Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 04 août 2008

299 - Après Martine...

Chloé a donc trouvé un job. Comme réceptionniste dans un petit hôtel très très sympa. Mais elle ne commencera pas avant le 11 août. Alors elle est rentrée en France un peu. Deux jours à Tours, puis arrivée vendredi à Guéthary, entre Biarritz et Saint-Jeant-de-Luz. Chloé a passé les soirées de vendredi et de samedi à Bayonne. Elle y a franchement bien rigolé. Elle a trouvé que les gens étaient hachement agréables, conviviaux et sympatiques, et accueillants, aussi. Même ceux qui n'habitent pas Bayonne ou la région, d'ailleurs. Et aussi presque tous les garçons à Bayonne sont très grands et franchement pas mal. Certains n'ont pas de prénoms. ça ne les empêche pas d'être charmants. Voilà voilà. Chloé est aussi passée par San Sebastian et est allée à Saint-Jean-de-Luz, et elle retourne mercredi à Tours. D'ici là elle risque de peu poster à nouveau...

11:52 Publié dans Voyages | Lien permanent | Commentaires (7)

jeudi, 28 juin 2007

88 - Une ptite anecdote...

En visitant le Met', nous passons mon amie (Hélène), ses deux colocataires (Tina et Hugo) et moi d'une salle à une autre (on devait être dans l'aile sur l'Iran, je crois). C'était vendredi soir, donc peu de monde, et nous ne nous gênions pas pour nous apostropher joyeusement - en français, bien entendu. Soudain un des gardiens (un grand black plutôt pas mal, d'ailleurs, mais là n'est pas la question) nous demande si nous sommes français (jusque là on considèrera qu'Hugo était compris dans le prix). Hugo bizarrement ne se sent pas concerné et file discrètement à l'autre bout de la salle. Hélène, Tina et moi :

"Yes, we are. (qu'est-ce qu'on est poli, pas vrai ? au passage ça veut dire "oui, tout à fait").

- Oh, really ? And from where in France ? Paris ? (enfin à peu près, hein, j'ai pas enregistré la conversation, non plus... ce qui veut dire : "Ah oui ? vraiment ? Et d'où, en France ? Paris ?"

- The three of them yes, me nooooooo ("Eux trois oui, moi noooooon" - le "oooooooo" c'est quand je me retourne, que je vois que les trois autres ne sont plus là et en particulier que les filles sont lâchement cachées à l'autre bout de la salle en me laissant dépêtrer de tout ça). Et flairant le piège (pas trop tôt...), j'essaie d'esquiver en ayant l'air intéressée par la vitrine la plus proche. Ca ne loupe pas :

- And where are you from ? (Et d'où êtes-vous donc, pourquoi tu t'en vas ? reste-là, on discute, tu vois pas ? Reviens !, j'te dis, j'ai pas encore eu le temps de te demander comment tu t'appelais, etc.)

- Oh a little town near Paris, not that known. Oh where are they ? Sorry, I have to go ! Bye !" (Putain ils sont où ces cons, ah oui "Oh une petite ville de rien du tout près de Paris même pas connue du tout, mais oh ! où sont mes amis ? Désolée, je dois partir, au revoir !" Eh bande de salauds, vous me refaites ça je vous tue, et vous les filles, z'avez pas honte, Hélène, quand je pense que mes parents te font confiance por veiller sur moi [alors que c'est moi la plus vieille, mais bon, elle est brune, voyez-vous...] etc.)

Les filles, la bouche en coeur : "Oh nous, tu sais, on s'est fait avoir une fois, maintenant on a saisi la technique de drague, et on file, hein...

- On file en me laissant toute seule ? Bande de lâches"... (J'arrête là, je ne vais pas vous faire le mois avec)

 ************ ************ ************

Le lendemain midi, dans Chinatown : Il ne reste plus que les filles (ou plutôt Hugo a déclaré forfait dès le début). Nous faisons toutes les ptites échoppes pour trouver plein de trucs qu'on sait même pas ce qu'on veut (de toute façon, à ce stade, en ce qui me concerne, plus aucun distributeur n'accepte de me donner de cash, et je cherche désespérement un boutiquier qui accepte les visas pour pouvoir acheter les deux trois bricoles qu'il me manque pour faire des cadeaux) (vous pensez bien que tous ces petits malins acceptent de marchander mais à condition d'être payés en cash quasi-exclusivement).

Et là, paf (le chien) ! Deux petites boutiques sympas collées l'une à l'autre, et entre les deux, un monsieur pas chinois (mais pas aussi beau que celui du musée) (conclusion du voyage : les blacks draguent beaucoup les étrangers, et pas qu'en France)  me dit (parce que je suis penchée sur son étalage de bagues et bracelets) :

"Good price for you ! (pas besoin de traduire, n'est-ce pas ? - c'est leur leitmotiv à tous : nous faire des good prices "pour nous", ouais, genre...)

-Yes, I'm sure... (oui, je n'en doute pas)

- 65$ ! Not expensive, really ! (65 dollars, vraiment pas cher ! )

- What ?? SIXTY FIVE DOLLARS ?? Oh no, thanks ... * (QUOI ? 65 DOLLARS ??? Non mais tu veux que je finisse à la rue, tu cherches à me ruiner, et ma famille, sur 7 générations ? LA VERITE ! etc.)

- Yes, Not expensive ! And if you take it, I promise you the boyfriend with it ! (c'est la meilleure : "Mais si, c'est pas cher ! Et si tu la prends, je te promets un garçon avec").

-Hélène (oui, en français dans le texte) ! C'est la meilleure ! Si je la prends il m'offre un mec avec !

- Ah ouais ? ça peut être Ashton Kutcher ?

- Je sais pas je demande. Hey, can it be Asthon Kutcher ?

- Yes, of course ! (oui bien sûr, avec grand plaisir ! comment que j'me fous d'ta - biiip)

- Actually I prefer Brad Pitt (pas de traduction possible, on n'a pas les mots équivalents)

- Yeah, possible ! Anyone you want ! (oui, pas de problème, qui tu veux !)

- yes, yes, of course... (oui, oui, bien sûr)."

Je vais pour me retourner vers Hélène, qui a l'air d'avoir trouvé quelque chose quand la même voix derrière moi :

"Hey ! you are from France, right ? ("Excusez-moi de vous déranger à nouveau, charmante demoiselle, mais il me semble que vous venez de ce fantastique pays qu'est la France. M'égarerais-je ?")

- Yes, yes. (nouveau retournement, j'ai pigé le truc, maintenant, hein...).

- Where in France ?

- (Attention : là j'ai vachement réfléchi en un quart de tour : si je dis "Tours", il va falloir que j'explique où c'est, on en a pour trois heures, et c'est joli ? etc. et blabla. Donc, je réponds le plus naturellement du monde :) Paris. (prononcé Parisse, bien entendu)

- C'est vrai ? Et où à Paris ? J'ai vécu là-bas dix ans !" (non vous n'avez pas rêvé, il l'a bien dit en français, et dans un français impeccable, vous pouvez me croire ! EH MEEEEEEEEEEEEEEEEEERDE...)

Heureusement, je CONNAIS Paris, pour de vrai, pour cause de voyages très réguliers et fréquents à la capitale (on peut être provinciale et avoir l'air d'une Parisienne quand on veut). Je lui réponds donc "Bastille" (parce que c'est le coin que je connais le mieux, l'amie chez laquelle je loge le plus fréquemment y habite depuis plusieurs années). On frôle la crise quand il me répond : "Ah oui, ligne 1, c'est ça ?"

Moi : "Oui, oui, et la 8, aussi, bien sûr..." (on va pas s'laisser piéger bêtement...).

* Et encore là je vous l'ai fait court, parce que moi, en grande pro du marchandage, je lui ai demandé plein de prix différents, juste pour essayer ma mine de "peuh, trop cher..."

15:15 Publié dans Voyages | Lien permanent | Commentaires (3)

lundi, 25 juin 2007

86 - Les tee-shirts dans Chinatown

Pas très original comme titre, n'est-ce pas ? Mais les tee-shirts que nous avons vu dans certaines boutiques valaient le détour et méritaient que je leur consacre une petite note. Enjoy.

eeab41791354d005ef8bd568c7fcfd67.jpg     923df951433ecdc98f3858c56554abe9.jpg
64ef5a138f250832361162b233f07661.jpg     8aee902bf660f163e444630effc8b481.jpg

14:12 Publié dans Voyages | Lien permanent | Commentaires (1)

dimanche, 24 juin 2007

85 - Start spreading the news...

Il fallait bien que je vous raconte et que je vous montre un peu... Mais il me fallait aussi un peu de temps !

Je suis donc arrivée le vendredi 8 au soir, vers 18-19h, un peu en retard, à cause d'un avion chinois qui bloquait notre piste d'atterrissage... Avant ils n'avaient pas le droit de sortir de chez eux, et maintenant qu'ils peuvent, ils enquiquinent le monde, forcément... Mon amie Hélène. ne pouvait venir me chercher, car elle travaillait, et nous nous sommes retrouvées directement chez elle (et chez ses deux colocataires, Tina et Hugo). A peine arrivée, on me proposait déjà de sortir, ce que j'acceptais avec joie, comme vous pouvez vous en douter, car j'avais quelque chose à fêter (et eux aussi). En effet, c'est toute seule comme une andouille que j'avais bu mon champagne à l'apéritif dans l'avion, puisque j'avais appris seulement quelques minutes auparavant que j'avais obtenu ma licence d'Histoire ; je partais tranquille. Flavia, une autre Française exilée pour cinq mois de stages comme mon amie et ses colocataires, nous rejoint à l'appartement, et nous allâmes prendre un coktail (après avoir bien montré patte blanche notre ID histoire de vérifier que nous n'étions pas des délinquants juvéniles). Je pus ainsi fêter ma Licence, et eux leur année de magistère réussie.

Le lendemain et même tout le week-end fut consacré au shopping : promenade dans Manhattan, et premières CB à faire pleurer mon banquier. Le dimanche (10) nous avons pu assister à la Puerto Rican Day Parade, qui bloquait la Fifth Avenue sur plus de la longueur de Central Park. C'était assez impressionnant de voir défiler une des communautés les plus pauvres de la ville, et encore plus de voir tous ceux qui étaient massés sur les côtés de l'avenue derrière les barrières, tous habillés de rouge et de bleu (pas un ne faisait exception). C'est-à-dire qu'on avait l'impression qu'à eux seuls ils auraient pu habiter la ville entière (et finalement il en est ainsi de toutes les communautés, je pense...). Le moins qu'on puisse dire, c'est que le service d'ordre était très bien organisé. Il valait mieux ne pas vouloir traverser l'avenue, mais si on le voulait, on le pouvait (en une petite demie-heure...). La parade était très éclectique, les chars de genres très différents (des grands chars sponsorisés par les émissions de télévision portoricaine sur lesquels on pouvait voir des animateurs-vedettes aux simples piétons, en passant par les voitures où l'on voyait saluer de souriantes miss portoricaines, sans oublier les chars des grands firmes, comme Coca-Cola, ou autres boissons du même genre, qui avaient chacun leur "Sean Paul" et leur miss...). Ils élisent vraiment des miss pour tout et n'importe quoi...

c83b58477b082ac703168ee6990d4a7a.jpg     2aeb266143d69d9bb5ed742b36b04e0a.jpg

Le lundi (11), je lai passé à me promener, dans Central Park, principalement, puisque je devais traverser le parc pour aller du Mount Sinaï Hospital (où travaillent mes amis) à l'American Museum of Natural History (vous savez, le musée où ont été reconstitués des squelettes entiers de dinausores, celui que l'on voit dans tous les films !). Je comptais visiter ce musée rapidement, principalement parce qu'on y voit le squelette de Lucy, et que l'ensemble ne me fascinerait pas plus que ça, eh bien j'ai été agréablement surprise : ce musée et très bien fichu, on y voit des choses très intéressantes, et même si je n'y ai passé qu'une demie-journée, j'ai pu voir une bonne partie des pièces à ne pas manquer (celle avec la baleine, celles des dinausores, mais aussi celles sur les animaux de chaque continent dans leur habitat très joliment reconstitué, ou encore celles des civilisations - ils ont un certain nombre de pièces très interressantes qui valent le détour- et [rien à voir avec les précédentes] celle de la biodiversité, qui m'a le plus marquée par la reconstitution en plein milieu d'un pan de forêt équatoriale africaine, avec un banc juste en face fait de façon à pouvoir se reposer presque allongé en fixant la "forêt" : les arbres et plantes, mais aussi de petits animaux ça et là...). En retraversant le parc, je suis passée accidentellement par le mémorial en l'honneur de John Lennon qui est situé juste à l'une des entrées. Des tas de gens en train de se lamenter autour s'autocongratulaient pour la décoration, certes très réussie dans son genre.

66507114c0ab5c3ac4d705ccfde9b01e.jpg     3b23a201c4208aa3b4434cc629877579.jpg

b4bca12590080945ca24980e791b03ae.jpg     9a128c64449e77b52fe789e88d5f77f2.jpg     00bcc7f53ef52261b8a7260ffde9f170.jpg

Le mardi (12) fut consacré au Metropolitan Museum of Art. Impossible de raconter l'émotion qui m'a envahie de salle en salle, c'est tout simplement fantastique (mais c'est toujours la même émotion que celle ressentie dans d'autres musées, comme le British Museum l'été dernier, par exemple). Je me suis même permis le luxe d'une petite sieste sur les bancs en marbre devant le temple de Dendur, reconstitué dans une des salles du musée.

 

0b28cc8c2dd974165581710e831002a1.jpg
Le temple de Dendur

Le mercredi (13) je n'ai absolument rien fait. Je suis restée à l'appartement (mais il faisait trop moche, de toute façon) et j'ai glandé.

Le jeudi (14) je me suis promenée dans Soho, et j'ai pu m'adonner avec plaisir à un de mes passe-temps favoris de touriste : la photographie de façades. J'adore ça, et je ne m'en lasse jamais. Et le plaisir a été d'autant plus grand que je suis repassée par des rues que j'avais déjà photographiées il y a trois ans, et dont il ne me reste que quelques photos papier depuis la perte de mon disque dur externe cet hiver...

ae29c16d8f674fc4d6b1aa6cd271da0e.jpg     41220c3148695b8f61aa5bb4cdf2a930.jpg
10232f12dace99ae367b4982aee382a8.jpg     734f1bd89a5f9404508bc6a7f76d831c.jpg

Le vendredi (15) je suis descendue dans le Lower Manhattan pour prendre le Staten Island Ferry (qui est gratuit) et j'ai déjeuné à Georgetown (sur l'île d'en face, donc) et piqué une petite sieste sur un banc devant un immense monument dont je n'ai appris qu'à la fin qu'il était le mémorial des morts de Staten Island lors des attentats du 11 septembre 2001 (je dis 2001, mais je me doute que vous saviez déjà de quel 11 septembre je parlais ; il est amusant de voir à quel point certaines dates sont marquantes et selon l'époque, c'est l'année seulement ou le jour qui sont retenus : Quinze-cent-quinze-Ma-ri-gnan, 11-septembre-terroristes-ouin). Le soir mes amis m'ont rejoint au Met, où j'ai visité d'autres galeries (mais aussi certaines que j'avais déjà vues trois fois, c'est assez atroce la façon dont on se perd dans ce musée, tenez, rien que le mardi, j'avais passé une bonne demie-heure à essayer de m'enfuir de la section consacrée à l'art contemporain qui, comme par hasard, s'étend au même coin sur les deux étages du musée ET à une mezzanine entre les deux. Imaginez-moi, blonde Schtroumpfignette, paumée dans les statues géantes et atrocement effrayantes, me demandant pourquoi je n'arrivais pas à revenir à la section égyptienne, et puis d'ailleurs, comment étais-je arrivée là ? Et comment on en sortait, et pourquoi, POURQUOI y avait-il TROIS étages ici alors que partout ailleurs il n'y en avait que deux ???).

83d76261e64aaba12c32fd8f5ff2cd3b.jpg

Le samedi (16), veille de mon départ, nous étions invitées, Hélène, Tina et moi, chez une collègue du lab' (comprendre laboratoire, en français) de la première de cette liste, nommée Shafak (la collègue, pas la liste), turque de nationalité et mariée à un Italien prénommé Rafaello rencontré en Allemagne. Grâce à eux et à leur appartement j'ai pu retrouver un immeuble que j'aime beaucoup et dont j'avais pris des photos il y a trois ans (idem que pour le reste, il ne m'en restait qu'une version papier) et que j'ai été ravie de pouvoir prhotographier de leur balcon. Shafak nous a offert le thé, et nous sommes ensuite partis tous les cinq dans Chinatown ("baptême de Chinatown" en ce qui me concerne). C'est très particulier comme ambiance, on peut marchander et trouver de tout, les rues sont surbondées et on y trouve les meilleures brochettes de poulet du monde. Un rapide passage devant Little Italy, et nous somme rentrées à l'appartement, pour nous préparer avant d'aller à une soirée organisée par un collègue du lab' de Tina, cette fois, Lorenzo (je vous laisse deviner la nationalité). "Summer Party Beach" dans son appartement dans l'immeuble des salariés/étudiants du Mount Sinaï, et donc juste en face des deux immeubles de l'hôpital et du centre de recherches, appartement qu'il devait d'ailleurs partager avec un français, car ses instruments de musique y étaient entreposés, et nous avons eu droit, en fin de soirée, à un mini-concert de Pierre Jacques (guitare) et deux de ses amis (français aussi) bassiste et batteur. Hélène, Tina et moi faisions les groupies, trop heureuses de connaître toutes les paroles de Cendrillon, Ca, c'est vraiment toi et New York avec toi (de Téléphone bien entendu). Tout le monde nous a beaucoup admirées et nous aussi d'ailleurs. En sortant de la soirée, nous nous sommes payé le luxe de passer au lab' d'Hélène, au treizième étage de la tour de recherche, juste pour voir la vue, puis de prendre le souterrain de la tour de recherche à l'hôpital, pour aller au lab' de Tina, au vingt-troisième étage ; mais Tina avait oublié ses clefs.

c2e8479fb177bcd7ae405ad8440d68a8.jpg     6d74c5ac9bfd332040edd7d97bbfd610.jpg
dd3a3ab261c47a29f8ea576d1f7acd9f.jpg    f50f5fb1ffa4e16a4dadf1f1a9aef978.jpg

Le lendemain (dimanche 17) nous avons eu un peu de mal à nous lever (heureusement j'avais préparé ma valise la veille avant de partir à la soirée), mais je n'ai eu aucun mal à attraper mon avion. De retour en France, un peu nostalgique, j'ai eu un peu de mal à me replonger dans la vie active (et encore plus quand j'ai vu l'état de mon compte en banque...).

f71067a0936e14acc62152c4e9888c45.jpg

12:30 Publié dans Voyages | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : NYC