Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 18 mai 2007

56 - Achats, même pas pour moi (enfin presque...)

Suis passée par La Boîte à Livres, il y a quelques instants juste le temps de rentrer pour vous raconter), pour acheter un livre à une amie, à l'origine, j'en ai également pris un pour mon ami et j'ai craqué pour une bêtise que beaucoup de mes lecteurs vont réprouver (mais je maintiens le cap).

*
***********

medium_fous_de_l_inde.jpgLe livre que je souhaite offrir à D. est Fous de l'Inde, de Régis Airault, édité chez Payot. D. est celle de mes amis qui s'amuse à aller en Inde comme elle change de chemise, et accessoirement je l'ai choisie pour guide puisqu'elle a l'intention d'y retourner dans les deux années qui viennent, et qu'il m'aura bien fallu tout ce temps pour me faire à l'idée. De plus, il se trouve qu'après avoir discuté un peu avec mon futur directeur de recherches de possibles sujets de mémoire pour mon Master, nous nous sommes plus ou moins arrêtés sur les origines des relations de l'Angleterre avec l'Inde (un poil avant le début de la Compagnie des Indes, avec éventuellement une possibilité d'étude sur un personnage qui a l'air très intéressant, Thomas Coryate, qui a voyagé jusqu'à rencontrer le Grand Mogol). Je tiens donc à ce que qu'elle retravaille bien son sujet, afin de savoir où m'emmener exactement (mais je lui fais entièrement confiance, dans la mesure où elle y a déjà passé 8 mois en deux fois...).

La quatrième de couverture, pour vous mettre un peu l'eau à la bouche : 

     L'Inde rendrait-elle fou ? Un psychiatre, Régis Airault, a constaté que, de Bombay à Goa, de Delhi à Pondichéry, un véritable syndrome indien touche les Occidentaux - pour la plupart des adolescents et des jeunes adultes - qui se rendent dans ce pays. Là plus qu'ailleurs, et de manière plus spectaculaire, il semble que notre identité vacille.
     Des personnes jusque là indemnes de tout trouble psychiatrique éprouvent soudain, sans prise de drogue, un sentiment d'étrangeté et perdent contact avec la réalité. plus curieux : ces troubles sont presque tous sans lendemain. Revenu chez lui, le voyageur en garde même un bon souvenir et, quelque temps plus tard, il n'a souvent plus qu'une idée en tête : retourner en Inde...
     Qu'est-ce donc qui nous attire en Inde ? Pourquoi sommes-nous si fragiles là-bas ? Et que nous apprend sur nous-mêmes cette expérience qui transforme en profondeur notre vision du monde ?

Et les toutes premières pages :

"L'Inde chante, n'oubliez pas cela, l'Inde chante." Henri Michaux

Prologue

     Une vieille légende indoue raconte qu'il fut un temps où tous les hommes étaient des dieux. Comme ils abusèrent de ce pouvoir, Brahma, le maître des dieux, décida de le leur retirer et de le cacher dans un endroit où il leur serait impossible de le retrouver. Oui, mais où ?
     Brahma convoqua en conseil les dieux mineurs pour résoudre ce problème.
     - Enterrons la divinité de l'homme, proposèrent-ils.
     Mais Brahma répondit :
     - Cela ne suffit pas, car l'homme creusera et trouvera.
     Les dieux répliquèrent :
     - Dans ce cas, cachons-là tout au fond des océans.
     Mais Brahma répondit :
     - Non, car tôt ou tard l'homme explorera les profondeurs de l'océan. Il finira par la trouver et la remontera à la surface. 
     Alors les dieux dirent :
     - Nous ne savons pas où la cacher, car il ne semble pas exister sur terre ou sous la mer d'endroit que l'homme ne puisse atteindre un jour.
     Mais Brahma répondit :
     - Voici ce que nous ferons de la divinité de l'homme : nous la cacherons au plus profond de lui-même, car c'est le seul endroit où il ne pensera jamais à chercher.
     Et depuis ce temps-là, conclut la légende, l'homme explore, escalade, pmonge et creuse, à la recherche de quelque chose qui se trouvent en lui.

Introduction - Le syndrome indien

"En Inde, beaucoup de gens se perdent [...] c'est un pays qui est fait exprès pour cela." Antonio Tabucchi

Bon, je m'arrête là, parce que sinon je vais abîmer le livre et tout vous retranscrire, ce qui n'est pas le but. Dans la suite de l'ouvrage, l'auteur décrit tout un tas de cas (puisqu'il est psychiatre) qu'il a eu à traiter en Inde. Cela a l'air à la fois étrange, amusant, attirant, envoûtant... Et ça donne envie d'aller en Inde à notre tour pour savoir ce qu'on a envie d'y chercher...

************

medium_chamanes_de_la_prehistoire.jpgLe livre qui m'a sauté dessus quand je suis passée devant le présentoir et à propos duquel je me suis dit qu'il plairait certainement à J. est de Jean Clottes et David Lewis-Williams, Les chamanes de la préhistoire (collection Points, aux éditions du Seuil).

Quatrième de couverture :

     Partout dans le monde, à toutes les époques, les hommes ont cherché à entrer en contact avec les esprits par l'intermédiaire des chamanes et de leurs voyages pendant la transe. Il était donc légitime de chercher à discerner la part de ces pratiques dans l'art préhistorique des cavernes.
     Paru en 1996, le livre Les chamanes de la préhistoire a fait date : sans constituer le chamanisme en explication unique, il avance des hypothèses et ouvre des pistes intéressantes. Accueilli avec passion en France et à l'étranger, il a aussi trouvé des détracteurs et fait naître des polémiques.

************

medium_acide_sulfurique.jpgEt enfin, pour moi, j'ai cédé à la tentation du Nothomb de 2005, j'ai nommé Acide Sulfurique. Je sais que tout le monde va me huer, je m'en fiche, moi j'aime bien, elle me fait rire, elle est cynique et finalement acide, comme le titre de ce bouquin, et j'ai hâte de découvrir quelle perversion ce cache à l'intérieur. Juste par souci d'équité, la quatrième de couverture : "Vint le moment ou la suffrance des autres ne leur suffit plus : il leur en fallut le spectacle."