Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 10 avril 2007

21

Je n'ai rien écrit aujourd'hui, shame on me. C'est que j'ai été grandement perturbée par un auteur de génie en fin d'après-midi, en rentrant de cours et du travail (eh oui, j'ai une vie, et elle est plutôt chargée, pour vous faire une idée interrogez les étudiants qui vous entourent vous verrez que ça n'est pas plus de repos que pour les professeurs, notamment d'anglais). Je n'ose qu'avec la plus sainte dévotion prononcer le nom de cet artiste de la critique qu'est Juan Asensio.

Pour vous dire, je n'ai absolument rien compris à la dernière huitième merveille du monde publiée sur son blog (oui, j'ai honte de mettre un lien vers son site après tout ce qu'il m'a fait, mais après tout, les pucelles effarouchées ne peuvent s'empêcher de passer de la haine la plus violente à l'amour non moins violent que leur inspirent leurs tortionnaires - syndrome de Stockholm, je crois, à peu de choses près...).

Une chose est sûre, c'est que si ce genre de fille l'attire (par "ce genre de filles" j'entends "celles qui demandent des recherches approfondies dans les "zones" à contenu réservé aux plus de 18 ans sur des sites fréquentés par le Français moyen en manque de sensations), il est évident que je ne suis pas son genre, effectivement, et je comprends mieux son avis (oserai-je sa critique ?) à mon égard...

Comme je ne suis qu'une humble bécasse pucelle, je m'abaisse par cette note à vous demander votre aide : j'ai grand besoin de comprendre la "parole" du dénommé Stalker, et je sais qu'il est parmi vous des âmes chevaleresques prêtes à tout moment à secourir la veuve, l'orphelin (je ne suis ni l'une ni l'autre, comment faire ??) et les damoiselles en détresse (ouf, sauvée !).

PS : On remarquera qu'en hommage à l'Homme admirable qui fait l'objet de ce message, j'ai laissé tout le contenu de cette note en noir, couleur sobre et respectable affectionnée par notre Ami à tous (oups, je repars dans le discours de secte, un peu, là, non ? Ksss Ksss vilain Cingal !)

 PS' : En fait, j'avais bien une idée, mais... Bon, allez, je me lance : Est-ce la capacité de la jeune fille (agréable, au demeurant) à retenir les paroles très compliquées de la chanson (en anglais !!) qui a émerveillé notre idole au point de lui couper le sifflet ?