Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 04 avril 2007

16 - Les présidentielles vues par Michel Winock

Lu sous la plume de ce contemporainiste dans "Présidentielles : la nouvelle donne" (dans L'Histoire, n°319 d'avril 2007) :

"La démocratie représentative est toujours soumise à la loi de l'oligarchie, celle d'une classe politique, celle d'une caste de fonctionnaires. (...) La démocratie participative, quant à elle, dénoncée sous le nom de "démocratie d'opinion", fait courir le risque inverse de saper l'autonomie nécessaire des gouvernants. obnubilés par les songades, inquiets de répondre à la demande publique, incapables de prendre des mesures impopulaires mais nécessaires, les gouvernants sont tentés de naviguer à vue."

Jusque là, pas de problème (du moins en ce qui me concerne). Suite et fin de l'article :

"(...) Ne peut-on imaginer au sommet une véritable séparation des pouvoirs qui redonne force au Parlement et, à la base, des médiations actives, partis politiques, syndicats, associations, clubs, ligues, autant de lieux de participation et d'action, autant de laboratoires où s'inventent les idées d'avenir, où se préparent les relèves ?"

Oui, oui, oui... Je sais pas vous, mais moi j'y vois surtout la possibilité pour des petits tyrans déjà nommés ailleurs de pouvoir s'affirmer un peu plus et de mettre la pagaille encore plus facilement...

Mais non, je ne suis pas parano...