’échelle historiographique ? ») que mon frère Edouard m’a envoyée, merci beaucoup Edouard. Une fois que j’aurai lu tout ça, j’attaque mon introduction (donc ce soir ou demain) et probablement une ou deux parties pour lesquelles j’ai déjà des idées bien développées.

Bonne journée à tous !

PS : c’est cool, quand même, d’avoir des gens virtuels à qui causer, parce que bon, mes livres ils sont bien sympas, mais mois je pète un peu les plombs, là, à être toute seule sans personne à qui parler…

vendredi, 18 avril 2008

276 - Ah lala...

Eh ben voila... Toute seule, dans un studio a Londres, deux livres a aller chercher demain a la Senate House, et la Bodleian d'Oxford qui fait des manieres sous pretexte que ma lettre de recommandation ne leur est pas adressee directement... non mais je vous jure... Faut lire, rediger, et avoir fini tout ca avant le 15 mai parce qu'apres c'est les exams, deja, et puis bon, aussi... bref. Le 15 mai. Ben je m'y colle severe, alors. Et c'est intensif. Meme que ce matin j'ai eu une migraine. Comment se plomber une demie-journee en restant au lit (mais qu'est-ce que jepouvais faire d'autre...).

Je fais des reves etranges... pas des plus agreables, tristes et qui me rendent deja nostalgique alors que bon, j'ai encore un peu de temps devant moi...

mercredi, 16 avril 2008

275 - La Schtroumpfette a le nez dans les archives...

Bonjour bonjour !!!

En pas-direct de la Senate House ou je redige cette note pour ne pas vous laisser seuls cette semaine au milieu de toutes mes (deux) notes sponsorisees...

Je viens de farfouiller de l'archive, c'etait sympa... poussiereux, mais bien. J'ai demande des reproductions de deux d'entre elle (juste une petite dizaine de pages en tout, pas la totalite des livres, s'etes fous !!), pas trop quand meme, c'est un peu cher... Mais je n'ai pas trop le choix, puisqu'on ne peut pas photocopier soi-meme et que j'en ai besoin pour mettre dans mes annexes... Heureusement, les bibliothecaires sont sympas, et elles m'ont dit que EEBO (Early English Books Online) marchait de partout dans la Senate House (trop d'la balle !!). Ce qui est bien. Parce que du coup j'ai pu recuperer plusieurs sources imprimees qui me seront bien utiles. Et ca, ca fait plaisir. Oui oui.

En ce moment tout va bien, mais je n'ai pas Internet de facon sure, certaine et reguliere (en gros le seul moment ou ca marche vraiment c'est quand je suis a la Library), donc c'est un peu dur pour suivre les blogs de tout le monde, mais je me rattraperai le week-end prochain, je pense.

Sinon, tout va bien. Je vais bien, a part quelques cauchemars (qu'on se demande bien d'ou qu'ils viennent, ceux-la...) qui ressurgissent, je suis un peu (beaucoup) chouchoutee, meme que demain (donc ce soir pour vous, faut suivre...) je dine au restaurant pour... quoi, d'ailleurs, feter ca ?? mais feter quoi ? on ne fete pas un depart... Bref. Je m'amuse, je rigole, tout en travaillant (l'ambiance, ca compte quand meme vachement), et j'ai envoye mes premieres ebauches a mon directeur de recherche. La, a l'heure ou je vous parle, j'ai encore quatre livres a feuilleter avant de rentrer.

J'ai des envies de m'attarder ici (a Londres en general, pas dans la library, non plus...), allez savoir, peut-etre que ca se fera... Un jour ca parle de partir a Milan, a Barcelone, un autre de rester a Londres tout l'ete... Il y a des moments, comme ca, on devient nostalgique de quelaue chose qui n'a pas encore connu sa fin. Mais en meme temps, ca n'est pas si facile de connaitre la date de fin. Bref. On devient larmoyant, la, ca ne me plait pas trop.

Or donc ! Je vais aller jeter mon oeil sur mes quatres bouquins, la... et aller acheter des grissins pour manger avec le houmous (mais vous ne le saurez que demain...)

lundi, 14 avril 2008

272 - Et voila que tout commence...

Oui, oui... Bon alors la premiere chose et la plus importante, c'est que j'ai definitivement comence mon memoire. Huit pages, quasiment, je suis toute emoustillee rien que de vous le dire. Ma bibliographie compte plus d'une trentaine d'ouvrage, j'ai commande huit manuscripts pour demain a la Senate House et j'ai envoye le mail a la Bodleian Library d'Oxford pour prendre rendez-vous pour la semaine prochaine.

Je pense plus que serieusement a partir a nouveau a l'etranger tres bientot, et pas qu'a Milan.

J'ai trouve un super moyen de financer mes billets d'avion : la pub sur mon blog. Qu'on ne crie pas au scandale, il s'agit de billets sponsorises, donc dans lesquels je dis ce qu'on me dit de dire, certes, mais le reste du temps (donc presque tout le temps, finalement) j'ecris ce que je veux et ca ne nuit en rien a ma liberte d'expression et j'espere bien que les gens continueront de me lire pour ma spontaneite et ma fraicheur (c'est vrai que question spontaneite, ces derniers temps, c'est ptet pas gagner, la fraicheur... mouais, on va pas trop en parler non plus, mais regardez je reprends du poil de la bete !! c'est-y pas beau, ca ???). Je dis ca parce que Cynthia s'inquietait pour moi, qu'elle ne s'inquiete plus, je devrais recevoir bientot mon premier cheque, et ca, ca fait plaisir (surtout que c'est le prix d'un billet pour Barcelone...).

Donc, au-dessus de ce billet, vous pouvez voir mon premier billet sponsorise, et demain, vous verrez le deuxieme s'afficher a 10h (les votres, de 10h, pas les miennes). Rien ne vous force a les lire, et bien entendu, j'essaierai de toujours mettre des notes personnelles plus ou moins en meme temps que les sponsorisees, histoires que vous ayiez toujours des trucs de moi vraiment a vous mettre sous la dent.

Pour l'heure, je vais surveiller mon bouillon de poulet et de legumes (meme qu'il y a un poivron dedans, OUI (Rodriguez, tu as le regard belliqueux !), UN POIVRON, j'ai bien dit un poivron, meme que je mage du poivron, maintenant, parfois, pas toujours, mais disons que oui. Et meme du CHorizo, aussi, mais pas comme ca, pas comme le saucisson, seulement si il est frit avec les pommes de terres et l'oignon pour la tortilla - meme que moi je sais les faire, les tortillas !!).

jeudi, 20 mars 2008

268

Dernier cours ce matin, ensuite c'est les... VACANCES !! (oui, bon, des vacances avec un mémoire de 100 pages à rédiger, mais on va s'en sortir, je n'aurai ENFIN plus que ça à faire).

Je pars demain midi à Londres, je pars samedi matin pour Stansted où je prends mon avion pour Tours (la plus belle ville du monde, parfaitement), (OH ! un bébé cui-cui trop beau dans mon jardin !!), et je passe Pâques là-bas, ça va être bien. Par contre cette fois je ne ramène qu'un reblochon, un Sainte-Maure et du Comté. Sinon je vais encore manger que du fromage pendant un mois (ah ça, pas de souci, j'ai réussi à les faire durer, les fromages !! au point que je n'ai mangé presque uniquement  que du fromage pendant trois semaines...). Bon.

Je reviens à Londres le jeudi 27, et comme Noémie m'a parlé hier soir des prêts inter-bibliothèques (chose que je connaissais, bien sûr) QUI MARCHENT entre les bibliothèques universitaires de Londres, MAIS AUSSI entre la RHUL et la BRITISH LIBRARY (chose que je ne savais pas, puisque pour autant que je sache, la BL ne fait pas partie du réseau des bibliothèques universitaires), j'en profiterai pour me renseigner dessus pour mon retour de... Valladolid, où je vais passer une semaine, chez Azelma, du lundi au lundi (les suivants du jeudi 27, voilà, vous vous débrouillez avec ça, non, j'ai pas mon agenda sur moi, c'est comme ça et c'est tant pis !). Je suis trop contente, ça va être trop bien !!

Après ça, retour à Egham, où, pendant que tous les autres gens normaux retournent chez eux se faire dorloter par leur maman (mais bon de toute façon, MA maman, c'est pas franchement le genre à dorloter... je lui manque même pas, alors...), je vais rédiger mon mémoire.

Ensuite c'est l'exam term, j'ai déjà mes dates d'examen, je ne m'en sors pas trop mal, je trouve, sauf que si y'avait pas celui du 6 mai, ça serait cool, parce qu'il m'arrange pas trop, celui-là...

Bref, je n'oublie pas le tag d'Irrempe, je m'en occupe, même, c'est juste que je n'arrive pas à mettre la main de l'esprit sur SIX tics... Mais ça arrive très bientôt.

PS :  Merci à Tinou qui m'a gentiment dit faire encore partie de mes lecteurs (qui doivent se résumer à elle-seule, et à qui cette note est donc dédiée... Si ça, c'est pas la gloire, ouh là là !!). 

lundi, 10 mars 2008

267

J'ai enfin finiiiiiiiiiiiiiii !!!! J'ai fini mon dernier essay, je le rends ce matin, je file à Londres dans la foulée pour déjeuner, j'y reste la nuit, tant qu'on y est, et la suivante, parce que j'ai une visite du Albert et Victoria avec une de mes classes mercredi après-midi, je rentre à Egham après. Même que demain j'irai à la bibliothèque pour voir des livres en rapport avec mon mémoire, enfin, et que je risque aussi de passer à la Tate Britain à un moment. LE PIED ! Ah je suis contente, contente, contente !!
 
Seul point noir : j'ai des migraines de plus en plus fréquentes à nouveau (deux la semaine écoulée, une la semaine d'avant), mais bon, maintenant qu'il y a moins de stress du "j'ai-trois-essays-et-4-presentations-power-point-à-rendre-pour-dans-4-jours, ça devrait aller. Ouais je suis la reine de la procrastination, mais comme on peut voir, j'ai réussi à m'en sortir... 
 
Alors là c'est LA TEUF ! 

samedi, 08 mars 2008

266

Je sais, si ça se trouve je n'ai plus un seul lecteur, et ça m'apprendra à délaisser mon blog si longtemps (et sans prévenir, en plus, oh la vilaine !). En même temps ça me détend, quand j'écris ici, et ça me sert aussi un peu d'éxutoire, donc... c'est reparti mon kiki comment en 40 !!

Déjà c'est la première fois que je teste la nouvelle interface. Pour l'instant je ne vois pas trop la différence, et j'ai presque envie de dire que tant que ça publie quand je le demande... Par contre ma bannière fait encore plus kitsch, en passant de l'interface à mon blog. Pas grave, j'adore l'idée.

Alors, quoi faisais-je pendant tout ce temps ??? Des essays, des présentations power-point, en plus j'ai encore un essay à finir pour lundi matin, c'est un peu chiant, on dirait qu'on ne s'en sortira jamais, mais en même temps, si, c'est le dernier. Après ça, mémoire, mémoire, mémoire. Ca va faire du bien, je te dis que ça !

Pour l'instant, je passe pas mal de temps avec Leïla et Julie, on s'éclate quand même vachement ensemble, et même que si elles zétaient pas là, je pense que je deviendrais complètement folle. Entre la Polonaise craquée qui me laisse encore des mots (sur le frigo, cette fois !), mais à qui j'ai cette fois laissé une réponse incendiaire sur sa porte de chambre (et depuis je n'en ai plus entendu parler...), le Chinois qui s'éclate à appeler le propriétaire pour se plaindre du bruit que font les voisins (du coup hier soir j'avais en fond sonore en prenant ma douche Manuel et Lapo qui s'engueulaient avec lui sur le palier pour lui faire comprendre que ça ne servait pas à grand chose d'appeler le proprio pour dire ça, et que si il avait un problème il venait le régler directement...)... Et je ne sais plus si je l'ai déjà raconté ou pas, mais le Chinois s'est aussi plaint (toujours auprès du propriétaire) que JE faisais trop de bruit le soir quand je dînais, parce que je dînais avec des amis dans le salon. Faut savoir qu'on parle de cuisiner et dîner dans le salon (qui sert également de salle à manger, n'est-ce pas...) à des sept ou huit heures, heures normales pour dîner donc, et aussi ENDROIT normal pour dîner (ce n'est quand même pas parce que tous mes colocataires dînent dans leur chambre (ça doit être sympa les odeurs...) que je dois faire pareil, a fortiori quand j'ai des amis. Du coup je continue à faire comme je veux, et si il recommence ses gamineries, je lui expliquerai que libre à lui de payer un salon pour peanuts, moi je le paie autant qu'eux, alors je m'en sers, et parler et rire en dînant avec des amis, c'est normal.

Heureusement y'a les voisins, aussi... Du coup avec Julie et Leïla, on émigre souvent après le dîner. Comme ça elles fument leur clope au chaud (au lieu de la fumer dehors) avant de repartir et moi je me détends avant de me renfermer dans ma chambre, au milieu de cinglés un poil hostiles. Je kiffe ma vie à la maison en ce moment. Je dis "à la maison" parce que le reste va plutôt bien : les cours, les amis, le reste... Je ne vais pas me plaindre, il y en a qui rompent, qui sont malades (moi aussi, remarque, mais c'est plus... mental, quoi, c'est d'naissance, on n'y peut pas grand chose...)...

Bref, je vais arrêter là cette note sans queue ni tête, parce que bon, j'ai la vaisselle à faire et un essay à finir, comme je l'ai déjà dit. C'est le bordel dans ma chambre, y'a des piles de livres (ouverts pour certains) partout, faut que je fasse le tri de ce qui est à rendre aux bibliothèques...

Ah oui, quand même, hier c'était soirée Hippy hippy shake (hippie, donc) à l'union et on y est TOUS allés. C'était trop top. Et les filles ont encore dormi avec moi, et elles ont oublié leur déodorant ce matin....

samedi, 23 février 2008

265 - On fait dans l'spécial...

Essay rendu, récupéré dans la foulée (63%, pas mal du tout !), l'autre récupéré vendredi matin (après avoir fait la fête chez les voisins) : 55%, je pensais avoir fait un peu moins bien que ça, donc je suis contente (de toute façon, l'important c'est de passer, et "pass" c'est 40%, donc...).

Fin de semaine particulière. J'ai vu (enfin !) Eternal sunshine of the spotless mind, c'était trop bien, mais triste aussi, alors après j'avais un peu le cafard, mais bon y'avait Leila, et avec Leila on a bien rigolé ces trois derniers jours !

Et puis quelqu'un m'a dit ("que tu m'aimais encore" - nan j'déconne) qu'il aurait aimé m'embrasser hier à un certain moment et quand j'ai vu ça (ce matin) ma mélancolie m'a définitivement quittée. Oui, parce qu'hier j'étais mélancolique (et Leila aussi, alors on est restée mélancolique à deux pour pas embêter les autres). Mes cours de la semaine se sont plutôt bien passés, normal, quoi... Le mardi ne compte pas vraiment, et tout le reste est réparti entre le jeudi et le vendredi (ça va, mes semaines elles sont pas trop dures, quand même...).

Là j'écoute Ella, le CD que Jérémy a offert à Leila pour son anniversaire et qu'elle a oublié ici hier. Hier j'ai dormi au château (parce que je me suis endormie de fatigue dans la chambre des filles vers onze heures). Aujourd'hui c'était-c'est ménage, rangement, cinéma (moment-détente) et ce soir France-Angleterre. C'est parti pour le Grand Chelem, ce coup-ci on va s'les faire, les Rosbifs, y'a pas d'raison, et j'espère bien qu'on va gagner un matche, quand même, pendant que chuis là... (sinon c'est vraiment pas drôle).

Renata (cette connasse) fait de pire en pire. Après paiement de la facture d'électricité (£34,68 par personne - donc tout le monde a mis £35, moi £34 parce qu'au moment où on me les a demandées, j'avais pas le compte exact sur moi et que bon, à 68p près... en plus c'est moi qui suis allée la payer à pieds la facture, alors qu'il y en a deux qui ont des voitures, ici, et qu'ils ont tous des comptes anglais avec des cartes bancaires qui passent en paiement internet - en gros je suis celle pour qui c'est le plus chiant de payer les factures), elle m'a écrit un mot me disant que j'étais une lâche ne communiquant plus que par lettre (alors que c'est elle qui ne me répondait pas quand je lui disais bonjour, et qui ne répondait pas non plus à mes textos, bref...) et qu'il n'y avait pas de raison que je paie ne serait-ce qu'un centime de moins que les autres et blablabla... et là-dessus elle me pique mon papier toilette, cette pouffe !!!! j'avais laissé mon papier toilette dans la salle de bain, et quand je me suis rendu compte qu'elle s'en servait, je l'ai finalement mis dans ma chambre (avant on partageait, mais vu qu'on partage plus, y'a pas d'raison, elle se paie son propre papier, hein...), sauf qu'à un moment j'ai oublié de redescendre mon rouleau, et en remontant une heure plus tard, je l'ai retrouvé quasi vide - cette grosse pétasse s'était fait sa ptite réserve...

Evidemment, maintenant que je dis ça, ça paraît débile - et ça l'est. Mais c'est pas moi qui ai décidé que ça devait se passer comme ça.

Là-dessus, hier soir, pendant qu'on regardait un film avec Leila ("Secrets de famille", en français, avec Rowan Atkinson, Kristin Scott Thomas et Maggie Smith, c'est génialissime, je vous le conseille vivement), y'a Justin qu'a débarqué - comprendre frappé à ma porte. (Pendant que je validais ce premier morceau de note, l'autre enc**** a déconnecté Internet, alors qu'elle vient de passer 20 minutes dans la cuisine et qu'elle n'avait même pas son ordinateur sous les yeux et que ça marchait très bien. Juste pour m'emmerder donc. Heureusement j'avais fait ctrl+c.) Donc Justin. Frappe à ma porte. Et me demande si il y a quelqu'un qui a fumé dans la maison. "Non", ai-je répondu, puisque c'est la vérité. Quand mes amis viennent, ils fument dehors, puisque la moitié des habitants de cette maison est non fumeuse. Mais quel emmerdeur, celui-là... Et il enchaîne sur la porte du jardin qui était ouverte, alors je lui ai dit que ça m'étonnait puisque j'étais sûre de l'avoir bien fermée, mais en même temps elle ne ferme pas très bien et souvent un gros coup de vent l'ouvre facilement. Il ne m'a même pas écoutée et m'a juste intimé l'ordre de faire plus attention à l'avenir parce que ce n'est pas la première fois qu'il doit la fermer (en même temps si on ouvre cette porte on atterit dans le jardin, point barre. Y'a rien d'autre.). Donc là j'ai répondua ssez sèchement, il est vrai, que je n'étais passée par la porte du jardin que le matin en question (donc hier matin) et que pour les autres fois ce n'était pas moi puisque je n'utilisais jamais cette porte et que si il m'avait écoutée il aurait entendu que souvent le vent ouvre la porte.

Je n'en peux plus de ces cons de colocataires... Heureusement que je peux trouver refuge sur le campus ou chez les voisins quand je pète vraiment un plomb (et ça m'arrive de plus en plus régulièrement en ce moment). Enfin bref... Je file, je vais être en retard à l'arrêt de bus pour aller au ciné avec Laura.

dimanche, 17 février 2008

264 - C'est le bordel, je sais, moi aussi j'ai remarqué...

Je vous délaisse tous. Je suis désolée. En même temps ma famille a débarqué dimanche dernier, et n'est repartie "que" jeudi, alors bon j'avais un poil mieux à faire que des notes pour mon blog. Aujourd'hui j'ai un essay pour demain. Donc je fais une note en 2-2, et je file à la library (oui, je le dis, je le répète, les libraries sont ouvertes ici même le week-end, même le dimanche !). Je me suis bien amusée avec Daf, on a fait une partie de Trivial Pursuit avec Julie et Leila, et même que Daf et Julie ont gagné (c'est quand on a dormi au château avec Maya le garçon).

Je vais à Tours le 1er mars, puis pour Pâques, et je passe une semaine à Valladolid tout début avril. Mais en attendant on va faire de l'essay (rigolez pas, j'ai vu les dates, et moi ça me fait pas rire). Donc y'a des chances que le blog soit en suspension irréelle un peu.

PS : faut que j'arrête d'inviter Julie quand elle a le cafard, parce que dans ces cas-là elle se fait tout "LE" calendrier, et elle oublie de le retourner contre le mur... Faut dire, ils sont beaux les rugbymen, on va pas se plaindre non plus, hein...

PS : Merde, je crois bien que j'ai loupé un match hier...

samedi, 09 février 2008

262 - Je vous préviens, cette note ne va ressembler à rien...

Comme moi en ce moment, D'AILLEURS !!!

Alors, pendant que Laëtitia fait sa belle avec Sonia, Violette et Alexiane à Paris, y'en a qui restent à Egham-le-trou-du-cul-du-bout-du-monde pour la research week. Même que toute ma famille rapplique demain. ça va être la fête, je vous dis que ça. Ma soeur et mon plus grand petit frère vont rester à domicile, je suis trop trop contente !! (je sais ça fait neuneu).

(Note digressive - un poil : Je sais ce que j'ai oublié de demander à Maman de me ramener, c'est des ptites briques de crème liquide*, je vais la rappeler au cas où qu'elle serait pas encore allée à Carrouf)

J'ai obtenu un délai pour mon dernier essay, celui pour lequel j'étais un peu en retard, ça me soulage, vous n'avez pas idée.

Hier mon voisin Nick (le Portugais, pas le Polonais) m'a laissé un message sur mon wall sur FB, et je l'ai croisé hier soir au Stumble Inn, et il m'a dit : " Oh, what a coincidence, I wrote a message on your wall today, to say I hadn't seen you for a while, and I see you here tonite !!" Ouais, je sais. J'avais envie de lui dire "t'affoles pas, mon coco, moi aussi je t'aime bien, pourquoi tu m'as pas déclaré ta flamme avant, en même temps, c'est bientôt la Saint-Valentin, tu vas pouvoir te lâcher." Finalement je lui ai juste répondu "Ouais je sais, c'est dingue, mais t'inquiète tu vas me voir, mes parents arrivent dimanche donc demain faut absolument que je vienne vous piquer votre aspi." 

Ma vie est so palpitante...

 

* Evidemment je préfère la crème fraiche ou encore appelée crème double, mais vous verriez le prix du pot ici... et puis les briques je peux les garder plus longtemps...

 

samedi, 02 février 2008

261 - Too many things to do...

Deux essays à écrire pour la semaine prochaine, toujours le mémoire en cours, du ménage et des lessives, est-ce que mes parents viennent pendant ma research week ? AAAAAAAAAAAAAAAHHHHHHHHHHHH !!!! Il me faut plus de temps.

lundi, 28 janvier 2008

260 - Facebook me dit que ma date de naissance me dit ça :

You are a perfect character to be on shakespeare's play - dramatic, intense and outspoken.There is an aura about your personality.But not many people can understand you. Some are totally addicted to your charismatic personality. While others just wished that you spoke little less but you need not bother about them. Go ahead the stage is set and the world is waiting for you.

Ouais, je kiffe, ouais, et chuis d'accord, ouais...

samedi, 26 janvier 2008

259 - Inedit...

Qui a tape dans son moteur de recherche prefere "bordel j'arrete pas de penser à chloé !" ???

A cause du bordel, ca doit pas etre Daphne, alors qui ??

C'est dement, ca, j'avais encore jamais vu ca.

(Par contre que celui qui a pu arriver chez moi en tapant so***** inc******** ne s'identifie surtout pas, se barre, et ne revienne pas. Merci.)

(Non c'est parce que les pervers malades mentaux deranges, non merci.)

257 - Une petite en direct de London

Apres plusieurs heures passees a chercher des references (passionnantes, les activites des etudiants en recherche...). Je vais aller prenre un livre et bouquiner dans un pub en attendant G. Ce soir on voit un film. Je rentre apres. Et demain a 13h, je les aide a ouvrir la bibliotheque du campus.

J'ai trouve des infos dans les State Papers. Mais pas beaucoup et pas les plus pertinentes. J'irai voir quand meme. Mais il faut que je me fasse faire une carte de la British Library, et pour ca, il faut que j'aie une (autre) lettre prouvant mon adresse ici. Toutes leurs formalites me gonflent, franchement...

Ai offert a G. Le livre du rire et de l'oubli et la Metamorphose (en anglais, respectivement The book of Laughter and Forgetting et Metamorphosis). C'est dommage, pour le coup, qu'il ne parle pas francais, rapport a Kundera qui a refait lui-meme ses traductions du tcheque, qui ont donc exactement la meme valeur que les originaux - ce qui n'est probablement pas le cas en anglais... Mais bon. Ca devrait lui plaire, puisqu'il avait aime L'insoutenable legerete de l'etre. C'est quand meme marrant qu'on n'aie trouve qu'un auteur qu'on aime tous les deux, mais c'est bien que ca soit Kundera.

jeudi, 24 janvier 2008

256

A mon avis on a un capital bonheur à la semaine, je pense, parce qu'autant hier ça allait, autant aujourd'hui ça va pas. (Et comme c'est bien dit, en plus...)

D'abord, Renata me parle plus. Et me demandez pas pourquoi, si je le savais, c'est qu'elle me parlerait au moins pour me le dire. Or elle ne me parle plus. Samedi soir elle m'envoyait des textos à caractère humoristique et dans le but de me faire rire, donc, dimanche quand je suis rentrée elle ne m'a pas dit bonjour ni au revoir et est partie de toute façon 5 minutes (montre en main) après mon arrivée. Lundi soir en rentrant elle me pique une crise pour la facture de gaz. Moi j'ai pris tout ça très calmement, j'ai dit ben je vais y aller, la payer, la facture, mais je pensais que tu t'en étais occupée, ou quelqu'un d'autre, franchement, si personne ne me dit rien, je suis sensée le savoir ? Et alors mardi soir quand elle rentre, c'est pas compliqué, elle ne me répond même pas quand je lui dis bonjour, limite si elle m'a regardée, et en plus elle dit pas bonjour à la personne qui était avec moi dans le salon - elle qui est du genre à prendre la mouche pour ce genre d'impolitesse. Alors je lui ai écrit une tite lettre dans la nuit. Pour lui dire que ça serait quand même mieux si je savais de quoi il retourne. Parce qu'elle me fait quand même pas la gueule pour une casserole un peu marquée (que ça arrive et en plus je lui fais pas remarquer qu'elle m'a à moitié bousiller la mienne au début de l'année, hein, non je fais pas), c'est childish, que j'ai dit, et que je vais pas deviner toute seule. Hier, comme moi je suis sympa, je lui ai envoyé un texto pour lui dire que ça serait bien qu'elle s'achète un cadenas parce qu'il y a des gens qui viennent tout le temps visiter la maison et que si elle veut pas qu'ils rentrent dans sa chambre c'est mieux (j'ai même précisé que j'avais chercher le 2e cadenas que j'ai pour le mettre sur sa porte, mais je l'avais pas trouvé). Je suis sympa, non, malgré qu'elle me fasse la gueule, non ? Ben son cadenas elle l'a acheté, mais même pas elle aurait répondu à mon message ou à ma lettre, penses-tu. Je suis triste, du coup. Alors que j'ai passé un super moment mardi et mercredi.

Et puis je dois dire, aussi, je déprime un peu, après la première semaine d'euphorie, je me rends compte que j'avance moins vite que ce que je pensais. C'est normal, mais bon quand on se met une idée dans la tête que ça va aller tout seul, maintenant qu'on a le plan du mémoire, ben on irait presque s'étonner de pas écrire 5 pages par jour au bas mot, parce qu'en fait avant d'écrire y'a ce putain de pavé de 1000 pages pas tout à fait sur la bonne période (mais les idées sont passionnantes) qu'il faut finir, et c'est laborieux, parce que c'est pas exactement comme les Gossip Girl que tu peux emmener dans le train quand tu pars passer le week-end à Londres, rapport que 40 minutes pour se concentrer, prendre des notes et tout, c'est pas l'idéal, surtout dans un train. Donc ça n'avance pas aussi vite que je voudrais. J'ai peut-être trouvé une solution : demain soir je vais dormir à Londres, comme ça samedi matin je file à la Senate House tôt et j'en bouge pas tant que j'ai pas au moins un truc concret de rédigé (au moins le plan des chapitres, même - et forcément - provisoire, avec les idées à développer, les bouquins où je peux les trouver, etc. et des références dans le texte). Ensuite je reviens et dimanche je commence à rédiger. Je crois que ça ne sert à rien d'attendre d'avoir tout lu, il y en a beaucoup trop : je vais écrire et rajouter au fur et à mesure. On verra bien.

Ah mais j'oubliais de vous dire : y'a deux essays pour dans deux semaines, et j'ai une présentation powerpoint à faire pour la semaine prochaine sur l'émergence de l'individualisme dans la Renaissance italienne. M'en fous. La présentation on la fera à l'arrache mercredi, et je ferai les essays à partir de jeudi midi. Ca ne me prendra qu'une semaine pour tout faire, tant pis si les notes sont pas super, au moins j'aurai avancé, et dès le week-end d'après je suis de retour au mémoire. Voilà. Faut que je me colle à ce programme.

Mais je vais d'abord aller dîner. Parce qu'avoir passé l'après-midi à bouquiner, non seulement ça m'a déprimée, mais en plus ça m'a creusée. J'ai faim. Mais alors faim... Vais me faire du poulet avec des ptits légumes. Allez voir la voisine qu'est restée seule (parce que les quatre autres sont partis à une heure pour passer le week-end à Amsterdam) pour me détendre après le repas, me coucher tôt, faire ma "plus grosse journée de la semaine" demain avec ses 4h de cours. Ah oui je dois m'éclater à photocopier un bouquin en entier aussi. Mais bon pour ça j'ai un peu plus de délai. Tant que personne ne le demande je n'ai pas à le ramener et je m'amuse à le prolonger depuis que je l'ai (en même temps qu'on m'amène le gusse qui voudrait la seule biographie existante sur Thomas Coryate, et là, je rigole).

Bon, je vais me poeler mes ptits légumes (courgette, poireau, oignon) avec des ptites aiguillettes de poulet. Un filet d'huile d'olive et c'est tout. On se calme 5 minutes sur le beurre et la crème, ça me fera pas de mal.

mercredi, 23 janvier 2008

255 - Finalement on a regarde Le Gout des Autres...

... parce qu'il etait a la DVDtheque en francais sous-titre anglais, alors bon, c'etait mieux, quand meme...

J'ai super mal a l'epaule gauche, j'ai du dormir trop mal.

Ma tarte aux pommes d'hier soir etait trop bonne.

J'ai envie d'aller en Inde, en Amerique du Sud, au Japon.

Haru nous a invitees au Japon avec Laura. On aimerait bien y aller les deux premieres semaines d'aout. Ca serait le reve.

J'ai envie de voyages, de voyager, et je sais avec qui, mais...

En meme temps je voyage un peu, la, non ? (si, un peu, et c'est un tres agreable et joli voyage)>

Tout va bien, les papillons chantent toujours, il fait toujours aussi beau malgre la pluie, le professeur Susan Castillo m'a envoye son article sur Hennepin, c'est passionnant.

Samedi je vais a la Senate House et au Tate Britain voir les pre-Raphaelites.

La vita e bella.

Ah oui, j'ai failli oubier : je suis plus belle que Kylie Minogue (evidemment que c'est pas moi qui l'ai dit !!).

mardi, 22 janvier 2008

254

Vient de finir de regarder Memento, que G. m'avait prêté dimanche dernier. C'est bien, mais compliqué à suivre un peu fatigué.

Demain, comme il aime le cinéma français, je vais prendre "Un air de famille" à la DVDthèque, et on va le regarder ensemble demain soir. Je ne sais pas encore quoi faire à dîner (à part la tarte, là, je ne vais pas y couper je crois). Et comme il n'y a pas de sous-titres anglais ni espagnols, on va le regarder en espagnol sous-titré en français pour sourds et malentendants (c'est dingue ça ! le DVD est doublé en allemand et espagnol, et il y a des sous-titres néerlandais, mais rien d'anglais...).

Il faut aussi que je passe payer la facture de gaz (sinon on va être coupé, il paraît). Boum ! £200...et ça n'est que le gaz, on n'a pas encore reçu l'eau et l'électricité...

lundi, 21 janvier 2008

253 - Pas encore rentrée de Butterflies Land, mais...

Passé le week-end à Londres. Partie vendredi avec G. après le cours d'espagnol. Restée la nuit parce que j'allais au London Renaissance Seminar le lendemain de 14 à 17h30. Puis retrouvé G. Puis au lieu de rentrer à Egham (parce qu'à l'origine on devait partir tôt dimanche matin pour aller visiter Bath avec les copains français), comme finalement je n'allais plus à Bath, G. m'a dit : "or... you could stay ?" Fatalement je suis restée, hein... Et j'ai pas regretté.

Je suis toujours dans le monde des papillons, le monde il est beau même si il fait un temps pourri, j'm'en fous, j'ai des rideaux bordeaux, le matin il fait orange dans ma chambre, alors...

Je vais manger et je file à la bibliothèque pour commencer la rédaction de mon mémoire. Je suis en pleine forme (si je ne compte pas le fait que mes abdos me font souffrir à mort, et que j'ai dû dormir dans une mauvaise position cette nuit, j'ai super mal à la nuque et aux épaules). Il fait beau, la vie est belle, rien à redire. Même le mail et les photos de J. ne m'ont presque pas fait pleurer. Je me suis dit "oh non... pas maintenant..." j'ai laissé couler trois larmes en voyant la photo et puis je me suis dit "allez ma grande ! tu t'amuses, G. est adorable avec toi, n'y pense pas, il sera toujours temps de laisser venir en juin, hein..." Oui, en juin, quand fatalement il faudra dire au revoir à G., mais on prévoit de se revoir dans deux ou trois ans pour faire le tour du monde que tous les deux... Alors plutôt que d'être triste de ne plus avoir J. et de devoir laisser G. un jour, ben... let's enjoy the moment, hein !!

jeudi, 17 janvier 2008

252

Ah... finalement... tout va mieux, maintenant... Comme dirait Manuel, i live in a butterflies land... à bientôt...

mardi, 15 janvier 2008

251 - C'est un peu l'bordel...

Mais je devrais m'en sortir...

Week-end un peu curieux, et très déroutant, rentrée hier de Londres, en début d'après-midi. Aujourd'hui re-les cours, et puis le reste, on verra bien.

Ah si, je vais faire une autre tarte aux fraises.

Et ce week-end, on va à Bath avec les copains, mais samedi je dois d'abord aller à un séminaire sur la Renaissance Londonienne... à London.

Je cours, je cours, mais tout va bien (enfin à peu près).

Les garçons, c'est compliqué, quand même...

 

En écoute, en boucle : Steal my kisses from you (Ben harper), I've got life (Nina Simone), What I got (Sublime), Me llaman calle (Manu Chao) et Who's loving you (The Jackson five).

samedi, 12 janvier 2008

250 - ça se fête !!

Mais je me bouge même pas pour aller chercher une tasse de thé sur ma table, alors une coupe, vous pensez bien...

Hier soir, on a joué au trivial pursuit, et j'étais dans l'équipe qui a gagné (avec Julie et Louis-Guillaume). C'était trop bien. (Le pire, c'est que j'ai pas l'air de le penser, mais c'est vrai.)

Là, si j'ai l'air totalement amorphe, c'est que je le suis.

C'est ça de rester enfermé toute l'après-midi à lire des livres (là je suis dans Humeurs vagabondes, De la circulation des hommes et de l'utilité des voyages, de Daniel Roche. Qu'on se comprenne bien : c'est PASSIONNANT. Mais ça fait 1000 pages. Oui, tout rond. A une page près, je crois).

Or il est presque 19h, et c'est l'heure de dîner (même si c'est pas,  tu crois pas que je vais rester là à m'affamer ?? J'ai déjà l'palais tout asséché, rapport au fait que j'aie pas bu mon litre de thé tout refroidi, du coup, une honte, un thé si bon...). DOnc j'y vais.

 

(Oui, en ce moment, j'enchaîne un peu les notes pour ne rien dire. Mais j'ai un peu envie de te dire que ça montre bien une chose : j'en ai de plus intéressantes à faire, et 1) C'est une bonne chose, surtout que je te l'annonce de suite, c'est pas de trucs croustillants qu'il s'agit mais de mon mémoire ; 2) Je viens écrire quand même, et j'ai repris le rythme quotidien, par-dessus le marché ! Alors pouêt pouêt, hein, merci...)

mercredi, 09 janvier 2008

246 - Bien rentrée...

Et voilà, on ne croirait jamais pouvoir dire un truc pareil (c'est comme "oh ce que je suis heureuse d'être à nouveau à Trifouillis-les-Oies !!"), mais je suis de retour à Egham, et ça me fait un bien... OK, certains événements peut-être à venir n'y sont sans doute pas pour rien (comme reprendre les cours d'espagnol... hum hum), mais toujours est-il que je n'en pouvais plus d'attendre d'être enfin de nouveau chez moi.

Seul point noir : un essay à terminer aujourd'hui. A part ça, un cours demain, deux vendredi, je devrais m'en sortir. Je vais attendre le week-end prochain en huit, je pense, pour aller à Oxford (il faut bien le temps de les prévenir, de toute façon), parce que j'ai déjà les trois livres prêtés par Mr Brioist à lire, plus ceux qu'il m'a conseillés. On va débroussailler, commencer à prendre des notes bien plus productives que les précédentes, et même entamer sérieusement la rédaction. Et je peut vous dire que ça fait plaisir, vraiment.

A part ça, je suis de nouveau dans une phase de Pat' Bru', et ça déchire grave. Bref je chantouille, je suis bien rentrée hier, je me suis fait un bon ptit plat (tout ça dans le désordre, évidemment), et j'ai cours d'espagnol vendredi. Tous les "Romain-Michel" (expression brevetée, merci de demander la permission de la reproduire) du Founder's vont venir récupérer leurs affaires ce soir à 20h et j'ai inauguré mes jolies serviettes de toilette apportées par le Père Noël de chez Tonton Michel et Tatie Laurence.

Si vous voulez tout savoir, je me sens tellement bien d'être rentrée que ce matin en prenant mon bain je me suis fait un gommage aux sel Searenity (au sel de la Mer Morte), le meilleur que je connaisse, ex-aequo avec le Copacabana (Buffy quelque chose en anglais) de chez Lush. Je me suis mis une bonne couche de crème pour les mains Burt's Bees, je suis toute douce, mais dooooooooooouuuuuuuuuce... je plane. Et bien sûr j'ai repris mes bonnes (euh...) habitudes : j'en suis à ma deuxième théière depuis ce matin (une de Lady Grey au réveil, comme toujours et une de thé Geisha, aux fleurs de cerisier que j'ai acheté dans la petite boutique près de chez Cynthia, et qui sent divinement bon (le thé, pas Cynthia, quoi que....), et pareil au goût).

Bref ma petite vie anglaise reprend son cours gentiment, et puis c'est très bien comme ça. Par contre ce matin j'ai trouvé ce que j'avais oublié à Tours (on oublie toujours quelque chose, c'est immanquable, je me demande si il n'y aurait pas une loi scientifique débile pour ça, un peu comme la Loi de Murphy, dans un autre registre) : la bouteille de Porto (pour faire ma sauce à la crème et au salpicon de foie gras avec mon canard). Faut que j'achète le canard, alors j'achèterai une flasque de porto (si ça existe ici, j'espère bien que oui, sinon je me réfugierai chez mon top model de voisin portugais, il doit bien en avoir, non ? tiens, je vais peut-être même commencer par là...).

Enfin, j'ai mis du temps à tous vous relire avec tout ce que vous avez pondu pendant les vacances (contrairement à moi) : Didier, Guillaume, Tinou, Lyly June, Tangee, Charly... plus les incontournables, désormais (Pénélope, Violette, Sonia, Caroline, Hélène...). Heureusement que Boulet et Kek n'ont pas été aussi productifs...*

Allez je vous abandonne, un peu, j'ai 700 nouveaux mots à pondre sur la question suivante : "Was Europe feudal at this period ?" (i.e. from 1000 to 1300). Passionnant, je sais, et là vous vous sentez tous cons, maintenant que je vous ai apporté la preuve flagrante que j'avais des activités autrement plus enrichissantes actuellement que les vôtres (comme les soldes qui viennent de débuter et que je loupe...).

 

* Je ne mets pas les liens, ils sont tous dans ma colonne de droite.

dimanche, 16 décembre 2007

239 - Bon, j'avais prévenu, au moins je culpabilise pas...

Donc on a fait la fête. Toute la semaine. Et je suis allée à l'Union pour la première fois. C'était sympa, mais pour tout vous dire, le fait que je boive quasi pas fait que Hanson et Cie, ben j'ai apprécié juste parce qu'il y avait les copines à côté, que c'était Noël, qu'on était canon, que c'était la fête... Ouais OK on a kiffé Hanson & Co, mais bon c'est Noël, faut savoir se lâcher un peu, de temps en temps.

Là je me prépare pour aller déjeuner à Londres, tous les Français prennent leur avion, je suis seule, je dis au revoir aux gens les uns après les autres, c'est triste, mais en même temps c'est Noël, faut être content, et puis je dois dire que je suis de plutôt très bonne humeur en ce moment (le moins qu'on puisse dire c'est que les Anglais ont le sens de la fête pour fêter la fin du term et en plus vlà-t-y pas qu'il m'arrive des trucs sympas...).

Pour dire au revoir et bonne vacances, on a réussi à convertir Haru (la Japonaise de mon cours d'espagnol) et Fong (la Chinoise de mon cours d'espagnol) à la bise (l'au revoir à la française) et je leur ai fait promettre de faire la fête le 25. Je crois qu'elles commencent à bien comprendre l'esprit de Noël.

Sinon, si vous pouvez aller voter pour moi pour la photo n°43 ICI, ça serait chou, parce que moi j'aimerais bien, mais bon j'ai pas l'temps, alors après je compterai les votes et je dirai que c'est grâce à moi.

Retour en France mardi midi, donc rien très probablement en attendant mercredi ou jeudi, je vous embrasse tous, à très vite !!!!!!!!!!!!!!!!! (oui je vire dans le sentimental, et alors ?? c'est Noël, il faut regarder Love Actually et embrasser tout le monde !!)

mercredi, 12 décembre 2007

238 - Insomniaque...

Voilà, ça fait bien deux heures que je suis réveillée (et encore, je dis deux, mais bon, c'est que j'ai checké seulement il y a deux heures !), j'ai erré sur facebook, j'essaie de lire des blogs où il n'y a rien de nouveau, fatalement, les nouvelles notes arrivent généralement autour de 10h... Donc je me suis dit : "et si je vous racontais ma vie ??" (oui, je sais, vous kiffez grave, là...).

Non non, aujourd'hui, point de chanson... Aujourd'hui, it's kyz my life ! so let's go :

Hier j'ai fait une partie de coinche (je sais pas comment ça s'écrit, si quelqu'un veut me dire...) avec les filles. Génial, pas vrai ?? Ben si, parce que moi j'aime bien les cartes. En même temps je dis hier mais je parle d'avant-hier, vu qu'on est déjà tôt le matin. Donc finalement c'est hier qu'on a pris un pot entre 16h et 23h avec le groupe d'espagnol, prof compris. On a beaucoup rigolé. Les Japonais sont trop drôles et s'entendraient bien with the Queen. Parce qu'ils sont très polis et tout, les Japonais. Quand on dit fuck (ou putain ou joder) Haru elle fait "HOOO" en plaquant ses deux mains sur sa bouche. Et on a essayé de trouver toutes sortes de situations (tipo tu es dans la rue, seule donc personne ne peut t'entendre, une voiture passe en trombe et t'éclabousse ???), ben non, Haru elle ne pleure pas, elle ne fait pas de grands moulinets avec les bras (même pas elle se remet du gloss), elle dit qu'elle est triste. Ben moi je dis bravo (et même Vive la France). Forcément on a bien rigolé.

De toute façon on a cours vendredi, on va rigoler encore un coup avant les vacances.

Et puis il paraîtrait que j'ai "a date". A suivre...

Et puis demain (non ce soir) on doit faire (un peu) la fête (un peu rapport qu'on n'a plus de sous et que le peu qu'il nous reste - ou pas - on le garde pour jeudi et vendredi ; vous allez comprendre après) pour fêter (sic) qu'on n'a plus du tout d'exams, d'essays et autres imbecillités de ce genre.

Et puis jeudi on va à la Beach Party (j'ai pas dit bitch, mais bon les Anglaises, je vous parie 12.000 qu'elles vont pas avoir compris le thème) au medicine. C'est la beach party de Christmas. Ben oui parce que vendredi c'est LA Christmas Party de l'Union (la Studient Union, hein) et donc ils allaient pas faire deux soirées de Noyiel pareilles. Donc on va au deux, avec les copines (parce que Louis-Guillaume il boycotte). Même qu'il y aura tout le monde (sauf Louis-Guillaume et Noémie puisqu'elle repart jeudi c't'andouille au lieu de rester faire la fête - elle, elle préfère rentrer manger du fromage, chacun son truc - faut croire qu'on commence à s'habituer, nous...).

Et puis samedi tout le reste des Français se taillade à Londres (et moi avec) pour passer la dernière journée là-bas (parce qu'ils doivent évacuer Founder's en ne laissant rien dedans, donc du coup on y va tous en même temps) et ils y passent même la nuit, dis donc ! (même que si je trouve quelqu'un qui veut m'héberger, je suis preneuse, en plus c'est juste pour samedi soir, hein, je rentre à ma maison dimanche soir pour faire ma valise et repartir mardi). Et moi, ben c'est dimanche que je suis supposée avoir ma date, mais bon ça dépendra aussi de l'heure à laquelle on sera allé au dodo, parce que bon, quand même faut bien avouer que déjeuner un dimanche... Mais bon a priori on peut déjeuner vers 17h, en Angleterre, le dimanche, donc ça devrait le faire.

 

(Ouais, je suis contente, parce que quelqu'un a pris mon numéro, et que pour une fois, c'est pas un laideron*. Comme dirait Louis-Guillaume, "les moches faudrait tous les ach'ver !" - Ouais c'est pas trop cool et alors ?? Il nous restera toujours Gad Elmaleh.)

* Pas comme à la fête des voisins que le seul garçon qui a voulu m'embrasser (et que je me suis pas laissée faire du tout !!) il était trop moche. Et petit. Et pas beau. Je sais, ça fait beaucoup pour une seule personne. C'est la vie, et la vie, quoi qu'on en dise, elle est pas toujours jolie.

samedi, 08 décembre 2007

235 - Quand ils vous lâchent tous lâcheusement...

Eh oui, à parcourir les blogs des uns et des autres (bon sauf celui de Didier, hein...), on s'aperçoit que tous les étudiants vous plantent vilainement - oui même moi, mais vous voyez bien, je me reprends - sous le foireux prétexte qu'ils ont des exams ou autres trucs débiles.

Ben moi, cette semaine, j'ai rendu deux essays d'histoire, un portfolio d'espagnol (le premier qui me redemande "Mais euh, POURQUOI portfolio ?", je préviens tout de suite je réponds "Parssque dans ton cul !"), et passé la première partie de l'examen d'espagnol qu'était trop dur sa race, je vous raconte même pas (si un jour vous voulez improve votre Spanish, c'est pas en Galicia qu'il faut aller...).

Du coup, pour décompresser, je suis allée à une fête chez les voisins hier soir (au moins je me suis pas perdue en rentrant c'est déjà ça...), qui a duré jusqu'à 7h du matin (c'est-à-dire que oui je suis restée jusqu'à 7h, parce que comprenez-moi, vu l'épaisseur des murs, tant qu'ils font la fête, je ne peux pas dormir. Donc autant faire la fête). Du coup je me suis levée à 15h30, j'ai lu, rangé un peu, et mis les photos sur Facebook.

Et comme c'est normal que je raconte pas tout dans l'ordre, avant la soirée, y'avait dîner à la maison. J'avais invité Louis-Guillaume et Noémie à dîner, et Leïla et Julie pour le dessert. Ben figurez-vous que Renata avait invité Clarence (son amoureux zambien médecin dans l'armée de Sa Majesté), et Lapo et Mikolaj ont débarqué la bouche en coeur pour nous expliquer qu'ils avaient nettoyé la cuisine et que donc si ils cuisinaient dedans maintenant ils faudraient qu'ils relavent alors est-ce que ça nous ennuirait qu'ils viennent cuisiner ici ? Ben non, of course, on va faire le ménage pour vous mes ptits gars... Donc ils ont débarqué avec leur manger, leurs faitouts, etc. et nous on foutu le bordel pas possible dans la cuisine (d'autant plus que j'avais fait la cuisine avant). (Mais moi je fais la cuisine proprement, d'ailleurs ça les impressionne vachement, parce qu'ils y arrivent pas, of course.)

Ce qu'ils ne nous avaient pas dit, c'est qu'ils squattaient aussi le salon pour dîner (avec deux ou trois de leurs amis, sinon c'est pas drôle). Au moment où ils commençaient leurs pasta (cuisinées par Lapo, of course), nous on avait déjà terminé les escalopes à la crème avec la purée aux graines de quinoa et "oignons frais"*. Du coup je faisais les bananes flambées au rhum et au chocolat fondu. Que Louis-Guillaume il a pas trouvé mieux à faire que lâcher son assiette par terre sur la moquette. Oui oui vous avez bien lu. Tout par terre.

C'est là que je vous livre un scoop : le détachant pour fringues, ça détache aussi la moquette (et le jean de Louis-Guillaume - qu'il n'a pas retiré, il s'est juste étalé le produit avec l'éponge dont il s'était servi pour frotter la moquette...).

Et c'est sur cette merveilleuse information que je vous abandonne parce qu'en fait le showing off, c'est bien, mais accessoirement j'ai un essay à ré-écrire pour mardi, et la deuxième partie (orale) de l'examen d'espagnol (après on a une party pour s'en remettre, quand même, et Gerardo est sensé nous faire une paella) le même jour. Mais dans l'immédiat je file "chez" Julie et Leïla (comprendre Founder's chambre 405 East, quand même, la classe de dormir dans le château...), parce qu'on va danser un peu au medicine.

 

* traduction de Leïla des "salad onions". Copright et tout le bordel.

vendredi, 07 décembre 2007

234 - Histoire que ça se voie que je glande pas...

... mais je vous préviens, ça va être chiant (et faut savoir parler anglais... voire un peu expagnol).

L'essay de médiévale est .

L'essay de British History (sur Elizabeth I) est ici.

Et histoire de s'éclater jusqu'au bout vous trouverez ici et  des morceaux de mon portfolio d'espagnol (la première partie de l'examen est dans une heure et demie).

Et juste pour le plaisir :

Queen, Don't stop me now :

Tonight I'm gonna have myself a real good time
I feel alive and the world it's turning inside out Yeah!
I'm floating around in ecstasy
So don't stop me now don't stop me
'Cause I'm having a good time having a good time

I'm a shooting star leaping through the skies
Like a tiger defying the laws of gravity
I'm a racing car passing by like Lady Godiva
I'm gonna go go go
There's no stopping me

I'm burning through the skies Yeah!
Two hundred degrees
That's why they call me Mister Fahrenheit
I'm trav'ling at the speed of light
I wanna make a supersonic man of you

Don't stop me now I'm having such a good time
I'm having a ball don't stop me now
If you wanna have a good time just give me a call
Don't stop me now ('Cause I'm having a good time)
Don't stop me now (Yes I'm having a good time)
I don't want to stop at all

I'm a rocket ship on my way to Mars
On a collision course
I am a satellite I'm out of control
I am a sex machine ready to reload
Like an atom bomb about to
Oh oh oh oh oh explode

I'm burning through the skies Yeah!
Two hundred degrees
That's why they call me Mister Fahrenheit
I'm trav'ling at the speed of light
I wanna make a supersonic woman out of you

Don't stop me don't stop me don't stop me
Hey hey hey!
Don't stop me don't stop me
Ooh ooh ooh (I like it)
Don't stop me have a good time good time
Don't stop me don't stop me
Ooh ooh Alright
I'm burning through the skies Yeah!
Two hundred degrees
That's why they call me Mister Fahrenheit
I'm trav'ling at the speed of light
I wanna make a supersonic woman of you

Don't stop me now I'm having such a good time
I'm having a ball don't stop me now
If you wanna have a good time
Just give me a call
Don't stop me now ('Cause I'm having a good time)
Don't stop me now (Yes I'm having a good time)
I don't wanna stop at all

La la la la laaaa
La la la la
La la laa laa laa laaa
La la laa la la la la la laaa hey!!....

dimanche, 02 décembre 2007

231

Premier dimanche de l'Avent, alors j'ai dormi chez Leila à Founder's (quand même, y'a pas à dire, dormir dans le château, ça déchire) pour être sûre de venir à la messe dans une demi-heure.

Hier soir les Français étaient (encore et toujours) les premiers sur la piste de danse au medicine, mais bon, sur la techno, je ne me suis pas "donnée" comme il y a deux semaines (en fait c'est sensé être house tous les samedis, celui d'il y a deux semaines était le meilleur, mais c'était une exception). Suis rentrée bien avant la fermeture du bar, du coup (je rappelle que le medicine ferme à 2h le samedi). Et je suis à travailler sur mon essay depuis une bonne heure, j'ai bien avancé.

Le 'recital' d'hier était très très bien. Of course, je ne peux pas dire le contraire vu qu'il y avait trois Françaises de nos amies dans les deux chorales (Gospel Choir et Absolute Harmony - une chorale de chant a capella-), mais le pire c'est que c'était vraiment très bon. Les deux chorales ont terminé ensemble pour chanter des chants de Noël. Et on devait tous chanter aussi. Allez hop ! tout le monde debout, et on chante... EN ANGLAIS !! Ils l'ont voulu, hein... Mais c'était fort sympathique, ma foi.

Là maintenant tout de suite, la messe, et puis le brunch, et puis retour à ma maison pour déposer mes affaires, me doucher et puis je file à Londres voir ma cousine. Je rentre tôt (je sais qu'Emilie et ses amis vont au restaurant ce soir pour fêter l'anniversaire d'Eleonore) et je finis au moins l'essay de British History sur les crises entre 1567 et 1572 sous le règne d'Elizabeth, donc. Et si j'ai le temps, je passe rendre les livres ce soir à la bibliothèque (qui ferme à 17h le samedi, mais est ouverte de 13h à 21h le dimanche... en tous cas ça m'arrange) et je prends ceux pour l'essay d'histoire médiévale.

Les examens d'espagnol commence cette semaine (deuxième partie du Portfolio à rendre avant jeudi midi et épreuve écrite vendredi). Mais pour ça, ça va. J'espère même que j'aurai le temps pour une deuxième leçon d'Italien cette semaine, histoire de boucler le tour du trimestre et de pouvoir m'inscrire le trimestre prochain au niveau supérieur.

Je vais revenir quadrinlingue (sans compter le Polonais...). La classe...

P.S. : Désolée si ce que j'écris en ce moment n'est pas hyper exaltant, promis dès la semaine prochaine, ça sera déjà un peu plus passionnant, une fois que j'aurai (un peu) sorti la tête des bouquins.

mercredi, 28 novembre 2007

230

Maaaaaaaaaaaaaaaaal au veeeeeeeeeeeeeeeeeennnnnnnnnnnnnnnnnntre...

************

Deux essays à faire... Et pourquoi mes chaussettes sont-elles rouges ?? Bref.

************ 

Les cours de Pauline Croft se révèlent de plus en plus intéressants (je sais que je l'ai déjà dit !!). On attaque le moment où, en France, on s'interrogeait sérieusement si une danse de la pluie pourrait pas faire apparaître un héritier mâle et catho, de préférence, parce que bon, Henri de Navarre, l'était bien gentil, mais bon un peu hérétique tout d'même.

Eh bien figurez-vous mes braves gens qu'à cette époque, Philippe II d'Espagne (ancien roi d'Angleterre du temps que Mary était vivante, bien sûr) caressai secrétement (ou pas) l'espoir de marier sa fille Isabella (sa fille d'avec sa deuxième femme, hein, une gentille fille de roi bien d'chez nous) avec le duc de Guise histoire qu'elle ait toutes les chances de monter sur le trône.

Une femme. Sur le trône de France. Ben non, ça l'a pas arrêté, l'Espagnol.

Et le pire c'est que les Anglais avaient sérieusement la trouille que ça se réalise, ils y croyaient pour de vrai, comme si tout ce que le roi d'Espagne voulait arrivait forcément. Alors que (quand même, bordel !), les Anglais on leur avait quand même inventé une jolie loi peu avant, salique, de son petit nom (à la loi), pour pas qu'un garçon, petit-fils de roi PAR UNE FEMME, nous monte sur notre trône de France. La guerre, faut s'en souvenir, elle a quand même duré vaguement Cent Ans... Ben les Anglais, ils ont cru qu'on allait laisser monter sur le trône une FEMME petite-fille de roi PAR UNE FEMME !!! Faut le faire, non ?

Alors voilà, c'est une possibilité que nous les Français, on n'a tellement pas dû l'envisager qu'on ne nous l'apprend même pas en cours (ou alors on n'insiste tellement pas que je ne m'en souviens pas, c'est dire !), alors qu'ici, ça fait partie des arguments pour dire que les Anglais étaient bien obligés de faire la guerre à l'Espagne, parce que déjà les Espagnols ils avaient récupéré les Pays-Bas, qu'en plus ils s'apprêtaient à mettre la France sous tutelle, et pour finir ils envahiraient l'Angleterre en passant par Calais ET l'Ecosse, et face à ça qu'est-ce qu'on peut bien faire ma bonne dame ?? (oui, je vous l'demande.)

***********

Sinon j'ai failli avoir une conversation qui aurait pu être intéressante sur Beckett* avec Moïra et un peu Leïla (mais Moïra n'avait visiblement pas beaucoup d'arguments, et n'aime pas le débat, elle a préféré arrêter la discussion parce que ce que je disais l'énervait : ça c'est de la maturité...). Avec Leïla c'était déjà beaucoup plus intéressant, même si c'était plus court. Bref.

************

Renata a commencé à décorer la maison pour Noël. Oui, on est sensé s'y mettre le week-end prochain. Mais Renata elle adore avoir la maison bien décorée. VOilà. ALors on a de jolies étoiles dorées sur les vitres du salon, et une adorable mini-guirlande trop chou de mini-feuilles de houx trop adorables sur la cheminée.

************

J'ai appris que Fred Chichin était décédé d'un cancer... Je ne vais pas dire que ça m'attriste, mais ça me touche quand même suffisament pour avoir envie de vous le répéter...

 

* Je déteste Becket, hein, des fois qu'on se demanderait de quel côté j'étais...

dimanche, 25 novembre 2007

229 - Première leçon d'Italien !

Et la semaine qui vient va être plutôt chargée (deux essays à rendre la semaine d'après et le Strachan à terminer). Et puis aussi l'évaluation d'espagnol qui approche. Mais ça devrait bien se passer, non ? Si. Bon.

mardi, 20 novembre 2007

226 - Chose très intéressante :

Ici on parle de produce children (dans le cadre des cours d'histoire, et surtout s'agissant des rois et particulièrement des reines...).

Là il est question de Louis VII, avec ses trois femmes, qui avait du mal to produce sons.

Mais je l'ai eue aussi à propos d'Henry VIII, dont toutes les femmes s'avéraient malheureusement unable to produce a son.

225 - Faut quand même que je vous raconte la piscine...

Non parce que ça vaut le détour, franchement...

Donc déjà, on est arrivé à l'arrêt de bus : il pleuvait (accessoirement il a plu toute la journée, en fait, comme ça arrive souvent, et même à chaque fois qu'il pleut). Il a fallu attendre le minibus. Sous mon petit parapluie que j'ai généreusement laissé squatter par tout le monde. Et, chose bizarre, il pleuvait tellement que même Sébastien et Federico l'ont squatté, mon parapluie alors que (fait intéressant), il est rose, mon parapluie (et qu'en général les gens ne se presse pas en-dessous).

Ensuite on a été emmenés à la piscine par un chauffardeur qui conduisait quand même très vite alors qu'il faisait nuit et qu'il pleuvait à torrents.

Au moment où je vous parle, le monsieur qui me sert de prof de médiévale ose traiter la carte de la France capétienne de patchwork (ranafoute que ça soit vrai : d'où les Anglais se permettent de traiter la France de patchwork ?? Ils ont vu la carte de leur "pays" aujourd'hui ??). Bref.

Arrivés à la piscine, on m'a appris (bon OK, je le savais déjà, mais j'espérais encore pouvoir y échapper) qu'il fallait que je porte un bonnet de bain. Non vous ne rêvez pas. MOI, avec un bonnet de bain. Alors je l'ai joué grande scène du deux : déjà j'étais la seule à porter un maillot deux pièces (très chou, au demeurant, celui que j'ai acheté chez Gap à Londres au mois d'août). En plus, j'avais toujours les ongles (des pieds ET des mains, sinon c'est pas drôle) peints en rouge foncé (évidemment, merci le chlore, j'ai tout viré ce matin). J'étais absolument adorable avec ce bonnet de bain doré que m'a prêté le vilaine qui est responsable des filles.

Accessoirement, il me paraît très important de porter à votre connaissance le fait que, sans mêe avoir réellement enquêté, j'ai découvert où allait l'argent des cotisations : le président de la swimming society se fait masser pendant les séances assis su le rebord de la piscine par une jeune fille (qui doit être sa secrétais ou assimilée, d'ailleurs il me semble que c'est la même que celle qui m'a prêté le bonnet de bain). Ne me remerciez pas, c'est mon bon plaisir de vous informer.

A la sortie, on a dû attendre le minibus dix bonnes minutes sous la pluie, les cheveux mouillés et les pieds gelés, résultat : 39° ce matin et la gorge toute gonflée (ça sent l'angine, je vous dis que ça). Et faut quand même aller en cours (et on m'annonce que je dois lire la page 248 du Barber, mais je ne sais pas bien à quoi ça correspond).

224 - Malaaaaade...

Je l'avais dit que c'était une mauvaise idée, la piscine... Maintenant je suis malade, pour changer, pays d'fous, où on nous fait attendre les cheveux mouillés sous l'eau qui tombe du ciel, avec les pieds froids (comme m'a toujours dit ma mère, on attrape froid par la tête et par les pieds !). Bref. En plus faut aller en cours, je vais encore complètement planer, je le sens...

lundi, 19 novembre 2007

223 - De retour de Londres à l'instant...

J'AI LE STRACHAN !!!! Et je file à la piscine !

dimanche, 18 novembre 2007

222 - Ah là là, mes enfants...

Eh bien le moins qu'on puisse dire, c'est que tous les gens qui étaient au medicine hier soir sont repartis avec l'idée que les Français sont :

1. Les premiers et les derniers sur la piste de danse ;
2. Les premiers à y faire des conneries (comme exploser tous les ballons, et hurler les paroles des chansons qu'ils connaissent pas, ou encore tout envoyer valdinguer) ;
3. Toujours au milieu de la piste même quand la moitié du bar s'est enfin décidée à les rejoindre ;
4. Les plus fun, les plus hype, les plus délirants et surtout :
5. Les plus CHALEUREUX !!

Oui oui. Chaleureux. D'ailleurs c'est pas compliqué, tout le monde a halluciné comme on est très très friendly, entre nous uniquement, bien sûr, s'agirait pas d'aller se compromettre avec des gens qu'on ne connaît pas, à part quelques V.I.P. soigneusement choisis que nous acceptons près de nous. Oui, on s'la pète, et alors ? On est les meilleurs, personne ne bouge mieux que nous (surtout pas mieux que LG). Heureusement, j'ai presque envie de dire, qu'on s'la pète.

En ce qui me concerne, F. (italien) m'a dit que j'étais "mean" de pas l'avoir rappelé, pourquoi je l'ai pas rappelé, je le sais pourtant, qu'il est fou de moi et j'ai son numéro... Ben oui, mais non. J. (qui est Lyonnais, mais gay) m'a demandé 12 fois tout au long de la soirée pourquoi je ne voulais pas de lui (ben je m'demande, tiens...). Un Brésilien répondant au nom de Bruno (et qui, après facebookage, s'avère avoir tois jours de plus que moi !! enfin quelqu'un de mon âge !!) est venu près (un peu trop) de moi pendant je ne sais plus quelle chanson très élévatrice (du genre ah si je me rappelle : c'est "What you waitin for", de Gwen Stefani, non ? Daf nous dira) et a essayé de m'embrasser dans le cou plusieurs fois, mais bon je me suis pas laissée faire, hein. Et en repartant, Martin et Lukas (surtout Martin), respectivement nés en 1986 et 1988 (no comment, de toute façon ici tout le monde me donne spontanément 21 ans, alors...) (et Allemands) m'ont demandé pourquoi je rentrais maintenant. "Parce que j'ai une demi-heure de marche et des talons de 10 cm", que je leur ai répondu. En fait, arrivée à Founders, j'ai ordered un taxi, of course (j'allais pas rentrer à pied à 2h30 toute seule, c'est pas parce que j'habite à la campagne que c'est plus prudent qu'ailleurs).

Une très très agréable soirée, donc, dommage que Noémie et Justin (son cher et tendre, pas notre Justin le Chinois) ne soient pas venus, comme a dit LG, on aurait fait des sandwiches avec eux aussi.

samedi, 17 novembre 2007

221 - Oui oui...

Une semaine bien chargée, voyez-vous...

Donc je suis rentrée lundi soir. A pied. Après le train, j'entends. J'ai appelé la compagnie de taxi et une dame fort aimable par ailleurs m'a clairement informée qu'il n'y avait plus de voiture disponible. Là-dessus mon téléphone meurt à moitié dans mes mains (enfin la batterie seulement, hein...). J'ai donc terminé le trajet à pieds (et bizarrement, au lieu des 15 minutes habituelles, j'en ai mis 25, allez savoir pourquoi...). Mais arrivée à la maison, Renata, ma douce, ma chère Renata, m'a accueillie les bras grands ouverts, le sourire immense et en me disant (avant même bonjour) : "i missed you !!!" Eh oui, moi aussi I missed you, et même que next time tu viens avec moi. Donc très probablement j'emmène moja droga Renata en France pour Noyiel. j'ai déballé mes valises, Renata s'est précipitée sur les trois robes que j'avais ammenées avec moi, elle a halluciné devant la quantité de thé que j'ai été fichue de mettre dans mes valises (et pareil pour le fromage) : "But when you told me "I'm gonna bring my tea back", I was absolutely not thinking about such an amount of teaboxes !!" Ben oui, je sais, y'a que moi pour rammener 20 boîtes de thé en Angleterre...

Le mardi j'ai eu cours. Ah c'était pas mal... J'ai récupéré mon essay d'histoire médiévale (presque 1400 mots que j'avais écrits de mémoire d'après mes lectures des années précédentes) : 35% et surtout "Essay needs to be rewritten". Comment ça, rewritten ??? Ben oui, si on a moins de 40%, on fail. ça, je le savais. En revanche, ce que je ne savais pas, c'est que si on échoue, on recommence. Ben tu m'étonnes qu'ils l'ont tous leur diplôme, ici... Du coup, je me retrouve avec un essay (que j'avais baclé volontairement pour gagner du temps) à réécrire, quand les deux autres sont à rendre pour la semaine du 3 décembre... Beau calcul, ma Chloé, tu t'es surmenée, là, dis-moi ?? Bref.

En cours d'espagnol, j'ai récupéré mon portfolio et j'ai eu very good presque partout (un excellent et un good). Alors j'étais contente. Mais ça m'a pas empêchée de céder complètement à la crise de nerfs à cause de la co**asse rousse so-called teacher d'histoire médiévale, qui n'a pas voulu remonter ma note à 40% (ben évidemment, que j'ai essayé de négocier !!) sous prétexte que l'essay était trop court et que je n'avais pas fait de footnotes. J'ai bien essayé de lui expliquer que les livres ce sont des références qui sont à Tours et que pour les footnotes, elle pouvait se t... brosser, ben non, cette frustrée de base m'a regardée avec son sourire de frustrée débile, et m'a dit "I don't think it's gonna be possible". Très bien, très bien...

En revanche à l'essay d'histoire britannique (l'essay était sur Henry VII), j'ai eu 62%, very promising, d'après Pauline Croft, qui est la plus charmante personne anglaise que je connaisse. Bon début de journée, que j'ai passée ensuite aux fourneaux, pour bake deux tartes (une au chocolat et une aux fruits rouges) que bien sûr je vais vous les mettre les photos pour vous faire bien saliver. Louis-Guillaume et Noémie ont adoré (le soir même) les fromage, et les deux pré-cités et les voisins du 31 ont été "very impressed" par mes talents pâtissiers. Et bien sûr que non, je ne donne pas les recettes, puisqu'il s'agit de secrets de famille, que nous tenons bien gardés. N'avez qu'à avoir un grand-père/grand-oncle chef pâtissier, ça vous apprendra... (Oui, parce que bon, derrière ce que vous voyez là, il y a des années d'expérience, hein, et ce que je fais le mieux du monde, ce sont les tartes aux quetsches, que les miennes c'est les meilleures du monde, voilà).

703a483de9891ab9f980ef075b9323e4.jpg935e4541f727d110a33e30f50b40c774.jpg

Jeudi, j'ai passé la journée à Oxford, avec Emma, une des voisines du 35, et je vous le dis comme ça : j'ai passé une excellente journée. C'est definitely plus agréable de passer le trajet (1h20 de train, tout de même) à deux que tout seul. La ville est magnifique, on se croirait au paradis sur terre, et d'ailleurs, j'ai trouvé ma future maison, je visualise même déjà tout l'intérieur. 

27af1d18e9224477bc6113d8264421d8.jpgd661542cb7294be28ed35fdbc0d039a1.jpg

(A gauche : une vue d'Oxford, à droite, ma maison : La Radcliffe Camera. Il paraît qu'ils y organisent les cérémonies de remises des diplômes, ça ne me dérange, pas, au contraire, on trouvera bien une façon de s'arranger, je peux passer une semaine en France à ce moment-là...)

Hier vendredi, je suis allée en cours bien gentiment, c'était aussi intéressant qu'à l'accoutumée, et je ne sais pas pourquoi je me suis dit, à 10h, je vais rentrer prendre le petit-déjeuner que je n'ai pas eu le temps de prendre ce matin, puisque mon cours d'espagnol n'est qu'à midi (habituellement je me colle sur un des ordis de la fac, mais là, voyez-vous, j'avais faim). Eh bien figurez-vous qu'en arrivant à la maison, j'ai appris en consultant mes mails que le beau Gerardo était unwell et que donc on n'avait pas cours !!! Une journée de ruinée, mais bon...

Et hier soir, c'était 90's party, chez les voisins du 35, qui n'était pas si 90's que ça, mais on a bien rigolé quand même. Et même que sur la fin, Alex (qui est en musico) s'est retrouvé à jouer, rien que pour moi, Rachmaninov (un de mes préférés), Debussy et Chopin. Avec les Spice Girls en même temps qui hurlaient des enceintes de l'ordi, mais je m'en foutais, j'étais accroupie devant le piano et Alex, et même que c'était trop bien. J'ai of course arbitrairement décidé que je reviendrai quand il serait sobre (oui, on était tous "not drunk, but chemically inconvenienced", comme dit l'aimant que j'ai acheté à Oxford, vers 3h du mat') et qu'il jouerait pour moi. Me demandez pas comment (non, vraiment, me demandez pas, please), mais il arrivait à tout enchaîner comme un virtuose qu'il est et qu'il faut être quand on arrive à faire ça un peu bourré. Bref. Il m'a dit "Yes, you will come back, and I will play while you will be reading, lying on my bed". Alors là, ça appelle deux réfléxions : la première, c'est que ce garçon, qui me connaît à peine, m'a tout à fait cernée. La deuxième, c'est que pour comprendre aussi bien les filles, il faut être gay. La troisième (oui, en fait il y en avait trois), c'est qu'il ne faut surtout pas y voir d'invitation indécente que mon père réprouverait : Alex est très gay.

PS : non je ne dis rien de mon week-end en France, parce que c'est pour moi toute seule, il vous suffira de savoir que c'était formidablement ressourçant... ouais. Pour le reste je vais de ce pas répondre à vos commentaires... (au passage, je note que vous vous fichez totalement que j'écrive ou pas, vous m'avez complètement transformé ce blog en salon de thé, mais c'est pas grave, ça veut dire que c'est accueillant, et j'aime assez l'idée...)

mardi, 13 novembre 2007

220 - Comment dire...

Du reblochon, du comté, du munster, des rocamadours, du Sainte-Maure, de la tomme de Savoie, du Caprice des dieux, du Vieux pané. Quatre gros paquets de gruyère rapé, du beurre au gros sel, du gros sel de Guérande, de la sauce Béarnaise. Du vin rouge, du vin blanc. Renata. Des tartes (une au chocolat, une aux fruits rouges) et des meringues en préparation.

J'ai vu presque tous mes amis. J'ai les meilleurs amis du monde et je les aime.

Et surtout, surtout... une bonne partie de ma famille, et ça, c'est du ressourçage. Mon petit frère qui vient me réveiller samedi matin en se cachant dans mes couvertures, sauter sur le lit de ma soeur pour la réveiller. Quand ce n'est aps le soir et que je ne suis pas en ville pour m'éclater, aller sur le marché et faire des courses avec ma mère et ma soeur.

Parler français, sentir que les gens veulent me voir, que je leur ai manqué, et leur dire qu'ils m'ont tellement manqué, eux aussi...

Et revenir à la maison complètement requinquée, prête à passer à nouveau un mois chez ces fous d'Anglais.

(Merci pour tous vos messages, et comme je rentrais hier, et que la grève n'a commencé que ce soir à 20h, j'étais tranquille...)

jeudi, 08 novembre 2007

218 - Bon, finalement...

Ma perfide voisine m'a lâchée, soit-disant qu'elle est malade (ouais c'est ça et moi hier c'est pas toi que j'ai entendu se marrer dans la chambre de Teresa - qui, rappelons-le, c'est essentiel, est située exactement de l'autre côté du mur de ma chambre -  ? Ah si ? Ah tiens, tu retrouves ta vois normale, là, hein ??) Ben figure-toi ma cocotte, que je vais p't'êt' bien y aller toute seule sans toi !!! Enfin je dis ça, mais ça m'a démoralisée d'un coup, allez savoir pourquoi, alors j'ai navigué et je suis tombée sur ça. Et croyez-moi le reste du blog vaut le détour, surtout l'aventure des essuie-glaces, c'est que j'ai pas encore tout lu. Daphné, tu devrais adorer l'histoire de Kevin.

Edit (de plus tard) : Je viens de lire la plus drôle jusque là, je crois, à en juger par l'état de mon mascara (non, j'déco**e, j'mets pas d'mascara, mais si c'était le cas, ben on pourrait croire que finalement chuis toute noire). Daphné : lis ça ABSOLUMENT !! (Les autres je vous conseille de le faire aussi, mais bon vous, vous zêtes pas ma soeur, j'peux pas vous forcer.)

217 - Je vais à Oxford

Bonjour, bonjour !

Ce matin, j'ai rendez-vous à 9h (ne faites pas les andouilles à me dire que je suis en retard, souvenez-vous du décalage...) avec ma voisine Emma, anglaise, et de surcroît née à Oxford (où elle a passé ses quatorze premières années) pour aller... à Oxford, tiens !!

J'espère ainsi pouvoir trouver mon bonheur (comprendre The Life and Adventures of Thomas Coryat de Michael Strachan, perdu à la bibliothèque de la Royal Holloway, et également à la Senate House Library), mais aussi quelques sources intéressantes, qui me permettent de toucher enfin du concret et de me lancer pour de bon.

Ensuite, petite visite avec Emma de la très jolie ville qu'est Oxford (c'est du moins ce qu'on dit).

P.S. : à mon retour, j'entends bien que monsieur Chieuvrou soit venu nous expliquer ce qu'il y a de si extraordinaire dans le fait que je parle de Toshinori UETANI (pour ce que j'en parle, j'ai plutôt juste copié/collé son nom) dans ma précédente note.